1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. ASSE-OL : Aulas défend un Génésio forcément fragilisé
2 min de lecture

ASSE-OL : Aulas défend un Génésio forcément fragilisé

RÉACTION - Pour le président lyonnais, "ce serait injuste de critiquer l'entraîneur". Ses choix ont pourtant interpellé dimanche 5 février face aux Verts. Et l'OL reste sur trois revers de suite.

Bruno Génésio et Jean-Michel Aulas en décembre 2015
Bruno Génésio et Jean-Michel Aulas en décembre 2015
Crédit : AFP/J.P.Ksiazek
ASSE-OL : Aulas défend un Génésio forcément fragilisé
00:00:31
Gregory Fortune
Gregory Fortune

Face à l'envie, le cœur et la furie des Verts, Lyon a très vite volé en éclats à Saint-Étienne (2-0) dimanche 5 février en clôture de la 23e journée de Ligue 1, finissant même par disjoncter dans le vacarme et l’électricité de Geoffroy-Guichard. Rachid Ghezzal et Corentin Tolisso ont été exclus dans les arrêts de jeu. Preuve du naufrage, un seul joueur cadre a accepté de s'exprimer au coup de sifflet final, le capitaine Maxime Gonalons, sonné. "Je ne sais pas si on va parler de honte ce soir, mais on en est pas très loin. On s'est fait bouffer dans les duels, dans l'agressivité. C'est une défaite qui fait vraiment mal. Il y a quand même urgence aujourd'hui".


Cette nouvelle contre-performance ne va pas améliorer la cote de popularité de Bruno Génésio, "surtout si vous vous mettez à dauber sur lui, ce que vous avez l'habitude de faire, a lancé Jean-Michel Aulas à l'attention des journalistes. Et c'est pas juste parce qu'aujourd'hui, l'équipe est 4e dans un contexte difficile. On est tombés en Champion's League contre la Juventus et Séville. Vous n'allez pas me racontez que c'est un déshonneur. À partir de là, on va essayer d'exister en Europa League, et ce serait injuste de critiquer l'entraîneur. C'est pas un bon résultat, mais de là à m'abattre et penser que l'on ne va pas être dans les objectifs à la fin fin d'année, je ne peux pas vous le laisser dire parce que ce n'est pas la réalité".

Les rêves de podium s'évanouissent

Le coach de 50 ans, en poste depuis fin décembre 2015, est donc visiblement toujours soutenu par son président. Mais ses choix ont interpellé face aux Verts, de la titularisation de Memphis Depay au détriment de Mathieu Valbuena, au retour au 4-3-3 quand le 4-2-3-1 avait si bien fonctionné, à Monaco (1-3) et face à l'OM (3-1) en Ligue 1 notamment. Réaction de l'intéressé à l'issue de la rencontre, toujours à l'adresse de la presse : "C'est sûr que pour vous, c'est facile de dire pourquoi, pourquoi, pourquoi. Il y a des choix qui sont faits".
Nervosité palpable. Les Lyonnais, battus pour la troisième fois d'affilée toutes compétitions confondues, n'ont plus la Coupe de la Ligue, plus la Coupe de France et voient maintenant le podium dangereusement s'éloigner. 4e à cinq points du 3e, le PSG, à la trêve (avec un match en moins), l'OL pointe désormais à 12 points de Nice, devancé par les Parisiens à la différence de buts. Dans le rétro, les Verts sont revenus à une unité. Pour couronner ce dimanche horribilis, les Gones ont entendu dans une interview diffusée juste avant le derby leur buteur Alexandre Lacazette annoncer vouloir changer d'air l'été prochain...

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur