1 min de lecture Carlo Ancelotti

Coupe de la Ligue - Elie Baup : Marseille a joué "à dix contre douze"

Il ne pouvait en être autrement. L'entraîneur de Marseille Elie Baup a critiqué l'arbitrage du 8ème de finale de Coupe de la Ligue perdu à Paris mercredi (2-0) et estimé que son équipe avait joué "à dix contre douze", avec le penalty accordé au PSG pour une faute que le technicien jugeait en-dehors de la surface. Le PSG a ouvert le score sur un penalty réussi par Thiago Silva après une faute de Fanni sur Hoarau, qui a entraîné l'exclusion du défenseur marseillais (28ème).

Elie Baup, entraîneur de l'OM
Elie Baup, entraîneur de l'OM Crédit : AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

"On retombera toujours sur ce fait de jeu incompréhensible"

"J'ai appris quelque chose ce soir, c'est qu'une faute commise à l'extérieur de la surface pouvait être sanctionnée d'un penalty, a lancé Baup en conférence de presse. On se retrouve à dix et c'est forcément plus compliqué". 
   
"C'a été une décision qui a fait basculer le match en notre défaveur, a-t-il estimé. Paris a exercé un pressing haut en début de match, mais on y a répondu, et passé ces premières minutes, on a sorti le ballon, on s'est approché du but de Douchez, puis il y a eu cette décision. On retombera toujours sur ce fait de jeu incompréhensible". 
   
Interrogé sur l'absence de Gignac, l'entraîneur de l'OM a répondu: "Le problème n'était pas l'absence de Gignac, mais le fait de jouer à dix contre douze".  

PSG - OM : toutes les réactions

Elie Baup (entraîneur de Marseille) : "J'ai appris quelque chose ce soir, c'est qu'une faute commise à l'extérieur de la surface pouvait être sanctionnée d'un penalty. On se retrouve à dix et c'est forcément plus compliqué. A la mi-temps, on a vu que la générosité ne nous faisait pas défaut. On a essayé d'y croire. Après, le deuxième but est venu, c'était compliqué. On a essayé de poser le jeu, on a eu des séquences intéressantes dans l'utilisation du ballon. Même si on est conscient que c'est injuste, il y a l'envie d'aller au bout du match et de réussir un résultat. C'a été une décision qui a fait basculer le match en notre défaveur. Paris a exercé un pressing haut en début de match, mais on y a répondu, et passé ces premières minutes, on a sorti le ballon, on s'est approché du but de Douchez, puis il y a eu cette décision. On retombera toujours sur ce fait de jeu incompréhensible. Rémy ? Il a été comme l'équipe, à dix il s'est efforcé de donner beaucoup à l'équipe, il a parfois été positionné côté gauche pour travailler avec nos milieux. C'est ce genre de match, avec ces efforts, qui va lui faire retrouver tous ses moyens. Le problème n'était pas l'absence de Gignac, mais le fait de jouer à dix contre douze. La faute est commise à l'extérieur, puis se termine à l'intérieur. A partir du moment où on considère que c'est le dernier défenseur, la double peine est applicable. Je dissocie le match de ce soir des deux autres défaites. Ce soir, les joueurs ont abordé avec beaucoup de détermination et de générosité ce match. L'absence d'Ibrahimovic ? On ne fait pas abstraction de sa présence ou pas, pour autant, nos idées de jeu n'étaient pas construites autour de la présence ou pas d'Ibrahimovic".  

Leonardo (directeur sportif du PSG) : "C'était un clasico, un match important. Etre présent dans ces matches, c'est important. Il y a beaucoup de satisfactions individuelles. Hoarau a fait un très bon match, malheureusement il n'a pas marqué. Il n'est pas passé loin. C'était un très, très bon match. On a très, très bien joué. Tout le monde était très satisfait. C'est notre meilleur match avec Kiev et Lille. Je pense qu'il y a penalty, même si je ne sais pas si ça commence dans ou en dehors de la surface. C'est un peu dur d'avoir rouge et penalty, mais c'est le réglement. Mais je ne crois pas que ça a été la clé du match. La clé du match, c'est la façon dont on a joué et contrôlé cette partie."  

Carlo Ancelotti (entraîneur du Paris SG) : "Le match a montré que les joueurs qui n'ont pas beaucoup joué en ce début de saison ont fait du bon travail, ont montré de bonnes aptitudes. Ca signifie que l'équipe est bien, dans une bonne ambinace. On est content, on a fait un bon match, on a bien commencé avec agressivité. Préparer un clasico n'est pas facile, mais les joueurs ont eu une bonne attitude mentale. Ibrahimovic n'était pas sûr d'être à 100% de ses capacités physiques. Zlatan est trop important pour nous. En Italie il y a la règle qu'on ne change pas une équipe qui gagne, donc peut-être que le prochain match, Ibra sera en tribunes (sourires). Mais il faut parfois briser la règle (sourire). C'était une bonne soirée parce que tout le monde connaît l'importance de ce match. Les supporters ont vu une très bonne équipe, l'envie de gagner. L'ambiance dans le stade était fantastique. Les Marseillais ont été un peu surpris dans l'intensité et l'agressivité qu'on a montrées. Après le but et l'expulsion, c'était difficile mais ils sont restés dans le match. Pastore ? il était beaucoup meilleur. Il a bien joué, il a fait une passe fantastique pour le deuxième but. Il commence à s'améliorer parce qu'il a plus confiance dans ses qualités. (sur la rumeur de Mourinho et Cristiano Ronaldo à Paris, selon La Gazzetta dello Sport) Vous devez demander aux journalistes de La Gazzetta. Pour moi, ce n'est pas un problème. Pour parler de ce joueur, je ne peux pas dire que Ronaldo n'est pas un bon joueur, c'est un joueur fantastique, mais on a des joueurs fantastiques, comme Ménez".  

Guillaume Hoarau (attaquant du Paris SG) : "Ca fait du bien de jouer au foot ! La physionomie a été en notre faveur, mais on l'a provoqué. Le coach avait dit +tout le monde est concerné+, on a répondu présent. C'était à la maison, au delà du clasico, c'est un groupe qui vit bien. On s'accroche. Les gens disent tous les ans, +c'est une compétition qui ne compte pas+, mais je ne pense pas, non".  
Mamadou Sakho (défenseur du Paris SG) : "On avait envie de remporter ce match, le plus important c'était la qualification. On n'a pas de préférence pour le tirage, on veut remporter cette compétition, on est prêt à affronter n'importe quelle équipe".  

Javier Pastore (attaquant du PSG) : "C'était très important, c'était un clasico. On est en quart et c'est bien. Une passe décisive ou un but c'est toujours important. L'équipe a gagné et elle progresse, c'est l'essentiel."  
   
Mohamed Sissoko (milieu du PSG) : "Il faut continuer sur notre lancée. On a montré qu'on pouvait gagner sans Zlatan. Pastore a énormément de talent, ce soir il a fait une bonne prestation. Tant mieux pour lui. La double peine n'est pas sévère, non. Il est dernier défenseur. Je pense que sur la physionomie du match, Paris mérite de gagner. Je ne suis pas encore à 100% mais je suis content de rejouer et de retrouver des sensations." 

Steve Mandanda (gardien et capitaine de l'OM) : "Jusqu'au penalty on était bien en place. Dans le jeu, on n'était pas mal. C'est clair que c'est frustrant. C'est dur de perdre un match surtout quand on est tenant du titre. C'est une Coupe qui nous a fait du bien les saisons précédentes. Il faut garder ce qu'on a pu faire quand on était à 11, dans l'état d'esprit et la solidarité."  

Rod Fanni (défenseur de l'OM) : "Ma faute est hors de la surface. Et on nous apprend en début de saison que même si on est dernier défenseur, quand on va vers l'extérieur, c'est jaune. Je me pose beaucoup de questions sur l'arbitrage ce soir. A 11 contre 11, ça aurait été différent, mais ce sont des si..."  
   
Loïc Rémy (attaquant de l'OM) : "Ca se joue à peu de choses. On est tombé contre une équipe qui veut aussi gagner des titres. On a encore des échéances."  

Fiche technique :

A Paris (Parc des Princes), Paris SG bat Marseille 2-0 (mi-temps: 1-0) 
Paris SG qualifié pour les quarts de finale.  
Temps: frais 
Terrain: bon 
Spectateurs: 48.000 environ 
Arbitre: Antony Gautier  
Buts 
Paris SG: Thiago Silva (29 s.p.), Ménez (50)  
Avertissements 
Paris SG: Ménez (59) 
Marseille: Cheyrou (4), Morel (33), J. Ayew (82)  
Exclusion 
Marseille: Fanni (28)  
Equipes 
Paris SG: Douchez - Jallet (cap.), Thiago Silva, Camara, Maxwell - Sissoko (Rabiot 62), Bodmer, Matuidi (Tiéné 79) - Pastore - Hoarau, Ménez (Luyindula 78) 
Entraîneur: Carlo Ancelotti (ITA)  
Marseille: Mandanda (cap.) - Abdallah, Fanni, Nkoulou, Morel - Kaboré, Cheyrou - Amalfitano, Valbuena (Raspentino 83), A. Ayew (J. Ayew 65) - Rémy (Abdullah 72) 
Entraîneur: Elie Baup  

Coupe de la Ligue - 8èmes de finale : tous les résultats

Mardi 30 octobre

Sochaux - Saint-Etienne : 0 - 3
Monaco (L2) - Troyes : 1 - 2
Rennes - Arles-Avignon (L2) : 1 - 0
Lille - Toulouse : 1 - 0 a.p.

Mercredi 31 octobre : 
Nice - Lyon : 3 - 1
Montpellier - Bordeaux : 1 - 0
Paris SG - Marseille : 2 - 0

Reporté :
Bastia - Auxerre (L2) 

Bouton Foot - résultats classement

LAISSEZ VOS MESSAGES SUR LE BLOG DE "ON REFAIT LE MATCH" :

Bouton blog on refait le match

Lire la suite
Carlo Ancelotti Football Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7754159484
Coupe de la Ligue - Elie Baup : Marseille a joué "à dix contre douze"
Coupe de la Ligue - Elie Baup : Marseille a joué "à dix contre douze"
Il ne pouvait en être autrement. L'entraîneur de Marseille Elie Baup a critiqué l'arbitrage du 8ème de finale de Coupe de la Ligue perdu à Paris mercredi (2-0) et estimé que son équipe avait joué "à dix contre douze", avec le penalty accordé au PSG pour une faute que le technicien jugeait en-dehors de la surface. Le PSG a ouvert le score sur un penalty réussi par Thiago Silva après une faute de Fanni sur Hoarau, qui a entraîné l'exclusion du défenseur marseillais (28ème).
https://www.rtl.fr/sport/coupe-de-la-ligue-elie-baup-marseille-a-joue-a-dix-contre-douze-7754159484
2012-10-31 23:49:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/lXW9rA5JGO5Ro2eX40zKWA/330v220-2/online/image/2012/0828/7751975485_elie-baup-entraineur-de-l-om.jpg