2 min de lecture Coupe du Monde

Coupe du Monde 2018 : l'arbitrage vidéo à la rescousse des Bleus

Alors que la France était tenue en échec par l'Australie, l'assistance-vidéo a donné un penalty en faveur des hommes de Didier Deschamps, permettant à Antoine Griezmann d'ouvrir le score.

Antoine Griezmann a marqué le 1er but sur penalty contre l'Australie le 16 juin à Kazan
Antoine Griezmann a marqué le 1er but sur penalty contre l'Australie le 16 juin à Kazan Crédit : Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et AFP

Qui eût cru que l'équipe de France aurait besoin de l'arbitrage vidéo pour se défaire de l'Australie ? C'est pourtant bien ce qu'il s'est passé ce samedi 16 juin, pour l'entrée en lice des hommes de Didier Deschamps dans cette Coupe du Monde. 

Alors que tous les observateurs pronostiquaient une large victoire des Bleus, aucun but n'a été inscrit au cours d'une première mi-temps poussive. Mais à la 58e minute, Antoine Griezmann est touché dans la surface des Aussies, sans que dans un premier temps, l'arbitre uruguayen Andres Cunha n'intervienne. 

Quelques secondes plus tard, après avoir interrompu la partie, il se dirige sur le bord du terrain pour visionner les images. Et finalement donner un carton jaune au joueur australien fautif, Joshua Risdon, et accorder un penalty, transformé par Griezmann. La France est encore entrée dans l'histoire grâce à la technologie. Et l'emportera 2 à 1 au final, grâce à un second but inscrit par Paul Pogba. 

Déjà une première au Mondial 2014

"Entrée dans l'histoire", parce c'est la première fois dans ce Mondial que la VAR, assistance vidéo à l'arbitrage, a été utilisée pour donner un penalty en faveur d'une équipe. "Encore", parce que c'est aussi lors d'un match des Bleus (face au Honduras, lors de la Coupe du Monde 2014), que la technologie sur la ligne de but (ou goal-line technology) avait été inaugurée dans la compétition pour accorder un but aux Français, sur une action de Karim Benzema. 

À lire aussi
Les États-Unis ont été battus par l'Australie (98-94) ce samedi 24 août Australie
Basket : les États-Unis perdent leur premier match depuis 2006

La VAR est le grand pari de Gianni Infantino pour ce Mondial. Réputé "sceptique" à l'origine, le président de la FIFA s'est rapidement transformé en très ardent défenseur du dispositif et a pesé de tout son poids pour son adoption rapide. 

La VAR utilisée dans 4 cas de figures

Après des expériences dans différents tournois FIFA ainsi qu'en Serie A et en Bundesliga cette saison, le principe est désormais connu. La VAR peut être utilisée dans quatre cas de figure : après un but marqué, sur une situation de penalty, pour un carton rouge direct ou en cas d'erreur sur l'identité d'un joueur averti ou exclu. 

"La VAR, c'est juste un arbitre qui est dehors. C'est une aide, il n'y a pas d'affect psychologique. On est très heureux d'avoir cette aide", a ainsi assuré l'arbitre gambien Bakary Papa Gassama lors d'un stage de formation en avril à Coverciano, le centre d'entraînement de la fédération italienne. 

"Ça ne change pas profondément notre métier. L'arbitre sera toujours le décideur au moment de la situation. La vidéo sera une aide, un soutien, mais le décideur au départ de l'histoire c'est l'homme, et à la fin de l'histoire c'est l'homme", a de son côté rappelé le représentant français Clément Turpin. Des hommes en bleu qui peuvent cependant dire merci à la technologie, si précieuse pour leur premier jour de compétition.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coupe du Monde Équipe de France de football Antoine Griezmann
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants