1 min de lecture JO Pékin 2008

David Douillet : "On ne résout rien avec la violence et la provocation"

David Douillet, président de la commission des athlètes du Comité national olympique et sportif français, sera l'un des Français à porter la flamme olympique aujourd'hui à Paris. Sur RTL, il est revenu sur la polémique autour de l'organisation des JO à Pékin. Il est à l'origine du badge porté par les athlètes "pour un monde meilleur". Selon lui, il faut aller en Chine pour "montrer aux yeux du monde qu'on est capable de faire quelque chose de magnifique ensemble, dans nos différences". Il a regretté les actions de RSF, estimant qu'on "ne résout rien avec la violence et la provocation" : "RSF aurait dû réagir dès 2001" a déclaré le double champion olympique.

Jean-Michel Aphatie
Jean-Michel Aphatie
Journaliste RTL

Retrouvez les interviews de David Douillet en vidéo


Jean-Michel Aphatie : Bonjour, David Douillet.

David Douillet : Bonjour.  

Vous serez parmi les 80 relayeurs qui porteront la flamme sur 28 kms tout à l'heure dans les rues de Paris. Ca commence à 12h35, c'est très précis, entre la Tour Eiffel et le Stade Charlety. Pour protéger la flamme, il y aura 4.000 policiers mobilisés et autour de la flamme elle-même, un dispositif dit de bulle avec des pompiers joggers, des policiers en rollers, des motards, 32 véhicules de CRS soit 160 hommes pour parer, au pire. Quand on en est là, David Douillet, c'est qu'il y a quand même quelque chose qui cloche pour protéger la Flamme olympique ?

Ah oui, évidemment. On sait tous ce qui cloche.

Qu'est-ce qui cloche ?

Ce qui cloche, c'est d'avoir été un petit peu trop vite sur l'attribution des Jeux à la Chine en 2001.

Ah vous le dites, aujourd'hui, comme ça !

On l'a dit dès Moscou, à cette époque-là. J'y étais. Et on avait tous espoir que ça s'améliore. Or, ce n'est pas le cas ; et le constat est là aujourd'hui.

Voire, ça s'aggrave. Parce que, voyez la semaine dernière, on parle du Tibet beaucoup. Mais la semaine dernière, Hu Jia qui est un jeune homme de 34 ans qui vit à Pékin, a été arrêté et condamné à trois ans et demi de prison pour tentative de subversions du Pouvoir de l'Etat. Qu'est-ce qu'il écrivait ? Il écrivait : "Vous qui serez en Chine pour participer aux Jeux, vous ne verrez qu'une vérité de la Chine, vous pourriez ne pas voir que les fleurs, les sourires, l'harmonie, la prospérité s'enracinent dans la doléance, les larmes, l'emprisonnement et la torture". C'est terrible d'écrire ça et d'être en prison pour ça.

C'est terrible et qui plus est, il faut accentuer et faire en sorte que les athlètes soient libres et soient vraiment en toute tranquillité pour préparer ces Jeux, tout simplement parce que pour confirmer ce que vient d'écrire ce Chinois, pour apporter ce message de paix et pour le faire comprendre.

Mais il est en prison, lui.

Oui, je sais bien mais...

Que les athlètes soient tranquilles pour préparer les Jeux...

On ne va pas le faire sortir de prison. C'est impossible.

Ah ! Ca, c'est impossible. Il n'y a pas de pression sur la Chine que l'on peut faire ?

Ecoutez, on ne peut pas faire de politique. On n'a pas ces moyens-là. Le seul moyen qu'on ait pour faire avancer les choses, et c'est ce qu'on fait depuis des décennies, c'est de porter ce message de paix. Et ce message de paix,  il est le suivant : c'est de montrer vraiment aux yeux du Monde et du Monde entier, tous ceux qui font ce type de forme d'oppression, vis-à-vis d'individus, vis-à-vis de peuples qu'on est capable pendant une période de quinze jours mais il faut l'être tout le temps, de faire ensemble, dans nos différences, dans la richesse de nos différences quelque chose de magnifique et d'extraordinaire, et de cohérent, la main dans la main. C'est ça les Jeux Olympiques. C'est ce message-là que portent les Jeux Olympiques. Et si on ne nous laisse pas faire ça, mais qui va leur montrer l'exemple, chez eux ?  à Pékin ? à l'intérieur de leur système ? C'est une force fabuleuse et qu'il faut prendre et saisir à bras le corps.

Mais concrètement, David Douillet, au mois d'août, certains vont jouer à Pékin quand d'autres seront en prison. Moralement, c'est pas difficile à accepter ça ?

Moi je n'ai pas cette vision-là. Ils ne vont pas jouer. Ils ne vont pas jouer. Non, non ils vont participer...

Aux Jeux Olympiques, on joue !

Mais oui, c'est une première lecture et c'est du premier degré. Ils vont surtout montrer l'exemple. Quand on a dans un village olympique 10.000 athlètes de races, de religions, de couleurs différentes qui vivent ensemble en parfaite harmonie, en parfaite cohésion, en parfait partage, mais quel est un exemple plus fort et plus évocateur que celui-là ? C'est ça que les Jeux doivent apporter et rien d'autre.

Mais quand le Président de la République chinoise saluera les médailles chinoises parce qu'il y en aura beaucoup, ce sera un dictateur qui, aux yeux du monde, apparaîtra comme le dirigeant bienheureux d'un pays joyeux !

Vous savez, les Jeux Olympiques, à chaque fois, ont fait partie des coups de butoir dans ce type de gestion. Il y a eu des coups de butoir en 80 et dans le bloc de l'Est. Regardez les pays de l'Est, aujourd'hui, ils sont en train évidemment de se libérer. Moi je suis optimiste par nature et je considère que partout où passent les Jeux, il y a des graines qui sont semées et au fur et à mesure du temps, les choses se libèrent ; et c'est tout ce que j'espère pour ce pays comme la Chine.

Tout à l'heure, dans les rues de Paris, pour revenir à l'actualité immédiate, vous risquez d'être chahutés quand même ? Vous ne le verrez peut-être pas vous quand vous porterez la flamme...

Ecoutez, moi j'ai un peu l'habitude. C'était mon métier avant d'être chahuté.

Ah oui, c'est vrai, vous ne vous êtes pas mal sorti d'ailleurs mais vous ne le verrez peut-être pas parce que vous aurez beaucoup de gens autour de vous ; mais voilà il y aura peut-être des Tibétains avec des banderoles, peut-être Reporters Sans Frontières essaiera de dire ce qui se passe en Chine, c'est pas bien...

Mais qu'ils le disent, moi ça ne me dérange pas qu'ils le disent. C'est la forme. On résout rien avec la violence, ni la provocation. Et puis, à quelques mois des Jeux, s'agiter, je trouve que c'est un peu trop facile. Utiliser les Jeux pour ça, c'est trop facile.

Reporters Sans Frontières a sorti ce logo, c'est cinq anneaux olympiques, il y a cinq ans...

... qui me choquent. Qui choquent toute la communauté sportive.

Ce logo pour Reporters Sans Frontières. Ils ne se mobilisent pas d'aujourd'hui, voyez !

Vous le connaissez depuis combien de temps ? Depuis cinq ans, vous-même ?

Moi-même, non !

Tout le monde le connaît que depuis quelques semaines.

Mais avant les événements du Tibet.

Mais ils auraient dû réagir plutôt, depuis 2001, en fait, voilà.

Pour changer quoi ?

Pour évoquer leur mécontentement et puis avoir une stratégie constructive pour faire évoluer les choses. Or, là, c'est un peu court quand même, c'est un peu trop immédiat et peu efficace à mon sens.

Comme la neige vous a fait arriver juste à temps pour cet interview.  On vous en remercie, David Douillet, vous n'avez pas entendu Alain Duhamel...

Si, si je l'ai entendu.

... qui disait : Jacques Rogge est en-dessous de tout. Il a raison de dire ça ?

Ah ça, je ne l'ai pas entendu par contre.

Ah voyez, vous n'avez pas tout entendu, alors.

Mais je crois qu'il a compris Jacques Rogge puisque c'est cette nuit, en Chine, qu'il a déclaré que ce qui se passait en Chine, il a demandé une résolution pacifique du problème.

Il ne s'est pas réveillé de bonne heure, lui non plus !

Ah non, mais attendez ! Oui effectivement.

La faute a été commise, pour moi, dès 2001 et par le CIO. Donc, ça c'est un autre sujet. Et aujourd'hui il prône une évolution des problèmes en respectant parce que les valeurs de l'Olympisme ne se reconnaissent pas là-dedans. Ce sont ses propos, je crois, sans les déformer et c'est enfin, enfin une parole qui va faire en sorte qu'on se sente moins seuls, nous les athlètes dans cette histoire.

Alors, je ne vais pas vous gêner parce qu'il y a peut-être de la diplomatie aussi dans le monde olympique, mAIS il a été en-dessous de tout, Jacques Rogge, à votre avis ?

Non, non, enfin malheureusement il faut avoir quelques informations et le CIO travaillait beaucoup, beaucoup, beaucoup mais de manière discrète avec de grosses structures de lobbying sur le gouvernement chinois. Et là aujourd'hui, compte tenu du fait...

Comme vous dites : c'était discret !

C'était très discret, oui. Non, mais de toute façon, ils étaient obligés de sortir à un moment ou à un autre. Je pense que les événements de Londres et puis, de Saint-Pétersbourg aussi et notre pression française, il faut l'avouer, l'ont fait réagir et c'est plutôt bien. Pourvu que ça dure !

Votre pression, c'est le badge "Pour un monde meilleur". Ca ne mange pas de pain "pour un monde meilleur" ?

Eh bien non, ça ne mange pas de pain ; et puis surtout, on a été obligé de le faire en respectant les règles parce que... ça, c'est vraiment quelque chose qu'il faut expliquer et bien comprendre, parce que si on fait autre chose (bien sûr, qu'on aurait voulu faire des trucs beaucoup plus importants que cela) on se met hors jeu. Et quand on est hors jeu, on ne peut plus jouer, on ne peut plus parler, on ne peut plus expliquer.

David Douillet, qui risque d'être un peu chahuté ce matin mais comme il dit "il a l'habitude", était l'invité de RTL.

Lire la suite
JO Pékin 2008 Jean-Michel Aphatie L'invité de RTL
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
82990
David Douillet : "On ne résout rien avec la violence et la provocation"
David Douillet : "On ne résout rien avec la violence et la provocation"
David Douillet, président de la commission des athlètes du Comité national olympique et sportif français, sera l'un des Français à porter la flamme olympique aujourd'hui à Paris. Sur RTL, il est revenu sur la polémique autour de l'organisation des JO à Pékin. Il est à l'origine du badge porté par les athlètes "pour un monde meilleur". Selon lui, il faut aller en Chine pour "montrer aux yeux du monde qu'on est capable de faire quelque chose de magnifique ensemble, dans nos différences". Il a regretté les actions de RSF, estimant qu'on "ne résout rien avec la violence et la provocation" : "RSF aurait dû réagir dès 2001" a déclaré le double champion olympique.
https://www.rtl.fr/sport/david-douillet-on-ne-resout-rien-avec-la-violence-et-la-provocation-82990
2008-04-07 09:11:00