3 min de lecture Cyclisme

Paris-Roubaix : les Français croient en leurs chances

PRÉSENTATION - Aucun Français ne s'est imposé dans "l'Enfer du Nord" depuis Frédéric Guesdon en 1997. 17 ans plus tard, il existe des raisons de croire à sa succession.

Le Suisse Fabian Cancellara sur les routes de Paris-Roubaix en 2013
Le Suisse Fabian Cancellara sur les routes de Paris-Roubaix en 2013 Crédit : AFP/L.Bonaventure
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Qu'il semble loin le temps où Gilbert Duclos-Lassalle signait un impressionnant doublé (1992-1993) sur le vélodrome de Roubaix, dans la foulée du 2e succès de Marc Madiot (1991 après 1985). Le cyclisme français rayonnait alors. Quatre ans plus tard, en 1997, Frédéric Guesdon inscrivait à son tour son nom au palmarès de la "reine des classiques", signant le 30e succès tricolore dans l'épreuve. Et le dernier à ce jour.

Les Français ne gagnent plus mais y croient toujours

Depuis, 17 ans se sont écoulés. L'Italie (Ballerini, Taffi), la Belgique (Museeuw, Van Petegem, Boonen, Vansummeren), la Suisse (Cancellara), les Pays-Bas (Knaven), la Suède (Bäckstedt) et l'Australie (O'Grady) se sont illustrés. Pas la France. Douloureux constat. Mais même aux pires heures sportives du cyclisme national, laminé par ses adversaires dans l'après 1998 (l'après-Festina) et un contexte de dopage sanguin, les Français ont réussi à jouer un rôle dans une course qui les inspire. A l'exemple de Thierry Gouvenou, devenu organisateur de Paris-Roubaix, qui était parvenu à intégrer le Top 10 en 2002 (7e).

Les victoires par nation à Paris-Roubaix
Les victoires par nation à Paris-Roubaix Crédit : AFP

Car sur "Roubaix", les formations françaises jouent à domicile. Avec, pour conséquence, un soin accru apporté aux détails. "On met les moyens, relève le directeur sportif d'Europcar, Dominique Arnould. A la fin de chaque secteur, jusqu'au carrefour de l'Arbre, le coureur est sûr de trouver une paire de roues, un bidon et des barres énergétiques". Ainsi, la 2e place de Sébastien Turgot en 2012, derrière un vainqueur intouchable (Boonen), n'était pas un coup de chance. Un an plus tard, Damien Gaudin, son grand copain, a pris la suite (5e).

Aujourd'hui, ils savent que c'est possible

Martial Gayant, directeur sportif de la FDJ.fr
Partager la citation

"Aujourd'hui, ils (les coureurs français) savent que c'est possible", avance Martial Gayant, directeur sportif de la FDJ.fr. "En 2012, Matthieu Ladagnous était en bonne position pour jouer la deuxième place, s'il n'avait pas eu une crevaison dans le dernier secteur pavé". La FDJ.fr (Démare, Offredo, Ladagnous) et Europcar (Engoulvent, Pichot, Jérôme, Gène) ont créé ces dernières années un groupe spécialisé dans les classiques de pavés, un noyau de coureurs qui vivent ensemble dès le début de saison jusqu'au soir de Paris-Roubaix. AG2R La Mondiale (Gaudin, Turgot) a suivi la même voie. 

Arnaud Démare, chef de file la nouvelle vague française

À lire aussi
Christopher Froome à Paris le 15 octobre 2019 cyclisme
Tour de France 2020 : mystère autour de la forme de Froome à 5 mois du départ

Arnaud Démare symbolise la nouvelle vague française. "Je n'ai pas peur des pavés et je suis assez endurant", affirme le Picard, 2e de Gand-Wevelgem mais victime d'une fringale au Tour des Flandres (abandon). A 22 ans, il présente le profil d'un (futur grand) spécialiste des classiques. Suivra-t-il les traces de Boonen, à qui il est souvent comparé ? Le Belge avait pris place sur le podium de Roubaix avant même de fêter son 22e anniversaire (3e en 2002). Démare, retardé par une crevaison initiale pour ses débuts (90e en 2013), est loin d'avoir atteint sa maturité.
  
Tout comme un autre espoir, Florian Sénéchal (20 ans), le débutant ambitieux et prometteur de l'équipe Cofidis à côté d'Adrien Petit (23 ans). Vainqueur de Paris-Roubaix juniors en 2011, Sénéchal est le vrai "local" de la course. Il a été formé à l'Union cycliste Troisvilles-Inchy-Beaumont-Bertry (UCTIBB), le club basé à l'entrée du premier secteur pavé de la course. "C'est plus facile de faire un top 10 dans Paris-Roubaix qu'au Tour des Flandres", relève Dominique Arnould. "Il y a très peu de crevaisons aux Flandres, nous n'en avons eu qu'une seule dans notre équipe dimanche dernier. Dans Paris-Roubaix, on sait que plusieurs des favoris devraient être éliminés par les crevaisons et les chutes".
  
Dès lors, les perspectives existent pour des coureurs qui croient en leur étoile. Le meilleur exemple ? Damien Gaudin, sans doute la meilleure chance française pour peu qu'il bénéficie cette année des mêmes conditions que par le passé, tant pour le matériel que pour l'entourage chargé de l'emmener en bonne position à l'entrée des secteurs pavés.

Paris-Roubaix 2014 : le parcours
Paris-Roubaix 2014 : le parcours Crédit : AFP
Paris-Roubaix : les coureurs qui se sont imposés au moins deux fois
Paris-Roubaix : les coureurs qui se sont imposés au moins deux fois Crédit : AFP
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cyclisme Paris-Roubaix Paris-Roubaix
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants