3 min de lecture FC Barcelone

Avec Suarez, le Barça perd un peu plus son âme

DECRYPTAGE - Transferts très coûteux, sponsors maillot, Camp Nou renommé... Le vernis romantique qui recouvrait l'identité du Barça s'est sévèrement écaillé. L'arrivée de Luis Suarez ne fait que confirmer la donne.

Lionel Messi en avril 2014
Lionel Messi en avril 2014 Crédit : AFP/P-P.Marcou
Grégory Canale Journaliste RTL

Le temps où le FC Barcelone mettait un poing d'honneur a véhiculer une image à l'opposé des intérêts financiers du football mondial est bel et bien révolu. Pendant longtemps, le club catalan s'est targué de ne pas avoir cédé la virginité de son maillot au plus offrant, portant haut son hostilité au foot business et ses grands joueurs à la carrière intégralement blaugrana en étendard. 

"Nous sommes peut-être les derniers romantiques du football", martelait d'ailleurs Xavier Aguilar, directeur financier du Barça au début des années 2000. Las. Le FC Barcelone est entré dans une nouvelle dimension. Le transfert de Luis Suarez, pour cinq saisons et un montant qui avoisinerait les 70 millions d'euros, confirme ce virage enclenché il y a une dizaine d'années, très loin des valeurs originelles du club.

"Money is money"

Avec la venue à la présidence de Joan Laporta en 2003, dont la politique audacieuse a mené à une période de succès avec 12 trophées majeurs (2003-2010), les Catalans ont changé d'ère. Dès sa nomination, il a fait voter l'arrivée du premier sponsor maillot payant de l'histoire du FC Barcelone, malgré l'opposition de Johan Cruyff, légende de l'équipe, qui a parlé de "souillure sur le maillot".

Depuis 1899, date de la création du club, les Catalans n'avaient jamais affiché de sponsor sur leur tunique, chose exceptionnelle dans le football professionnel européen. Mais la transition est habilement menée par Laporta. La tenue "blaugrana" a d'abord arboré un sponsor gratuit à qui le Barça verse même de l'argent, l'Unicef.

À lire aussi
Lionel Messi à Paris le 2 décembre 2019 Ballon d'Or
Ballon d'Or 2019 : Lionel Messi sacré pour la 6e fois

Mais la bienfaisance a peu de poids face à l'argent. En 2010, cela a été au tour de la Qatar Foundation, autre organisme non-lucratif, mais qui a versé 165 millions d'euros pour apparaître comme sponsor maillot. L'Unicef a été relégué à l'arrière, sous le numéro. Qatar Airways a pris le relais depuis 2013 et le Barça a même vendu des emplacements à l'intérieur du maillot à Intel, moyennant 18 millions d'euros, et sur la manche gauche aux Turcs de Beko.

Des transferts galactiques, des départs emblématiques

Autre symbole de cette perte d'identité du FC Barcelone, des transferts très couteux de joueurs qui ne correspondent pas au "moule" du club. Un modèle qui n'a finalement pas grand chose à envier à la politique de Florentino Perez au Real Madrid, l'ennemi de toujours. L'arrivée de Zlatan Ibrahimovic en 2009, pour l'équivalent de 75 millions d'euros (49,5 M€ + Samuel Eto'o) en témoigne. Le Suédois, qui ne s'entendait pas avec son coach Pep Guardiola et ne s'adaptait pas au jeu barcelonais, a fait ses valises dès la saison suivante.

Plus récemment, la signature du Neymar à l'été 2013, pour 57 millions d'euros a entaché durablement la réputation du club. Le Barça avait maquillé la somme réel pour économiser 10 millions d'euros d'impôts. L'achat du Brésilien a en réalité coûté près de 95 millions d'euros. À peu de choses près le même montant que Gareth Bale, la recrue phare du mercato estival du Real en 2013. La mise au jour de cette affaire a contraint le dernier président, Sandro Rosell, a démissionné.

L'officialisation de l'arrivée de Luis Suareztancé d'une réputation sulfureuse, a définitivement sonné le glas de l'idéal romantique défendu par les "Blaugranas". Surtout avec le départ, dans le même temps, de joueurs emblématiques du club. Victor Valdés, déçu par les dirigeants, et Carles Puyol l'ont déjà acté. Après 16 saisons en Catalogne, Xavi pourrait également partir.

Le naming, cerise sur le gâteau

Camp Nou Microsoft, Qatar Airways Camp Nou Stadium... À l'instar de certains grands clubs européens, comme Arsenal (Emirates Stadium) ou le Bayern Munich (Allianz Arena), le FC Barcelone pourrait céder à la fièvre du naming. Les dirigeants du club veulent vendre partiellement le nom du stade mythique du Camp Nou.

Une vente qui permettra notamment la rénovation de l'enceinte, inauguré en 1957, estimée à 600 millions d'euros. Soucieux d'afficher durablement le Qatar à la "marque" FC Barcelone, une offre aux alentours de 350 millions d'euros aurait  été formulé par Qatar Airways pour empocher le naming partiel du stade pendant 30 ans.

>

Sous la pression des intérêts financiers, le club catalan a vendu son âme, laissant place à un Barça 2.0 parmi les clubs les plus en pointe du foot business. Même sa plus grande star, Lionel Messi, a critiqué ce changement, en s'en prenant au vice-président Javier Faus : "C'est une personne qui ne sait rien sur le football et qui veut gérer le club comme une entreprise, qu'elle n'est pas". C'est désormais une vérité, le FC Barcelone n'est plus ce qu'il était.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
FC Barcelone Espagne Neymar
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants