1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Coupe du Monde 2018 : "Sobriété capillaire chez les Bleus", constate Pascal Praud
1 min de lecture

Coupe du Monde 2018 : "Sobriété capillaire chez les Bleus", constate Pascal Praud

CHRONIQUE - Mais où sont donc passés les cheveux peroxydés et les extravagances des joueurs de l'équipe de France, bien plus sages en la matière en Russie ? Le journaliste Pascal Praud a enquêté.

Paul Pogba, Antoine Griezmann et Florian Thauvin à l'entraînement, le 23 juin 2018 en Russie
Paul Pogba, Antoine Griezmann et Florian Thauvin à l'entraînement, le 23 juin 2018 en Russie
Crédit : AFP / Franck Fife
Coupe du Monde 2018 : "Sobriété capillaire chez les Bleus", constate Pascal Praud
03:36
Pascal Praud & Loïc Farge

On connaît déjà la composition de l'équipe de France pour le dernier match de poule face au Danemark, mardi 26 juin. À noter six changements quand même au programme. "C'est le fil conducteur de Didier Deschamps : le collectif, le groupe. Si vous ne comprenez pas ça, vous ne comprenez rien à Didier Deschamps. Il ne faut oublier personne !", lance Pascal Praud.

"Les remplaçants remplacent, c'est leur fonction : Mandada, Sidibé, Nzonzi, Kimpembé, Dembélé, Lemar", poursuit-il. Des remplaçants que l'on appelle aussi "les coiffeurs". "Depuis 1978 et la Coupe du Monde en Argentine : ceux qui ne jouaient pas avaient coupé les cheveux de ceux qui jouaient, d'où ce sobriquet qui a traversé quarante ans", rappelle le journaliste.

La rédaction vous recommande

Pour continuer dans la coiffure, nos joueurs français paraissent bien sages. Où sont donc les cheveux peroxydés, les extravagances d'hier ? "Antoine Griezmann n'a plus de tresses, Paul Pogba a abandonné la crête de coq sur le crâne : sobriété capillaire chez les Bleus pour la saison printemps-été 2018", constate Pascal Praud. 

"Ni queue-de-cheval, ni teinture, ni berlinoise ou undercut, ces coupes qui font d'jeunes et que nos footballeurs arborent entre tonsure et décoloration", ajoute-t-il.

À lire aussi

"Que s'est-il passé ? J'ai appelé Noël Le Graët (le président de la FFF, Ndlr) hier, qui était un peu surpris de mon coup de fil et de mes questions pour savoir si la boule à zéro de Griezmann était un ordre. Visiblement non ! Cela vient plutôt des joueurs qui ont décidé de concentrer leurs effets sur les terrains", raconte le journaliste.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/