3 min de lecture Mondial 2014 au Brésil

Coupe du monde 2014 : l'Espagne n'est pas le premier tenant du titre à trébucher

La défaite de l'Espagne lors de son entrée en lice contre les Pays-Bas n'était pas le premier faux pas d'un champion en titre pour un début de Coup du monde.

Casillas symbole de la chute espagnole
Casillas symbole de la chute espagnole Crédit : JAVIER SORIANO / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Une gifle. C'est bien ce qu'a reçu l'équipe d'Espagne, en mondovision, d'une équipe des Pays-Bas insolente lors du premier match du groupe C vendredi soir. Le tenant du titre a fait illusion 45 minutes avant de complètement exploser et de couler à pic sous les yeux de spectateurs abasourdis de voir cette équipe réduite à l'état de faire-valoir

Mais ce remake de la finale de 2010 n'était pas une première dans l'histoire de la Coupe du monde. Plusieurs fois auparavant, le champion en titre a trébuché lors de son entrée en lice, et mis à part l'Argentine en 1990, la suite fut loin d'être glorieuse. 

Le triple exemple italien

La Squadra Azzura est quadruple championne du monde, dont un dernier sacre en 2006 qui serre encore le cœur des supporters français. Mais après ses 3 derniers titres, l'édition suivante a été douloureuse pour les Tifosi. Championne en 1938, l'Italie se présente comme le tenant en 1950 pour la première édition d'après-guerre. Hélas, dès la première rencontre, la Suède fait chuter les Italiens 3-2, et les Azzuri ne se qualifient pas pour le deuxième tour final. 

36 ans plus tard, l'Italie sacrée en 1982 arrive au Mexique pour tenter le doublé mais encore une fois, l'entrée dans la compétition sera poussive avec un 1-1 contre la Bulgarie et une élimination en huitième de finale contre la France. Autre exemple, il y a 4 ans. Les joueurs de Marcelo Lippi venaient défendre leur couronne acquise en Allemagne mais ne la gardèrent pas bien longtemps. 

À lire aussi
L'Arena Pantanal de Cuiaba, le 13 juin 2014 (archives). Mondial 2014 au Brésil
Brésil : "interventions d'urgence" sur l'un des stades du Mondial

Tenue en échec par le Paraguay (1-1), la Squadra bute sur la Nouvelle-Zélande sur le même score avant de chuter contre la Slovaquie lors du match décisif et rentre au pays la tête basse et avec une obligation de réforme.

L'Argentine, le contre-exemple de 1990

Si l'Italie a donc connu certains déboires en ouverture de tournoi, elle n'est pas la seule. En 1974, le Brésil reste sur 3 sacre en 4 éditions (58, 62, 70) mais arrive en Allemagne avec une nouvelle génération, celle de l'après Pelé. Dès le premier match, la Yougoslavie accroche la Seleçao, qui sera éliminée au deuxième tour. La RFA termine championne du monde, mais connaîtra un début de Mondial suivant compliqué. Ainsi, en 1978, les Allemands démarrent par un 0-0 contre la Pologne et ne passent pas le second tour. 

Autre grande nation à avoir marqué l'histoire par des débuts peu glorieux, l'Argentine. En 1990, l'Albiceleste du génie Maradona est battue par le Cameroun de Roger Milla et de l'unique buteur de la rencontre, François Omama-Biyik. Mais contrairement aux autres équipes, l'Argentine a réussi à faire un bon parcours par la suite, en ne perdant qu'en finale sur un penalty d'Andreas Brehme pour la RFA, entraînant les larmes d'El pibe de oro pour une image entrée dans l'histoire. 

Le naufrage français

Mais avant 1990, les Argentins avaient déjà connu des déboires à la suite de leur titre de 1978 (un sacre sous la dictature et dans des circonstances parfois douteuses). En 1982, les Gauchos avaient connu la défaite dès l'entame du tournoi contre la Belgique. Qualifiée pour la deuxième phase, l'équipe terminera dernière de son groupe. Enfin, dernier exemple et non des moindres, la débandade française en 2002. 

Lors d'une édition jouée au Japon et en Corée du Sud, les Bleus s'étaient inclinés 1-0 face au Sénégal lors du premier match. S'en suivront un 0-0 contre l'Uruguay et une défaite 2-0 contre le Danemark. Aucun but marqué malgré la présence des meilleurs buteurs des championnats d'Italie, d'Angleterre et de France dans l'équipe. L'Espagne est donc prévenue : les débuts ratés d'un tenant du titre ne sont presque jamais suivis d'un parcours glorieux. À elle désormais de vérifier l'adage qui veut qu'une équipe avertie en vaut deux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mondial 2014 au Brésil Football Espagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7772634081
Coupe du monde 2014 : l'Espagne n'est pas le premier tenant du titre à trébucher
Coupe du monde 2014 : l'Espagne n'est pas le premier tenant du titre à trébucher
La défaite de l'Espagne lors de son entrée en lice contre les Pays-Bas n'était pas le premier faux pas d'un champion en titre pour un début de Coup du monde.
https://www.rtl.fr/sport/football/coupe-du-monde-2014-l-espagne-n-est-pas-le-premier-tenant-du-titre-a-trebucher-7772634081
2014-06-14 14:59:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/v6wT0UcoQINvNEoM1iNhXA/330v220-2/online/image/2014/0614/7772635114_casillas-symbole-de-la-chute-espagnole.jpg