3 min de lecture Course en solitaire

EN IMAGES - Vendée Globe : qui succédera à François Gabart ?

En l’absence des lauréats des deux dernières éditions, plusieurs marins vont batailler pour inscrire leur nom au palmarès du prestigieux Vendée Globe.

Alex Thomson Crédits : SRGB | Date : 05/11/2016
7 >
Alex Thomson Crédits : SRGB | Date : 05/11/2016
Jérémie Beyou Crédits : Vincent Curutchet_Vende´eGlobe | Date : 05/11/2016
Yann Eliès Crédits : Alexis Courcoux | Date : 05/11/2016
Armel Le Cléac'h Crédits : Vincent Curutchet_Vende´e Globe | Date : 05/11/2016
Morgan Lagravie`re Crédits : @JeanMarie Lio__Safran | Date : 05/11/2016
Vincent Riou Crédits : @Vincent Curutchet_Vende´eGlobe | Date : 05/11/2016
Thomas Ruyant Crédits : @Pierre Bouras | Date : 05/11/2016
1/1
fred veille
Frédéric Veille Journaliste RTL

Les images de François Gabart entrant dans le chenal des Sables d’Olonne les bras en croix sont encore dans toutes les mémoires. D’autant qu’en ce 27 janvier 2013, le plus jeune vainqueur de l'épreuve devenait le premier navigateur à descendre sous la barre symbolique des 80 jours, accueilli ce jour-là par son mentor, Michel Desjoyeaux, lauréat de l’édition précédente.
Les deux marins absents cette année laissent donc le champ libre aux favoris de cette 8è édition avec en tête de liste, celui qui est présenté comme le plus sérieux prétendant à la victoire finale, le Breton Armel Le Cléac’h.
 
Arrivé deuxième des deux dernières éditions, le skipper de "Banque Populaire VIII" assume complètement ce statut « puisqu'il va bien falloir que je finisse par le gagner ce Vendée", explique-t-il. « Le bateau est prêt, je sais où je vais et j’ai une belle équipe qui est là pour m’aider à me mettre dans les meilleures conditions »

Parmi les autres concurrents à bénéficier d’un budget XXL pour cette course et qui logiquement ont tout pour l’emporter en janvier prochain, on retrouve Sébastien Josse sur « Edmond de Rothschild » ou encore le Gallois Alex Thomson sur « Hugo Boss » qui, pour sa 4è participation affiche clairement ses ambitions de victoire.

Autre éléments à prendre en considération cette année, c’est l’arrivée pour la première fois dans cette épreuve de bateaux équipés de foils, ces appendices fixés au flanc du bateau qui permettent de soulever la coque et de gagner en vitesse.

Six bateaux en sont équipés et seront, si la fiabilité est au rendez-vous, les plus rapides sur cette 8è édition à savoir « Maître Coq » barré par Jérémie Beyou, vainqueur l’été dernier de la Transat New-York-Les Sables, « Saint-Michel-Virbac » par Jean-Pierre Dick, « Safran » par Morgan Lagravière et bien évidemment les monocoques de Sébastien Josse, Alex Thomson et Armel Le Cléac’h.

À lire aussi
Marc-Olivier Fogiel sur le Trimaran de Thomas Coville, avant la Route du Rhum 2018 médias
Route du Rhum : Marc-Olivier Fogiel en direct du Trimaran de Thomas Coville

Mais l’un des grands prétendants à la victoire ne sera pas équipés de foils. Vincent Riou, lauréat de la 5e édition et seul ancien vainqueur au départ misera sur sa grande expérience océanique comme Yann Eliès, de retour sur le Vendée huit ans après son accident au large de l’Australie « Mon objectif reste le même (le podium, ndlr) car une fois encore, je sais qu’il est à ma portée. Au bout du compte, j’ai seulement l’impression d’être huit ans plus vieux »

Mais dans cette flotte près de la moitié des marins, quatorze au total s’élanceront pour la première fois avec, peut-être pour certains d’entre eux l’opportunité de l’emporter également
C’est le cas de Morgan Lagravrière qui semble le mieux armé puisqu’il sera le seul bizuth à s’élancer sur un bateau équipé de foils, ses fameux plans porteurs pensés pour accroître les performance. Comme Gabart il y a quatre ans, le skipper réunionnais prendra le départ de son premier tour du monde avec l’objectif de jouer les tous premiers rôles.

Paul Meilhat pourrait être aussi la bonne surprise de ce Vendée Globe. Poulain du double vainqueur Michel Desjoyeaux, le Brestois vainqueur de la Transat AG2R en 2014 s’élancera à bord de « SMA », le voilier avec lequel François Gabart avait gagné la 7è édition. « Participer à cette course est déjà un rêve pour moi, finir serait fabuleux, gagner, je n’ose à peine y croire mais je ferai tout pour ».

Parmi les novices tricolores viennent ensuite des marins expérimentés sur d’autres bateaux, dans d’autres courses à l’image de Thomas Ruyant vainqueur de la Mini Transat en 2009 puis de la Route du Rhum en Class40 l’année suivante, le Dunkerquois est armé pour ce tour du Monde « que j’espère terminer en bonne position » indique-t-il.

Fabrice Amédéo possède également une belle carte de visite. 8è de la Transat Ne-York-Les Sables l’été dernier, le journaliste originaire du Maine et Loire a avant tout l’ambition de terminer… et de partager son aventure à la barre de « Newrest – Matmut ». Romain Attanasio, Eric Bellion, Stéphane Le Diraison et Sébastien Destremau ferment cette liste des skippers Français.

Du côté des étrangers, à noter la présence du plus jeune concurrent, le Suisse Alan Roura, 23 ans, du Japonais Kojiro Shiraishi qui est donc le premier marin asiatique à participer au Vendée Globe et qui s’élancera sur un voilier, qui a entre autre remporté la Route du Rhum 2010 avec Roland Jourdain et terminé
3è du Vendée 2012-2013 avec Alex Thomson.

L’Irlandais Enda O’Coineen, le néo-zélandais Conrad Colman, le Néerlandais Pieter Heerema et l’Espagnol Didac Costa complète cette liste des novices étrangers à s’élancer sur ce long défi océanique de 21.638 milles, soit quelque 40.075 kilomètres.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Course en solitaire Vendée Globe Tour du monde
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants