3 min de lecture Coupe du Monde

Coupe du monde 2018 : la France, cette habituée des départs compliqués

ÉCLAIRAGE - Le match nul (0-0) concédé mardi 6 septembre à Borisov a rappelé la difficulté des Bleus à débuter les qualifications vers un Mondial. Retour sur quatre précédents.

Ni Gameiro, entré en fin de match, ni les autres Bleus n'ont marqué à Boriusov mardi 6 septembre 2016
Ni Gameiro, entré en fin de match, ni les autres Bleus n'ont marqué à Boriusov mardi 6 septembre 2016 Crédit : Sergei Grits/AP/SIPA
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Son statut de championne du monde 1998, championne d'Europe 2000, finaliste du Mondial 2006 et de l'Euro 2016 ont tendance à le faire oublier : depuis 30 ans, la France ne s'est qualifiée directement pour la phase finale d'une Coupe du monde qu'à une seule reprise. C'était en octobre 2005, quelques mois avant d'échouer face à l'Italie en finale en Allemagne. Avec 20 points, la sélection de Raymond Domenech, renforcée par les retours de Zinédine Zidane, Lilian Thuram et Claude Makelele à quatre matches de la fin des éliminatoires, devançait la Suisse et Israël de deux longueurs dans le groupe 4.
Depuis, les Bleus ont dû se contenter de la 2e place de leurs groupes, et donc se confronter à l’irrespirable exercice des barrages pour se rendre en Afrique du Sud puis au Brésil. D'abord devancés d'un point par les Serbes, ils s'en étaient sortis en prolongation face à l'Irlande. Quatre ans plus tard, l'Espagne terminait en tête du groupe I pour trois longueurs ; la bande de Didier Deschamps sombrait en Ukraine (0-2) avant un match retour fondateur (3-0).
De matches couperets de ce genre il n'y eu même pas pour les éditions 1990 (3e derrière la Yougoslavie et l'Écosse) et 1994 (Suède et Bulgarie qualifiés au terme d'une dernière ligne droite catastrophique). La France retrouvait enfin le gratin international en qualité de pays organisateur. Puis en tant que tenante du titre en 2002 (un privilège qui n'existera d'ailleurs plus à partir de l'édition suivante). Sera-t-elle présente en Russie dans un peu moins de deux ans ? Réponse au plus tard le 10 octobre 2017. En attendant, retour sur quatre premiers matches compliqués dans son histoire dans les éliminatoires du Mondial.

7 septembre 2012 : Finlande-France, 0-1

Abou Diaby et Jérémy Ménez en septembre 2012
Abou Diaby et Jérémy Ménez en septembre 2012 Crédit : Jussi Nukari/AP/SIPA

Quarts-de-finalistes impuissants de l'Euro 2012 deux mois auparavant face à l'Espagne future championne d'Europe (2-0), les Bleus entament une nouvelle ère avec Didier Deschamps, qui a étrenné son poste de sélectionneur le mois précédent contre l'Uruguay (0-0). Ils débutent leur campagne vers le Mondial 2014 par une courte victoire en Finlande, grâce à un but d'Abou Diaby (20e minute), qui représente alors le futur au poste de milieu de terrain. En fin de match, Hugo Lloris et Antoine Réveillère évitent l'égalisation des Nordiques.

6 septembre 2008 : Autriche-France, 3-1

Philippe Méxès avec les Bleus en septembre 2008
Philippe Méxès avec les Bleus en septembre 2008 Crédit : SAMUEL KUBANI / AFP

Malgré le fiasco de l'Euro en Suisse et en Autriche, Raymond Domenech est conforté dans son poste de sélectionneur. Le premier match en vue de la Coupe du monde 2010 se déroule à Vienne, face à des Autrichiens eux aussi éliminés au premier tour de leur championnat d'Europe. Les Bleus vont sombrer, à l'image d'un Philippe Mexès impliqué sur deux buts. Avec Samir Nasri, Karim Benzema ou Thierry Henry, l'équipe n'est qu'une somme d'individualités sans efficacité collective.

4 septembre 2004 : France-Israël, 0-0

Bernard Mendy en septembre 2004 avec les Bleus
Bernard Mendy en septembre 2004 avec les Bleus Crédit : REMY DE LA MAUVINIERE/AP/SIPA

Un peu plus de deux mois après l'élimination surprise en quart de finale de l'Euro portugais face à la Grèce (1-0) ensuite sacrée championne d'Europe, les Bleus entament une nouvelle ère, sans Zinédine Zidane qui a annoncé sa retraite internationale et avec Raymond Domenech en successeur de Jacques Santini au poste de sélectionneur. La campagne du Mondial 2006 commence par un match nul et vierge face aux Israéliens. Les Bleus apparaissent sans idée directrice ni patron. Zidane assiste de Madrid aux difficultés françaises et, après "avoir entendu une voix" lors d'une nuit d'été 2005, décide de revenir sauver la patrie.

9 septembre 1992 : Bulgarie-France, 2-0

17 novembre 1993 : les Bleus sombrent face à la Bulgarie et ne verront pas le Mondial 1994
17 novembre 1993 : les Bleus sombrent face à la Bulgarie et ne verront pas le Mondial 1994 Crédit : VINCENT AMALVY / AFP
À lire aussi
Les États-Unis ont été battus par l'Australie (98-94) ce samedi 24 août Australie
Basket : les États-Unis perdent leur premier match depuis 2006

Éliminée au premier tour de l'Euro suédois, l'équipe de France est orpheline de Michel Platini démissionnaire de son poste de sélectionneur. Gérard Houllier lui succède avec la mission de rejouer en Coupe du Monde. Cela commence bien mal à Sofia face à des Bulgares conduits par Hristo Stoichkov, premier buteur. Cette défaite inaugurale n'empêche pas les Tricolores d'effectuer ensuite un bon parcours, jusqu'aux deux derniers matches, contre Israël et... la Bulgarie. Un point suffit à les qualifier pour le Mondial 1994. Mais ils s'inclinent à chaque fois au Parc des Princes (3-2 et 2-1) où, un peu trop vite, on avait fait résonner "L'Amérique, l'Amérique" de Joe Dassin.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coupe du Monde Équipe de France de football Biélorussie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants