1 min de lecture Franck Ribéry

Foot : les "mutins" de Knysna protégés par la Fédération ?

L'info est surprenante. L'Equipe, dans son édition parue mercredi, publie une "note interne" qu'aurait envoyée le directeur administratif de l'équipe de France arrivé avec Laurent Blanc, Marino Faccioli, à Fernand Duchaussoy, Président de la FFF au moment des faits. Adressée le 19 août 2010, presque 2 mois jours pour jour après la mutinerie de Knysna, cette note demande un traitement de faveur pour Nicolas Anelka, Patrice Evra, Franck Ribéry et Jérémy Toulalan. Le premier avait insulté Raymond Domenech et les 3 autres sont accusés d'être à l'origine du "scandale du bus". Explications.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

3 stratégies pour éviter les sanctions

Le Fédération Française de Football ne doit pas apprécier l'information publiée dans L'Equipe de mercredi. Une "note interne" a été envoyée par Marino Faccioli, nouveau directeur administratif de l'équipe de France depuis la nomination de Laurent Blanc au poste de sélectionneur, à Fernand Duchaussoy, lorsque ce dernier était encore président de la FFF. Dans son courriel, il demande à ce que les "mutins" de Knysna échappent aux sanctions qui leur étaient imposées et propose même trois différents moyens de les contourner. Nicolas Anelka, qui avait quitté prématurément l'Afrique du Sud pour avoir insulté Raymond Domenech, devrait être épargné.

Dans un premier temps, les joueurs cités devaient "faire appel dès le 23 août 2010". Cette date était stratégique car ainsi, les tricolores étaient écartés de l'équipe de France seulement lors des périodes de matchs amicaux (entre novembre et février) pour ainsi éviter un trop grand préjudice pour la sélection nationale. Le plan est travaillé : "Laurent Blanc ne les sélectionne pas pour les deux matchs de septembre (Biélorussie et Bosnie) et la commission d'appel ne les convoque pas avant le match de la Roumanie". Ni vu ni connu ?

Plus loin dans le courrier adressé au Président de la FFF, Faccioli dénonce comme un vice de procédure : "le rapport des instructeurs désignés par la FFF a été extrait du rapport de la commission "spéciale" dont l'identité juridique n'existe pas dans le règlement disciplinaire".

"Il n'est jamais revenu à la charge"

Enfin, Faccioli souhaitait faire appel à "des personnalités importantes du football (exemple : Aimé Jacquet, Michel Hidalgo, Guy Roux) afin d'exprimer que l'intérêt supérieur du football français n'a pas été respecté puisque l'équipe de France devait se priver de certains cadres pour défendre ses chances de qualification à l'Euro 2012". Ironie du sort, Jacquet, Roux, et Hidalgo ont bel et bien rédigé "une lettre ouverte" dans lesquelles ils demandaient l'annulation ou la suspension de sanctions à l'encontre des joueurs concernés, dans l'intérêt de l'équipe de France.

Fernand Duchaussoy assure ne jamais avoir accepté les propositions de Marino Faccioli et a rappelé à Laurent Blanc "le fonctionnement de la fédération pendant une heure. Il a très bien compris que cela ne marchait pas comme ça et n'est jamais revenu à la charge"...

Lire la suite
Franck Ribéry Football Mondial 2014 au Brésil
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7742387586
Foot : les "mutins" de Knysna protégés par la Fédération ?
Foot : les "mutins" de Knysna protégés par la Fédération ?
L'info est surprenante. L'Equipe, dans son édition parue mercredi, publie une "note interne" qu'aurait envoyée le directeur administratif de l'équipe de France arrivé avec Laurent Blanc, Marino Faccioli, à Fernand Duchaussoy, Président de la FFF au moment des faits. Adressée le 19 août 2010, presque 2 mois jours pour jour après la mutinerie de Knysna, cette note demande un traitement de faveur pour Nicolas Anelka, Patrice Evra, Franck Ribéry et Jérémy Toulalan. Le premier avait insulté Raymond Domenech et les 3 autres sont accusés d'être à l'origine du "scandale du bus". Explications.
https://www.rtl.fr/sport/foot-les-mutins-de-knysna-proteges-par-la-federation-7742387586
2012-01-19 06:05:00