4 min de lecture Mondial 2014 au Brésil

Coupe du monde 2014 : l'Allemagne se hisse sur le toit du monde

COMPTE-RENDU - L'Allemagne est devenue championne du monde dimanche 13 juillet, en battant l'Argentine 1-0 après prolongation.

L'Allemagne est championne du monde
L'Allemagne est championne du monde Crédit : FRANCOIS XAVIER MARIT / POOL / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

La meilleure équipe de la compétition a gagné, celle qui a éliminé la France avant de donner au Brésil une leçon de football en demi-finale. L'Allemagne est championne du monde après avoir battu une Argentine solide, courageuse, parfois dangereuse mais épuisée et sans assez de talent pour faire la différence. 

Joachim Löw et la philosophie de jeu de cette Allemagne sont aujourd'hui sur le toit du monde, un an après le triomphe du Bayern Munich en Ligue des champions. Chapeau bas ! 

Chacun son style

Si les styles opposés des deux équipes étaient encore inconnus de certains, les premières minutes de cette finale avaient planté le décor. Les Allemands faisaient face à un bloc bas et compact et ont usé d'entrée d'un jeu sans ballon remarquable pour trouver des décalages, notamment par l'ultra-intelligent Thomas Müller. De l'autre côté, Lionel Messi avait revêtu ses habits de sauveur et emportait avec lui son équipe, décidée néanmoins à ne pas attendre forcément son destin. 

Perez, Lavezzi et Messi composaient un trident à la verticalité redoutable pour venir porter le danger devant les buts de Neuer et servir Higuain en pointe. Ce dernier a eu d'ailleurs la première énorme occasion. Sur un ballon en retrait de Kroos mal donné, l'avant-centre de Naples a tiré à côté, seul devant Nueuer (21e minute). Un frisson dans une finale qui devenait de plus en plus fermée par une Albiceleste à la science défensive avérée

À lire aussi
L'Arena Pantanal de Cuiaba, le 13 juin 2014 (archives). Mondial 2014 au Brésil
Brésil : "interventions d'urgence" sur l'un des stades du Mondial

La Nationalmannschaft avait le ballon, maîtrisait les débats, mais n'arrivait pas à trouver d'espaces ni de failles dans les lignes adverses. Au contraire, l'Argentine plongeait à chaque récupération de balle dans le dos des Allemands, comme lors de la 30e minute, lorsque Messi a renversé vers Lavezzi à droite. Le Parisien centrait directement vers Higuain qui réussissait à tromper Neuer... avant que l'arbitre ne signale un hors-jeu du buteur. Dans la foulée, Kramer aligné à la place d'un Khedira blessé, sortait sur blessure et Shürrle faisait son apparition. 

L'Argentine ne voulait pas seulement attendre

Le joueur de Chelsea a montré qu'il était plus qu'un joker lorsque sa frappe à la suite d'un superbe service de Müller, a obligé Romero à un arrêt compliqué. À la 40e, un déboulé de Messi côté droit a obligé un dégagement en catastrophe. Le match s'animait par séquences, et les chocs se durcissaient aussi et à défaut d'être spectaculaire cette finale était intense. L'Allemagne cadrait encore une frappe lorsque Mascherano a perdu un ballon. Müller donnait à Özil dans l'axe, ce dernier glissait vers Kroos dont la frappe était bloquée par Romero (43e). 

La défense argentine commençait à trembler, tout comme le poteau gauche de Romero, qui sauvait le portier à la suite d'une tête fracassante de Höwedes, à la retombée d'un corner de Kroos (46+2). Les deux équipes retournaient aux vestiaires avec une grosse occasion chacune mais pas de but. Dès la reprise, Alejandro Sabella envoyait Agüero à la place d'un Lavezzi pourtant excellent. Et c'est l'Argentine qui avait une première balle de match par Messi, qui a tiré à côté seul dans la surface (48e). Un raté incroyable de la part de la "Pulga"

L'Albiceleste montrait une envie de percuter et de bousculer cette équipe allemande, loin du schéma attentiste attendu. La défense restait solide mais les assauts offensifs étaient incisifs. À la 58e minute, une sortie de Neuer devant Higuain aurait pu lui valoir un rouge. L'arbitre siffla faute contre l'Argentin. 

Un match au couteau

L'intensité avait depuis quelques minutes pris le pas sur la qualité technique des joueurs, il fallait une énergie folle pour gagner les duels au milieu de terrain si bien que la lucidité technique faisait parfois défaut dans les zones de vérité. Palacio entrait à la 78e pour tenter de débloquer la situation, mais c'est bien Messi qui faisait tourner en bourrique l'arrière-garde teutonne, forçant Neuer à une sortie dans les pieds d'un attaquant. 

Petit à petit néanmoins, on voyait les vagues blanches devenir de plus en plus menaçantes. Kroos a eu une balle à 18 mètres mais ça frôlait le poteau (82e). Miroslav Klose, pour son dernier match de Coupe du monde, laissait sa place à la pépite Mario Götze (88e). Il restait peu de temps pour essayer d'éviter une prolongation et d'arracher une étoile de plus sur la tunique nationale. Götze a déclenché une frappe dans les arrpets de jeu, mais c'était trop mou (90+1). Cette Coupe allait demander 30 minutes de plus pour choisir son pays d’accueil, pour la 3e finale consécutive. 

Götze libère la Nationalmannschaft

Comme face à l'Algérie en huitièmes de finale, Shürrle a tenté sa chance d'entrée après une combinaison avec Götze dans la surface, mais Romero restait solide. Sur le contre, Messi était repris avec maestria par un Boateng exceptionnel. Les organismes étaient entamés et ça sentait le chaos sur chaque accélération en attaque. Palacio avait une balle sur un contre un mais le choix du lob sur Neuer était mauvais et la balle a filé à côté (97e). Ce match allait se jouer aux tripes, à l'arrachée, la forme ne comptait plus, seule la victoire allait être belle et la défaite déchirante. 

On se dirigeait vers les tirs au but lorsque Shürrle a déposé 2 joueurs avant de centrer pour Mario Götze. La jeune pépite allemande a contrôlé de la poitrine avant tromper dans un angle fermé Sergio Romero (114e). Un coup parfait, un but synonyme de quatrième sacre pour l'Allemagne et pour une génération dorée, fruit de la révolution footballistique du pays opérée au début des années 2000 et pilotée par Joachim Löw. Le ballon rond a son nouveau "Meister". 

Infographie : les compositions probables d'Allemagne-Argentine
Infographie : les compositions probables d'Allemagne-Argentine Crédit : AFP
Infographie : le duel Allemagne-Argentine
Infographie : le duel Allemagne-Argentine Crédit : AFP
Infographie : le duel Müller-Messi
Infographie : le duel Müller-Messi Crédit : AFP
Infographie : le tableau final du Mondial 2014
Infographie : le tableau final du Mondial 2014 Crédit : AFP
La rédaction vous recommande
Concours
Lire la suite
Mondial 2014 au Brésil Allemagne Argentine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants