2 min de lecture Ligue 1 Conforama

Nice-Lyon : même sans Fekir, l'OL signe un nouveau carton

COMPTE-RENDU - Vainqueur 5-0 sur la Côte-d'Azur, dimanche 26 novembre, l'Olympique Lyonnais s'empare de la 2e place à la différence de buts devant Monaco. Le Gym est 18e.

Maxwel Cornet inscrit le 2e but lyonnais, le 26 novembre 2017
Crédit Image : VALERY HACHE / AFP

L'an dernier l'OGCN avait devancé Lyon pour le podium. Il se retrouve désormais en position de barragiste pour la descente en Ligue 2 pendant que l'OL poursuit son impressionnante série de huit victoires en neuf matches, toutes compétitions confondues. L'équipe de Bruno Genesio marche sur l'eau : elle a signé son troisième 5-0 à l'extérieur de la saison, après Troyes et Saint-Étienne, et n'a plus encaissé de but depuis le 19 octobre à Everton (victoire 2-1) en Europa League. 

Seul Montpellier a accroché les Gones (0-0) sur cette série, un jour où l'absence de Nabil Fekir, suspendu, avait pesé. À Nice le stratège lyonnais a déclaré forfait avant le match, "malade" selon son club. Mais sur la pelouse, ce sont les absences de la défense niçoise qui se sont vues. Pertes de balles, mauvais placements et communications brouillées ont offert des boulevards aux attaquants lyonnais, qui ont tous marqué. Memphis Depay a réussi un doublé (5e, 38e) pour grimper à 9 buts en L1, Maxwell Cornet (20e) et Mariano Diaz (27e) un but chacun, comme l'entrant Myziane Maolida (80e). 

Nice, le calice jusqu'à la lie

Dans le détail, les buts lyonnais surlignent en fluo les errements défensifs des Aiglons. Dante perd le ballon qui conduit à l'ouverture du score, où Depay se couche bien pour reprendre le centre de Cornet. Nampalys Mendy et Marlon sont trop facilement éliminés par Cornet sur le 2-0, et Jean-Michael Seri, habituel métronome du jeu niçois, a perdu les deux ballons qui amènent les buts suivant. Houssem Aouar lance Mariano sur le 3-0, et la défense est tellement dépassée que Cornet et Depay ont le temps de se faire des politesses pour savoir qui reprendra la passe de Mariano sur le 4-0. Le Néerlandais s'offre même le luxe de conclure inhabituellement du droit son doublé. 

L'autre "Oranje" attendu, le Niçois Wesley Sneijder, n'était même pas sur le banc, victime d'une douleur derrière une cuisse selon son club. Enfin Dante rate la relance qui amène le but de Maolida... Après la qualification pour les 16e de finale de Ligue Europa contre Zulte-Waregem (3-1), Lucien Favre avait mis en garde, "il reste beaucoup de travail", prévenait le coach suisse. Cette fois, c'est sûr qu'il sera compris. 

À la pause, il a abandonné sa défense à trois pour repasser en 4-4-2 avec l'entrée de Pierre Lees-Melou à la place d'Arnaud Souquet et la sortie d'un Seri méconnaissable relayé par Arnaud Lusamba. Mais il était bien trop tard. Nice n'a envoyé que trois tirs cadrés, tous par Mario Balotelli (11e, 50e, 66e). Le Gym a même fini à dix, après l'exclusion de Marlon pour deux jaunes (12e, 72e). Le club azuréen est passé en six mois de la course à la Ligue des champions à la lutte pour le maintien. 

Rendez-vous sur l'article complet pour voir ce contenu

Voir l'article complet
La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés