4 min de lecture Mercato

David Luiz, Mangala, Benatia : pourquoi le prix des défenseurs s’est embrasé

DÉCRYPTAGE - Les défenseurs ont été les principaux animateurs de ce mercato estival 2014 grâce à leurs transferts exorbitants. Un privilège qui, il y a peu, n’appartenait qu’aux attaquants.

David Luiz lors de sa présentation au PSG, le 7 août 2014
David Luiz lors de sa présentation au PSG, le 7 août 2014 Crédit : AFP/L.Bonaventure
JulienQuelen1989
Julien Quelen
Journaliste RTL

« Je ne pense pas qu’il était cher, c’est un grand joueur, c’est le prix », expliquait le président du Paris Saint-Germain Nasser Al-Khelaïfi au moment de présenter David Luiz, seule recrue d’envergure du PSG cet été. 

Mais que signifie aujourd’hui « le prix » d’un joueur comme David Luiz ? Il y a encore quelques saisons, le privilège d’un transfert à plusieurs dizaines de millions d’euros n’était principalement réservé qu’aux attaquants ou à des joueurs offensifs qui suscitaient les passions bien au delà des terrains.

Les têtes d’affiche ont souvent coûté cher

En 2012, le transfert de Thiago Silva au PSG pour 42 millions d’euros n’était pas le premier à défrayer la chronique. Depuis le début des années 2000, les défenseurs de renom sont aussi difficile à acquérir sur le marché des transferts que les attaquants du même standing. 

À lire aussi
Nabil Fekir avec l'OL le 7 novembre 2018 Olympique Lyonnais
Mercato OL : Fekir sur le départ, Dembélé intéresse Manchester United

Ainsi, Lilian Thuram, qui reste à ce jour dans le top 5 des transferts de défenseurs les plus chers du monde, avait quitté Parme pour rejoindre la Juventus Turin contre un montant de 33 millions d’euros, en 2001. 

Mehdi Benatia, de la Roma au Bayern Munich pour 30 millions d'euros Crédits : AFP/F.Monteforte | Date : 28/08/2014
10 >
Mehdi Benatia, de la Roma au Bayern Munich pour 30 millions d'euros Crédits : AFP/F.Monteforte | Date : 28/08/2014
Du FC Porto au Real Madrid pour 30 millions d'euros Crédits : AFP/N.Linares | Date : 28/08/2014
Alessandro Nesta, de la Lazio Rome à l'AC Milan pour 30,5 millions d'euros Crédits : AFP/O.Morin | Date : 28/08/2014
Marquinhos, de la Roma au Paris Saint-Germain pour 31,4 millions d'euros Crédits : AFP/D.Charlet | Date : 28/08/2014
Dani Alves, de Séville à Barcelone pour 35,5 millions d'euros Crédits : AFP/D.Pozo | Date : 28/08/2014
Lilian Thuram, de Parme à la Juventus pour 41,5 millions d'euros Crédits : AFP/L.Gene | Date : 28/08/2014
Thiago Silva est de retour pour le match face à l'Apoel Nicosie Crédits : AFP/K.Tribouillard | Date : 28/08/2014
Rio Ferdinand, de Leeds à Manchester United pour 47 millions d'euros Crédits : AFP/A.Yates | Date : 28/08/2014
David Luiz, de Chelsea au PSG pour 49,5 millions d'euros Crédits : AFP/T.Samson | Date : 28/08/2014
Eliaquim Mangala, de Porto à Manchester City pour 53,8 millions d'euros Crédits : AFP/M.Riopa | Date : 28/08/2014
1/1

Les bons défenseurs prisés sur le marché des transferts

S’il fallait déjà dresser la liste des souvenirs de ce mercato, peut-être citeriez-vous d’abord le cas du Real Madrid, qui, comme à son habitude, a fait parler de lui avec les deux plus gros transferts de l’été : James Rodriguez arrivé pour 80 millions d’euros et Angel Di Maria parti pour 75. 

Mais finalement, ces sommes devenues standards pour des attaquants de très haut niveau n’étonnent plus guère. En revanche, ce mercato – auquel on ajoute l’édition hivernale de janvier 2014 – a présenté une spécificité visible à l’œil nu : l’incandescence du prix des défenseurs. 

Pour l'économiste du sport Christophe Lepetit, le manque de défenseurs de très haut niveau est directement responsable de l'inflation : "Ces envolées sont la résultante du marché et de la confrontation de l'offre et de la demande. Beaucoup de grands clubs européens avec des moyens importants étaient en recherche. Avec le peu de très bons défenseurs sur le marché, la rareté de l'offre a fait s'envoler les prix."

Le prix moyen d'un défenseur a augmenté

Les quelques 50 millions investis respectivement par le PSG et Manchester City sur David Luiz et Eliaquim Mangala ne sont que des épiphénomènes qui s'expliquent en substance par l'omnipotence économique des deux clubs.

En revanche, les mouvements des défenseurs plus "communs" ont montré une tendance qui élève considérablement leurs prix. Ainsi, des joueurs comme Mathieu Debuchy (Arsenal), Thomas Vermaelen (Barcelone) ou Kurt Zouma (Chelsea) ont coûté la bagatelle de 15 millions d'euros chacun, soit bien plus que ce que n'aurait coûté leur transfert il y a encore quelques saisons. 

Quoi qu'il en soit, ces sommes ne sont rien par rapport à celles investies par Manchester United sur Luke Shaw (40M), par Arsenal et Barcelone sur Calum Chambers et Jérémy Mathieu (20M) ou encore par Liverpool sur Dejan Lovren (30M). Des prix d'ordinaire investis sur des attaquants ou joueurs offensifs à la renommée internationale.

L'Angleterre et ses droits TV ont fait exploser les prix

Loin des sommes dépensées par les clubs français pour des défenseurs, la Premier League s'impose comme le dénominateur commun de ces nouvelles folies. Pour Christophe Lepetit, la notoriété du potentiel économique des clubs anglais influe forcément sur les négociations des indemnités de transfert. 

"Les clubs anglais disposent d'une force de frappe financière très importante qui provient essentiellement de la renégociation des droits TV qui vont rentrer en vigueur. Un club vendeur se montre forcément gourmand avec un club anglais dont les moyens sont réputés" estime l'économiste du Centre de Droit et d’Économie du Sport de Limoges.

Historiquement, ces périodes de négociation des droits TV qui ont lieu sur des périodes relativement similaires jouent sur les prix du marché européen : "Quand on regarde l'historique de l’évolution des indemnités de transfert, on observe des pics qui correspondent aux saisons qui précèdent la rentrée en vigueur des droits TV. Historiquement, cela a toujours induit une surenchère des clubs", explique-t-il ainsi. 

Un marché auto-régulateur ?

Fort heureusement pour les clubs qui ne possèdent pas les moyens de rivaliser lorsque les prix s'envolent, le prix des défenseurs ne devrait pas se réguler autour des derniers achats. Cependant, Christophe Lepetit estime qu'un risque subsistera concernant c000ertains joueurs : "Le risque qu'il peut y avoir, c'est que le prix des joueurs du premier marché voire celui des joueurs se situant entre le premier et le second marché soit revu à la hausse."

Une constatation qui serait désastreuse pour les écuries françaises qui auraient encore plus de difficultés à exister sur ce genre de dossier : "Ce positionnement peut faire monter les prix et empêcher des clubs de s'aligner. Mais on n'est pas pour autant dans un contexte de hausse généralisée". 

Face à ce manque de moyens qui l'empêchait hier d'acquérir des joueurs offensifs de renom, la Ligue 1 devra désormais faire face au même problème concernant les défenseurs. Le système de prêt, très présent dans les emplettes des clubs tricolores, constitue donc plus que jamais une parade à un système dont ne peuvent profiter que les plus riches. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mercato Paris Saint-Germain David Luiz
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7773970454
David Luiz, Mangala, Benatia : pourquoi le prix des défenseurs s’est embrasé
David Luiz, Mangala, Benatia : pourquoi le prix des défenseurs s’est embrasé
DÉCRYPTAGE - Les défenseurs ont été les principaux animateurs de ce mercato estival 2014 grâce à leurs transferts exorbitants. Un privilège qui, il y a peu, n’appartenait qu’aux attaquants.
https://www.rtl.fr/sport/football/david-luiz-mangala-benatia-pourquoi-le-prix-des-defenseurs-s-est-embrase-7773970454
2014-08-29 14:54:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/gowh2rL3gw2yU_Mldx8tSw/330v220-2/online/image/2014/0828/7773976504_000-arp3938148.jpg