1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Tony Parker : "J'avais des rêves mais là, c'est mieux"
3 min de lecture

Tony Parker : "J'avais des rêves mais là, c'est mieux"

INVITÉ RTL - S'il évoque déjà sa reconversion, le basketteur français se réjouit de la carrière qu'il mène et rêve désormais de remporter des trophées avec l'équipe de France.

Tony Parker à Montpellier le 21 septembre 2014 lors d'une exhibition
Tony Parker à Montpellier le 21 septembre 2014 lors d'une exhibition
Crédit : AFP/S.Thomas
Tony Parker : "Là, c'est mieux que mes rêves"
07:04
Gregory Fortune
Gregory Fortune

Un peu plus d'une semaine après la médaille de bronze obtenue par l'équipe de France de basket au Mondial en Espagne, compétition à laquelle il n'a pas participé pour se ménager, Tony Parker était l'invité de RTL mardi 23 septembre.

Le meneur des San Antonio Spurs est devenu le président du club de Lyon-Villeurbanne en juin dernier. "Je prépare mon après-carrière, a-t-il expliqué. J'avais envie d'investir en France, j'ai envie de garder un pied ici. J'ai déjà investi pas mal avec mes camps de basket, avec ma fondation, avec mon gala, qu'on fait tous les ans. Pour moi, c'était la suite logique".

Papa pour la première fois depuis avril

Ce n'est pas encore tout à fait d'actualité, mais "TiPi" pourrait finir sa carrière à l'Asvel. Quoi qu'il en soit, le joueur pense qu'il continuera à naviguer entre la France et les États-Unis une fois retraité des parquets : "J'ai vécu toute ma carrière aux États-Unis. Là, je vais commencer ma 14e saison, ça fait longtemps que je suis à San Antonio. Mais je reviens toujours en France, je suis toujours là pendant deux mois, deux mois et demi, pour l'équipe de France et les activités qu'on vient d'évoquer".

C'est toujours dur de voir mon équipe, entre guillemets, jouer sans moi

Tony Parker

Concernant l'équipe de France, il avoue avoir "eu du mal à regarder" les matches du Mondial. "C'est toujours dur de voir mon équipe, entre guillemets, jouer sans moi. Mais je pense que c'est un mal pour un bien : ça a servi pour nos jeunes. L'équipe a beaucoup progressé. Franchement, j'étais très très fier d'eux (...) Pour moi, la fin parfaite ce serait d'être champion d'Europe l'année prochaine (en France, ndlr) puis de faire une finale aux JO (2016 à Rio, ndlr) face aux Américains".

J'ai toujours rêvé grand et j'ai toujours eu une vision pour ma carrière

Tony Parker
À lire aussi

Mais comment expliquer un tel attachement au drapeau bleu-blanc-rouge ? "Je pense que c'est par rapport à l'éducation de mes parents : ne pas oublier d'où l'on vient, répond-il du tac-au-tac. J'ai appris le basket en France, à l'Insep. Je suis en équipe de France depuis l'âge de 14 ans. Et après on a été champions d'Europe junior à 18 ans avec Boris (Diaw, ndlr). Et je pense qu'il y a quelque chose qui s'est créé en moi à cette époque. C'est la première fois que je gagnais un titre. Ça m'a marqué et je me suis promis à moi même, quand on a gagné en junior, d'apporter le premier titre de l'équipe de France de l'histoire".

Le natif de Bruges, en Belgique, d'un père américain et d'une mère hollandaise, explique aussi qu'il a toujours été un grand rêveur : "Quand j'étais petit, on me disait 't'es trop petit, trop maigre, tu n'arrivera jamais en NBA, t'as la grosse tête'. Mais moi, j'ai toujours rêvé grand et j'ai toujours eu une vision pour ma carrière. Mon idole, c'était Jordan. La façon dont il a géré sa carrière, ça m'a inspiré".

Jamais je n'aurai pu imaginé une carrière comme ça

Tony Parker

Interrogé enfin sur le Grand Prix de l'Académie des sports, qui lui a été décerné jeudi 18 septembre, il estime qu'il s'agit d'un "grand honneur" : "J'ai toujours du mal à réaliser quand je reçois des récompenses parce que jamais je n'aurais pu imaginer une carrière comme ça. Moi j'avais des rêves quand j'étais tout petit. Mais là, c'est mieux que mes rêves", conclut le quadruple champion NBA.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/