1 min de lecture Coupe du Monde

Coupe du Monde 2018 : comment sont réalisés les matches de football ?

Jean-Jacques Amsellem, qui a notamment réalisé la finale de la Coupe du Monde 1998, explique son travail. "La seule et unique consigne, c'est de se dire qu'il ne faut rien rater", dit-il.

Simon_245 Le Son de l'Image Simon Buisson iTunes RSS
>
Le Son de l'Image du 13 juillet 2018 Crédit Image : Ruslan SHAMUKOV / AFP | Durée : | Date : La page de l'émission
Simon Buisson
Simon Buisson

Amateurs de ballon rond ou non, nombre de personnes ont eu les yeux rivés sur la télévision pendant le mois écoulé. Au total, plus 3 milliards de téléspectateurs auront suivi la compétition. Et pour que les supporters ou les néophytes ne ratent rien des courses folles de Kylian Mbappé, des arrêts de Hugo Llorris ou des roulades de Neymar... La FIFA met les grands moyens.


Jean-Jacques Amsellem était le chef d'orchestre de France-Brésil en 1998. Mais il a aussi réalisé plusieurs rencontres en Russie. Comme France-Australie ou le quart de finale Suède-Angleterre par exemple. "C'est la plus grande couverture télévisuelle au monde, on avait 40 caméras, 14 ralentis... La seule et unique consigne c'est de se dire qu'il ne faut rien rater. Quand le ballon est sorti, là vous pouvez faire une séquence de ralenti, sur différents angles, là vous pouvez montrer de l'émotion. Mais tant que le ballon est en jeu, on se doit de rester en live", explique-t-il.

Et, comme sur le terrain, la bataille existe aussi chez les réalisateurs. Il y a la touche britannique, qui favorise les plans larges, et la patte française, qui s'attache à suivre chaque joueur en multipliant les gros plans, les ralentis.

Il faut savoir doser, respecter le jeu

Jean-Jacques Amsellem
Partager la citation

Mais pour une Coupe du Monde, malgré les moyens techniques hors du commun, il faut rester simple. C'est le maître mot : "On est quand même huit équipes de réalisation et l'idée c'est d'être un peu uniforme tous ensemble. Il faut savoir doser, respecter le jeu. La balle et le plan large fait partie à 70% d'une captation d'un match de football", glisse Jean-Jacques Amsellem. 

À lire aussi
Les États-Unis ont été battus par l'Australie (98-94) ce samedi 24 août Australie
Basket : les États-Unis perdent leur premier match depuis 2006

Ce dernier, qui se laisse guider par le son d'ambiance et les commentaires en français, est malgré tout "tributaire des actions et des joueurs". "Le match, quand il est formidable et qu'il y a des buts, ça passe tout seul. Alors qu'un 0-0 est plus difficile à mettre en image", conclut-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coupe du Monde Médias Télévision
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794111023
Coupe du Monde 2018 : comment sont réalisés les matches de football ?
Coupe du Monde 2018 : comment sont réalisés les matches de football ?
Jean-Jacques Amsellem, qui a notamment réalisé la finale de la Coupe du Monde 1998, explique son travail. "La seule et unique consigne, c'est de se dire qu'il ne faut rien rater", dit-il.
https://www.rtl.fr/sport/football/coupe-du-monde-2018-comment-sont-realises-les-matches-de-football-7794111023
2018-07-17 20:30:46
https://cdn-media.rtl.fr/cache/cMNmQMhsn8kPOfJFA6vEkg/330v220-2/online/image/2018/0710/7794062197_le-stade-krestovski-de-saint-petersbourg-68-134-places-et-son-toit-amovible.jpg