3 min de lecture Ligue des champions

Barça-PSG : les 3 raisons de la faillite de Paris à Barcelone

DÉCRYPTAGE - Une défense pas au niveau, un milieu submergé et un début de match catastrophique ont eu raison de la qualification du Paris Saint-Germain.

Les joueurs parisiens défaites après leur incroyabke défaite sur la pelouse du Camp Nou lors de Barça-PSG le 8 mars 2017
Les joueurs parisiens défaites après leur incroyabke défaite sur la pelouse du Camp Nou lors de Barça-PSG le 8 mars 2017 Crédit : JOSEP LAGO / AFP
Luca Dangréaux
Luca Dangréaux

Ce Barcelone-PSG, personne ne l'avait imaginé. Par son scénario, par ses émotions et son suspense, il a berné tous pronostics, toutes projections. Le Barça l'a emporté 6-1 contre une équipe qui l'avait pourtant dominé 4-0 trois semaines plus tôt. Il s'est qualifié dans les dernières secondes de la rencontre grâce à un joueur, Sergi Roberto, qui avait perdu sa place après sa pauvre performance le soir de la Saint-Valentin.

Les Catalans l'ont emporté très largement, pourtant Messi n'a pas été génial. Ni Suarez d'ailleurs. Preuve là encore de l'irrationalité de cette rencontre. Les meilleurs joueurs Blaugrana ont été Samuel Umtiti, Sergio Busquets et Neymar. D'un sublime coup-franc, d'un penalty transformé, d'un autre obtenu et d'une passe décisive il a qualifié pratiquement à lui seul le club catalan.

Si les Parisiens peuvent avoir des regrets, cette défaite est presque logique tant le club de la capitale a déjoué. Certes Neymar a été exceptionnel, certes l'arbitre a fait quelques erreurs notamment sur le deuxième penalty litigieux mais les hommes d'Unai Emery ne sont pas exempts de tous reproches. Voici les trois points qui leur ont, aussi, coûté une élimination historique.

À lire aussi
Mbappé, Neymar et les Parisiens célèbrent leur 2e but, le 28 novembre 2018 au Parc des Princes Ligue des champions
Ligue des champions : les dates de PSG-Manchester United et Lyon-Barça dévoilées
Le PSG gagnera-t-il un jour la Ligue des champions ?
Nombre de votes : 8590 *Sondage à valeur non scientifique

1. Dix premières minutes cauchemardesques

Les hommes d'Unai Emery étaient prévenus. Et premièrement par leur coach. Le FC Barcelone devant rattraper un retard de quatre buts sur ce match retour, nul doute qu'il allait, pour cela, commencer le match tambour battant.

Sur les dix dernières minutes, le FCB a tiré quatre fois aux cages, a obtenu deux corners, a dominé techniquement et territorialement la rencontre mais a surtout inscrit son premier but de la soirée (3e) grâce à Luis Suarez. Sur une action on ne peut plus brouillonne, la défense parisienne ne parvient pas à se dégager et laisse le ballon vaguer dans ses six mètres. Une opportunité que l'Uruguayen n'a pas laissé passer.

2. La bataille du milieu de terrain perdue

Si les quatre défenseurs du PSG ont subi des vagues barcelonaises incessantes, c'est que son milieu de terrain n'a ni su tenir le ballon ni se projeter vers l'avant. Et seule la feuille de statistiques peut appuyer cette tendance : la possession de balle (71%) de Barcelone prouve sa domination. Et si le PSG rivalise avec son adversaire du soir au pourcentage de duels gagnés (53-47 en faveur des Blaugrana), il ne peut pas en dire autant dans le secteur des passes où la différence est abyssale.

Les Parisiens, en 95 minutes de jeu, ne se sont échangés le ballon qu'à 237 reprises contre 576 pour leur adversaire. Deux totaux très inférieurs aux moyennes des deux équipes. Le pourcentage de passes réussies côté parisien est lui aussi inquiétant puisqu'il est de 64% (contre 85% pour les Catalans). Chiffre "suprême" : entre la 85e minute et le coup de sifflet final, soit environ dix minutes, le PSG a réussi quatre passes, dont trois sur engagements après un but concédé.

3. La paire Marquinhos-Thiago Silva en échec

La défense axiale du PSG avait véritablement anéanti la force de frappe barcelonaise lors du match aller (4-0), Presnel Kimpembé en tête. Ce mercredi soir elle a explosé, Marquinhos en tête. De là à dire qu'avec le jeune international français une partie du naufrage aurait pu être évitée il y a un pas qui ne peut pas être franchi dès ce soir.

Thiago Silva n'a gagné que 58% des duels et n'a récupéré que deux ballons. Des chiffres infiniment faibles pour un défenseur d'une équipe dominée. Quant à Marquinhos ce sont les faits de jeu qui peuvent lui être reprochés. Sur le second but, il protège la sortie de balle devant Iniesta mais est piégé par la trajectoire du cuir d'abord et par la course du capitaine espagnol ensuite. Sur le premier but de Suarez c'est encore lui qui dévie une première fois le ballon de la tête sans véritablement le dégager. À sa retombée il n'est pas suffisamment réactif pour le renvoyer une nouvelle fois.

Enfin le penalty du 5-1, transformé par Neymar à la 90e minute, c'est lui qui le concède. Même si la faute n'est pas flagrante, voire même amplifiée par la chute du numéro 9 catalan, il juge mal la trajectoire du ballon. Surtout, à aucun moment il ne le regarde et s'occupe exclusivement de l'ancien joueur de Liverpool.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ligue des champions Paris Saint-Germain FC Barcelone
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787591002
Barça-PSG : les 3 raisons de la faillite de Paris à Barcelone
Barça-PSG : les 3 raisons de la faillite de Paris à Barcelone
DÉCRYPTAGE - Une défense pas au niveau, un milieu submergé et un début de match catastrophique ont eu raison de la qualification du Paris Saint-Germain.
https://www.rtl.fr/sport/football/barca-psg-les-3-raisons-de-la-faillite-de-paris-a-barcelone-7787591002
2017-03-09 05:45:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Sk_rTH6zT8_O1ZhpLBWLXA/330v220-2/online/image/2017/0308/7787591009_les-joueurs-parisiens-defaites-apres-leur-incroyabke-defaite-sur-la-pelouse-du-camp-nou-lors-de-barca-psg-le-8-mars-2017.jpg