1 min de lecture Tony Estanguet

Canoë : Tony Estanguet annonce sa retraite

"Je range mon bateau". Par ces mots, Tony Estanguet, devenu triple Champion Olympique de Canoë le 31 juillet dernier lors des JO de Londres, a officialisé son retrait des bassins, à 34 ans. Le Palois, premier Français a remporter trois médailles d'or aux Jeux dans la même discipline (K1), avait remporté le Graal en 2000 à Sydney, avant de récidiver à Athènes 4 ans plus tard. Éliminé dès les demies en 2008 à Pékin où il était le porte-drapeau de la délégation tricolore, Tony Estanguet s'était juré d'arrêter sur un troisième titre. C'est fait.

Tony Estanguet aux JO de Londres
Tony Estanguet aux JO de Londres Crédit : AFP/O.Morin
micro générique
La rédaction numérique de RTL

"Un sentiment de bien-être et d’apaisement"

Forcément, il avait choisi Pau pour annoncer la fin de sa carrière. Là où tout à commencer, au C.U. Pau Pyrénées Eaux Vives, où, issu d'un famille de kayakiste, il a appris le job, aux cotés de ses deux frères, Aldric Estanguet et Patrice Estanguet, lui-même médaillé de bronze dans la même discipline aux Jeux d'Atlanta en 1996.

"En cas de troisième titre olympique, j'avais décidé d'arrêter ma carrière avant Pékin", a expliqué Tony Estanguet, qui ne souhaitait pas terminer sa carrière sur une triste élimination en demi-finale sur le plan d'eau de Pékin. Reparti pour quatre avec un nouveau titre olympique en ligne de mire, Estanguet reconnait aujourd'hui que cette troisième montée sur l'Olympe lui a procuré "un sentiment de bien-être incroyable, d'apaisement".




Tony Estanguet tire sa révérence, trois titres olympiques dans le besace

 L'histoire d'amour a commencé à la télévision. "Mon premier souvenir, c'est Carl Lewis en 1988", confiait le Palois avant les Jeux de Londres lors d'un entretien accordé à Reuters. "Ensuite, il y a 1992. Je suis à Barcelone en tant que spectateur et je vois Sylvain Curinier, aujourd'hui entraîneur, remporter l'argent en kayak", égrène-t-il. "En 1996, je vois mon frère (Patrice) gagner le bronze devant ma télé. Et en 2000, l'histoire commence pour moi."

Le cauchemar de 2008 oublié

Une histoire, ou plutôt une légende.   Quand il arrive à Sydney, Tony Estanguet est encore jeune et fringant, avec la lourde responsabilité d'assumer le fait d'avoir ravi à son frère l'un des billets qualificatifs pour le grand rendez-vous australien. Conscient de cette chance, il saisit l'occasion au nez et à la barbe de celui qui allait devenir pour les dix années suivantes son grand rival, le Slovaque Michal Martikan. Les deux hommes auront maqué la discipline, Estanguet par sa technique hors-pair et Martikan par une puissance inégalée.

Quatre ans plus tard, le Français s'impose une nouvelle fois devant le même dauphin au terme d'une finale extrêmement tendue, les juges tardant à officialiser le résultat. A Pékin, en 2008, tout semblait donc écrit pour que la même pièce se rejoue entre les deux hommes. Mais peut-être un peu déconcentré par ses responsabilités de porte-drapeau, Tony Estanguet craque en demi-finale, un cauchemar pour lui.  Revanchard, le Béarnais s'est juré ce jour-là qu'il reviendrait plus fort à Londres, quatre ans plus tard.

Mais avant d'obtenir son troisième titre olympique dans le bassin du Lee Valley White Water Centre, Tony Estanguet a dû lutter. Pour décrocher l'unique quota français de qualification en C1, il lui a fallu d'abord battre le champion du monde en titre, Denis Gargaud."Tout cela fait partie de mon histoire", disait-il à l'issue de sa performance londonienne, qui a bluffé ses adversaires et le public, tout acquis à sa cause lors de la finale.

2016 "pas envisageable"

"A 22 ans, être champion olympique c'était une formidable histoire. A Athènes, conserver mon titre c'était magique aussi. Même Pékin, c'était important. Je n'ai pas envie de cracher dessus car grâce à ça, j'ai vécu autre chose qu'une victoire. "Derrière, je me suis reconstruit, j'ai appris à naviguer différemment, j'ai appris à m'ouvrir, à grandir. Donc forcément aujourd'hui, cela représente beaucoup."A 34 ans, Tony Estanguet avait dit disputer ses derniers JO, estimant qu'aller à Rio en 2016 n'était pas "envisageable".
 
"C'était une superbe Olympiade, je me suis délecté de chaque instant, mais c'est le moment", a-t-il expliqué, avant de verser quelques larmes au moment de remercier ses proches. "Je ne pars pas usé, en conflit avec mon sport. J'ai conscience des responsabilités que me donnent mes trois médailles d'or", a-t-il assuré.

"J'ai encore un peu de mal à y croire", a reconnu Laëtitia, l'épouse du champion, qui a confié qu'elle s'était interrogée sur une telle décision de son mari. De son côté, Philippe Graille, le directeur technique national, présent jeudi au stade d'eaux vives Pau-Pyrénées, installé près du gave de Pau, où tout a commencé pour le cadet des frères Estanguet, a regretté que la Fédération perde "son ambassadeur et sa locomotive". "Tony nous a propulsés dans le haut-niveau", a-t-il admis.

Bientôt au CIO ?

"Je ne pars pas usé, en conflit avec mon sport. J'ai conscience des responsabilités que me donnent mes trois médailles d'or. Je garderai un pied dans le sport de haut niveau", a estimé Estanguet, "excité par cette nouvelle vie qui (lui) tend les bras". En marge de cette annonce, Tony Estanguet a fait le point sur son élection au Comité international olympique (CIO), toujours bloquée par le recours déposé par le Japon et Taïwan auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS).

"Cette élection faisait partie des infos que j'attendais pour aiguiller ma décision", a-t-il reconnu avant de préciser que sa situation n'avait "pas beaucoup évolué". "On attend. On m'a dit que la décision n'arriverait pas avant la fin du premier trimestre 2013, a poursuivi le kayakiste. Mais membre du CIO ou non, j'ai de toute façon envie de m'investir sur ce registre, au plan international ou via le Comité national olympique". "La France et le sport français doivent être ambitieux", a insisté le cadet des frères Estanguet,  lui qui avait porté la candidature malheureuse de Paris 2012.

Le palmarès de Tony Estanguet :
- Jeux Olympiques : 1er (2012, 2004, 2000)
- Championnats du monde : 1er (2010, 2009, 2006), 2e (2007, 2005, 2003)
- Championnats d'Europe : 1er (2011, 2006, 2000), 2e (2002, 2012)

Lire la suite
Tony Estanguet Jeux Olympiques Londres
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants