1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Top 14 : des joueurs du Racing 92 contrôlés positifs aux corticoïdes
1 min de lecture

Top 14 : des joueurs du Racing 92 contrôlés positifs aux corticoïdes

Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff auraient été contrôlés positifs lors de la finale du Top 14, selon "L'Équipe".

Dan Carter sous les couleurs du Racing 92, à Colombes le 18 septembre 2016
Dan Carter sous les couleurs du Racing 92, à Colombes le 18 septembre 2016
Top 14 : des joueurs du Racing 92 contrôlés positifs aux corticoïdes
01:24
Nicolas Georgereau & Julien Absalon

Des joueurs du Racing 92 étaient-ils dopés lors de la finale du dernier Top 14, remportée le 24 juin par le club francilien face à Toulon (29-21) ? D'après le quotidien L'Équipe, des traces de corticoïdes ont été retrouvées au soir du match disputé à Barcelone dans les urines de trois joueurs majeurs : le double champion du monde néo-zélandais Dan Carter, son compatriote Joe Rokocoko et l'ailier argentin Juan Imhoff.

Les corticoïdes sont des anti-inflammatoires qui permettent de soulager les douleurs et de résister plus facilement à l'effort. Le problème, c'est que le règlement de l'Agence mondiale antidopage (AMA) est ambigu. En compétition, ces produits sont interdits... sauf cas précis et même sans justification médicale. Cependant, une autorisation d'usage à des fins thérapeutiques est généralement requise afin de recourir en toute légalité à ces substances.

L'enquête doit lever les zones d'ombre

Pour l'heure, il est encore impossible d'affirmer que ces trois joueurs étaient en infraction. Deux points vont être déterminants. D'une part, le Racing va devoir expliquer de quelle façon les corticoïdes ont été administrés aux joueurs car certaines méthodes sont autorisées et d'autres non. D'autre part, le dosage retrouvé dans les urines dira s'il s'agit d'un reste de traitement ou s'il s'agit d'une action délibérée dans le but de se doper. Un mois avant la finale, Dan Carter a par exemple été blessé au mollet, ce qui peut expliquer la prise d'une telle substance.

Une sanction n'est donc pas automatique. La Fédération française de rugby dispose désormais de quarante jours, à compter de la notification de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), pour mener les investigations. Néanmoins, Dan Carter et les deux autres joueurs devraient ainsi être suspendus le temps de l'enquête. Mais si la volonté de se doper n'est pas prouvée, le dossier en restera là.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/