5 min de lecture Équipe de France de football

Coupe du Monde 2018 : les chiffres à retenir du 1er tour des Bleus

DÉCRYPTAGE - Avec deux victoires et un match nul, l'équipe de France est qualifiée pour les 8es de finale du Mondial en Russie. Elle devra probablement hausser son niveau de jeu pour aller plus loin.

Kylian Mbappé laisse éclater sa joie face au Pérou, le 21 juin 2018 à Ekaterimbourg
Kylian Mbappé laisse éclater sa joie face au Pérou, le 21 juin 2018 à Ekaterimbourg Crédit : David Vincent/AP/SIPA
GrégoryFortune77
Gregory Fortune
Journaliste RTL

La qualification pour la phase à élimination directe est en poche, la 1re place du groupe C aussi devant le Danemark. Mais le match nul 0-0 face au Danemark en conclusion de cette phase de poules 2018 laisse un sentiment d'inachevé pour l'équipe de France, qui n'a jamais pu faire parler son potentiel offensif impressionnant sur le papier avec les Griezmann, Mbappé, Dembélé... censé être servis par les Pogba, Tolisso, Kanté...

Les Bleus seront de retour samedi 30 juin (16h) à Kazan pour le premier des huit 8es de finale au programme sur quatre jours. Ce sera face à l'Argentine de Messi, Higuain, Di Maria, qui a arraché la 2e place du groupe D en battant le Nigeria dans la douleur et sur le fil (2-1).

En cas de succès, la France jouerait un quart de finale face au vainqueur de Portugal-Uruguay, le vendredi 6 juillet (16h) à Nijni Novgorod. Avant de se projeter si loin, l'heure est au bilan de ce 1er tour, de ces trois premiers matches face à l'Australie (2-1), au Pérou (1-0) et donc au Danemark (0-0).

À lire aussi
L'équipe de France football à Saint-Denis le 9 septembre 2018 équipe de France de football
Classement FIFA : les Bleus rejoints en tête par la Belgique

1. Les Bleus peu inspirés face au but

La France a disputé six mi-temps depuis le samedi 16 juin. Elle n'a réussi à trouver le chemin des filets que lors de deux d'entre elles, la deuxième face à l'Australie et la première face au Pérou. Au total, elle n'aura marqué que trois fois, une fois sur penalty (Griezmann contre les Socceroos 58e), une fois grâce à un but contre son camp (l'Australien Behich à la 81e).

Finalement, seul Mbappé a marqué dans le jeu, à la 34e face au Pérou. Les Bleus ont frappé 35 fois et ont cadré que 12 fois. Face à trois blocs bas, que ce soit en 4-3-3 ou en 4-2-3-1 (lire ci-dessous), quels que soient les hommes, ils ont eu toutes les peines du monde à trouver les solutions.

2. Deux schémas utilisés par Deschamps

Les Bleus ont débuté avec un 4-3-3 contre l'Australie avec Lloris dans les buts, Pavard, Varane, Umtiti et Hernandez derrière, Tolisso, Kanté et Pogba au milieu, un trio offensif Mbappé-Griezmann-Dembélé. Adepte des trois changements autorisés, Deschamps a remplacé Dembélé par Fekir et Griezmann par Giroud à la 70e, Tolisso par Matuidi (78e. 

Le match suivant marque le retour du 4-2-3-1, le système de la deuxième moitié de l'Euro. Face au Pérou, exit Dembélé et Tolisso, retour de Giroud en pointe et de Matuidi, dans un inhabituel rôle de milieu gauche. La première mi-temps a donné satisfaction. Ensuite ce fut plus laborieux. Les changements : Dembélé pour Mbappé (75e), Fekir pour Griezmann (80e), Nzonzi pour Pogba (89e).

4-2-3-1 toujours pour affronter le Danemark, mais avec six changements au coup d'envoi par rapport au match précédent. "Récompense" des années en Bleu pour Mandanda dans les buts ; relance du match Sidibé-Pavard au poste de latéral droit. Nzonzi et Dembélé pour faire souffler Pogba et Mbappé. Lemar préféré à Matuidi. Dès la 50e, Mendy est entré à la place de Hernandez. Griezmann (lire ci-dessous) a encore laissé le flambeau à Fekir (69e). Mbappé a succédé à Dembélé (78e).

