3 min de lecture Ligue des champions

Barça-PSG : Cavani, seule (maigre) consolation de l'immense fiasco

DÉCRYPTAGE - Lors de la déroute contre le Barça (6-1), l'attaquant uruguayen a inscrit un but qui aurait pu tout changer.

Edinson Cavani, lors de Barça-PSG le 8 mars 2017 Crédit : JOSEP LAGO / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

62e minute de jeu. C'est sans doute l'une des seules fois où le Paris Saint-Germain parvient à se procurer une situation intéressante. Dans le rond central du Camp Nou, Marco Verratti ouvre son pied pour lancer Layvin Kurzawa sur la gauche de la surface. Ce dernier remet in extremis de la tête vers le point de penalty. Rôdant tel un renard des surfaces, Edinson Cavani décoche instantanément une reprise de volée du bout du pied droit. Le missile part vers la lucarne, il va beaucoup trop vite pour le gardien désarmé. Stupeur dans les travées de l'antre catalane, Paris exulte. À cet instant, l'attaquant uruguayen semble avoir inscrit le but censé assurer aux Parisiens leur qualification et obliger le Barça à marquer à trois reprises supplémentaires. Une mission impossible pourtant bien devenue réalité, signant l'élimination cataclysmique du club de la capitale (6-1).

Si un tel ascenseur émotionnel a pu exister, c'est donc dû en grande partie à Edinson Cavani, qui au milieu du naufrage, a été le seul à surnager. Esseulé dans son rôle d'attaquant de pointe, car dans l'impossibilité de recevoir des ballons intéressants dans ses pieds, l'avant-centre a malgré tout achevé ce supplice en rendant la meilleure prestation parisienne (ou plutôt la moins mauvaise). Contrairement à ses coéquipiers qui furent tous hors-sujet, l'ancien Napolitain a été le seul à assumer ses responsabilités.

Dans les bons coups

Dans une équipe complètement repliée sur soi, n'hésitant pas à défendre à dix dans sa propre surface, Cavani avait comme mission d'accumuler les kilomètres et de ne pas contenir son énergie pour tenter de gêner les premières relances et surtout venir aider les Parisiens à mettre le bus dans la surface. S'il a, comme souvent, eu quelques difficultés (compréhensibles compte tenu de la stratégie déployée) pour tenir le ballon ou le faire circuler proprement, il affiche néanmoins un taux de passes réussies de 71%, supérieur à un Thiago Silva (58%) dont la qualité de relance est pourtant grandement louée.

Contraint à dépasser son rôle de prédilection, Edinson Cavani a malgré tout su répondre présent sur le tout petit nombre d'offensives intéressantes. À la 52e, sur un rapide centre à ras-de-terre de Thomas Meunier, il manque de chance en trouvant le poteau sur un tir à l'arrachée. Mais contrairement à ses coéquipiers, il n'a pas reproduit deux fois la même "erreur", ne se faisant pas prier pour concrétiser sa seconde occasion et remplir sa réelle mission que la direction qatarie attend d'un attaquant acheté pour 63 millions d'euros : marquer. Peut-être aurait-il pu plier le match si Angel Di Maria lui avait servi l'évident caviar dans les dernières minutes, plutôt que de rater lamentablement sa frappe.

En passe d'effacer Ibra

À lire aussi
Pedro Pinto présente le tirage de la Ligue des champions le 10 juillet 2020 à Nyon Ligue des champions
Ligue des champions 2020-2021 : quel jour et à quelle heure a lieu le tirage au sort

À l'aller, même si la lumière était portée sur un Angel Di Maria qui n'était que l'ombre de lui-même à Barcelone, Edinson Cavani avait déjà fait son travail. En marquant le but du 4-0, il avait permis aux supporters du Parc des Princes de vraiment s'imaginer en quarts de finale. Sur cette double confrontation, le trentenaire compte ainsi deux buts presque décisifs à son compteur. Avec ces deux grands rendez-vous, il s'est même payé le luxe de devenir co-meilleur buteur de l'histoire du club en coupes d'Europe, à égalité avec un certain... Zlatan Ibrahimovic, souvent critiqué pour ses errances dans les moments cruciaux sur la scène continentale. Malgré un début de saison poussif, et quelques tendances à vendanger face aux bétonneurs du championnat, là où le Suédois excellait, difficile aujourd'hui pour Edinson Cavani d'être désigné comme le responsable de l'élimination en Ligue des champions où il représente 44% des buts du club. Quant au bilan global, il peut se targuer d'un total de 38 réalisations toutes compétitions confondues.

Décrit comme discret au Camp des Loges, souvent vilipendé par la presse et les supporters, Edinson Cavani a bien failli devenir le nouveau héros du PSG. Cette heure ne viendra peut-être jamais. Lié au club jusqu'en juin 2018, Edinson Cavani semble être réticent, selon L'Équipe, à prolonger l'aventure dans un vestiaire qui l'a longtemps mal considéré. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ligue des champions FC Barcelone Paris Saint-Germain
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants