1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Emery, Bielsa, Ranieri... Pourquoi tant de coachs étrangers en Ligue 1 ?
2 min de lecture

Emery, Bielsa, Ranieri... Pourquoi tant de coachs étrangers en Ligue 1 ?

ÉCLAIRAGE - 6 des 20 clubs du championnat de France ne seront pas dirigés par des entraîneurs français lors de la saison 2017-2018. Explications.

Leonardo Jardim et Unai Emery le 29 janvier 2017
Leonardo Jardim et Unai Emery le 29 janvier 2017
Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Emery, Bielsa, Ranieiri... Pourquoi tant de coachs étrangers en Ligue 1 ?
01:10
Philippe Sanfourche & Gregory Fortune

Le Portugais Leonardo Jardim à Monaco, l'Espagnol Unai Emery au PSG, le Suisse Lucien Favre à Nice. Soit les trois premiers du dernier championnat de France, mais aussi l'Italien Claudio Ranieri à Nantes (7e avec le Portugais Sergio Conceiçao), l'Espagnol Oscar Garcia à Saint-Étienne (8e) et l'Argentin Marcelo Bielsa à Lille (11e). Sur les 20 clubs de Ligue 1, six seront entraînés par des étrangers lors de la saison 2017-2018, qui débutera le vendredi 4 août.

Ce constat soulève plusieurs questions. Les coachs français sont-ils devenus incompétents ? Pourquoi ne fait-on pas appel à eux ? La mode du "dégagisme", qui a marqué les scrutins électoraux tout au long de ces derniers mois, serait-elle également appliquée aux bancs de touche en football ? Il y a un peu de cela, mais pas seulement. Cette tendance est aussi à l'oeuvre ailleurs. En Angleterre, il y avait 14 entraîneurs étrangers et seulement six Britanniques en poste l'an passé. 

L'Allemagne et l'Espagne n'échappent pas non plus à cette nouvelle donne. Un Italien, Carlo Ancelotti, a succédé à un Espagnol, Pep Guardiola, au Bayern Munich. Au Real Madrid, c'est un Français qui officie, un certain Zinédine Zidane. La France s'inscrit même à retardement dans cette ouverture, après des années de corporatisme franco-français, avec ses réseaux, son copinage. C'est une forme de dépoussiérage auquel on assiste.

Frilosité défensive dans le jeu

Cela dit, pas de démagogie. Les coachs français ne sont pas tous devenus ringards. Outre Zidane en Espagne, le meilleur exemple en Ligue 1 est Rudi Garcia. Son passage réussi en Italie (AS Rome) lui a déroulé un tapis rouge à Marseille. Il est vrai, toutefois, qu'il reste une exception. Beaucoup d'entraîneurs payent des années de frilosité défensive dans le jeu. Aujourd'hui les présidents veulent du spectacle, tout en dépensant malin.

À écouter aussi

Enfin, et c'est une raison dont on parle moins : si les entraîneurs étrangers coûtent parfois plus chers en salaire, le régime fiscal d'impatriation pour attirer les talents étrangers permet de réaliser de substantielles économies d'impôt. Les coachs français ont probablement du souci à se faire.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/