20 joueurs sur les 23 présents en Russie ont donc joué. A priori, il y a peu de chances de voir Adil Rami, Florian Thauvin, Alphonse Areola sur une pelouse d'ici à la fin de l'aventure. Raphaël Varane, Lucas Hernandez, N'Golo Kanté et Antoine Griezmann ont débuté les trois matches. Seuls Varane et Kanté les ont disputés en entier.

3. Griezmann sort à chaque match

Le parfum des matches à élimination directe permettra-t-elle aux Bleus de retrouver le "vrai" Antoine Griezmann, meilleur buteur et meilleur joueur de l'Euro 2016 avec un but lors de la phase de poules face à l'Albanie puis des doublés contre l'Irlande en 8es et l'Allemagne en demie plus une autre réalisation face à l'Islande en quart ?

En Russie, l'attaquant de l'Athlético de Madrid (27 ans) a trouvé le chemin des filets une fois, face à l'Australie, sur un penalty qu'il s'est lui même procuré (validation après appel à la vidéo). À part ça ? Des courses, des appels, quelques frappes mais pas assez au goût du sélectionneur, qui l'a donc sorti à chaque fois bien avant la fin des matches.

Face au Danemark, plus mobile que lors des matches précédents, "Grizou" a été l'un des rares à offrir des solutions devant mais n'a pas été décisif. Il cadre une frappe, au terme d'une rare bonne remontée de balle de Lemar, mais directement sur le gardien danois (39e), et une autre tentative, déviée (51e), n'a pas surpris Kasper Schmeichel. Nabil Fekir, son remplaçant (68e), s'est lui immédiatement montré dangereux par une frappe dans le petit filet (70e) puis à la 82e.

4. Lloris franchit le mur des 100, Deschamps égale Domenech

Deux chiffres pour terminer ce bilan du 1er tour, concernant le gardien - et capitaine - et le sélectionneur des Bleus. Hugo Lloris, 31 ans, a rejoint face au Pérou le club très fermé des joueurs français comptant 100 sélections. Il est septième de ce palmarès honorifique derrière Lilian Thuram (142 capes), Thierry Henry (123), Marcel Desailly (116), Zinédine Zidane (108), Patrick Vieira (107) et Didier Deschamps (103 sélections). 

Ce dernier a pour sa part dirigé face au Danemark son 79e match à la tête de l'équipe de France, égalant le record détenu jusqu'ici par Raymond Domenech. En charge des Bleus depuis 2012 après le départ de Laurent Blanc, Deschamps a remporté 49 victoires, pour 14 nuls et 15 défaites, parvenant notamment jusqu'en finale de l'Euro 2016, perdue contre le Portugal (1-0 après prolongation). 


Domenech avait dirigé l'équipe de France de 2004 à 2010, avec une finale de Coupe du monde perdue contre l'Italie (1-1, 5-3 aux t.a.b) en 2006 puis le scandale de Knysna quatre ans plus tard, avec la fameuse grève des joueurs de l'équipe de France en Afrique du Sud après la mise à l'écart de Nicolas Anelka, qui avait insulté le sélectionneur. Domenech avait remporté un total de 41 victoires à la tête des Bleus contre 24 nuls et 14 défaites. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Équipe de France de football Coupe du Monde
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793884835
Coupe du Monde 2018 : les chiffres à retenir du 1er tour des Bleus
Coupe du Monde 2018 : les chiffres à retenir du 1er tour des Bleus
DÉCRYPTAGE - Avec deux victoires et un match nul, l'équipe de France est qualifiée pour les 8es de finale du Mondial en Russie. Elle devra probablement hausser son niveau de jeu pour aller plus loin.
https://www.rtl.fr/sport/football/coupe-du-monde-2018-les-chiffres-a-retenir-du-1er-tour-des-bleus-7793884835
2018-06-26 20:13:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/zpTVCwN88VccQ7SOmHx-Ow/330v220-2/online/image/2018/0621/7793837311_kylian-mbappe-laisse-eclater-sa-joie-face-au-perou-le-21-juin-2018-a-ekaterimbourg.jpg