3 min de lecture Cyclisme

Paris-Roubaix : l'Enfer du Nord portera encore bien son nom

Paris-Roubaix se déroulera dimanche 12 avril, avec le grand favori Alexander Kristoff et une meute de poursuivants surmotivés.

Nikki Tepstra sera un gros outsider de Paris-Roubaix
Nikki Tepstra sera un gros outsider de Paris-Roubaix Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les pavés, sur 52.700 mètres, sont au menu, dimanche 12 avril, de Paris-Roubaix, dont la 113e édition promet une dramaturgie inédite avec le Norvégien Alexander Kristoff pour favori en l'absence du Suisse Fabian Cancellara. Avant d'atteindre le paradis du vélodrome roubaisien, les candidats à "l'Enfer" doivent franchir 253,5 kilomètres à partir du château de Compiègne. Vingt-sept secteurs pavés, certains disjoints, abîmés, défoncés, d'un autre âge, d'autres superbement réhabilités car la région s'est réappropriée depuis une quinzaine d'années son patrimoine. 

"C'est une course qui réinstaure la notion du danger et réhabilite le goût du risque", estimait le journaliste-écrivain Pierre Chany. Si les prétendants au maillot jaune dédaignent jusqu'à présent la "reine des classiques", bien que les pavés soient redevenus d'actualité dans le Tour de France, les spécialistes cèdent à l'incomparable séduction de cette "épreuve" de près de sept heures, ancestrale et moderne, naturellement vintage. En un mot, fascinante.  

Kristoff contre le reste du peloton

À la façon de "Spartacus" (surnom Cancellara), le triple vainqueur éliminé sur chute le mois dernier, Kristoff cristallise les attentions et accable la concurrence (6 victoires en 9 jours). Tant il semble en position de force s'il n'accuse pas la fatigue d'un programme très lourd depuis le début de saison. Ce  qui pourrait ouvrir la voie à l'un des siens (Paolini ?). 

Pour le Norvégien, le danger principal vient d'une équipe à même de l'isoler avant de l'attaquer. D'un bloc qui peut miser sur plusieurs cartes, suivant la tactique qui a souvent réussi au groupe de Patrick Lefevere. Avec, en premier rôle, le vainqueur sortant, le Néerlandais Niki Terpstra, assisté du  très adroit Zdenek Stybar, le Tchèque formé à l'école du cyclo-cross, et d'un infatigable roule-toujours, le Belge Stijn Vandenbergh. 

À lire aussi
Christopher Froome à Paris le 15 octobre 2019 cyclisme
Tour de France 2020 : mystère autour de la forme de Froome à 5 mois du départ

"Nous ne pouvons pas battre Kristoff au sprint, avance Terpstra. Nous devons le lâcher avant. Mais d'autres aussi ne voudront pas prendre le risque d'arriver avec lui".  

Une meute de spécialistes des classiques

L'Allemand John Degenkolb est le seul à pouvoir rivaliser avec Kristoff en cas d'arrivée d'un petit groupe, avec à un moindre degré Peter Sagan. "Ma forme est encore très bonne", affirme le vainqueur de Milan-San Remo, qui sait qu'aucun coureur allemand n'a gagné depuis la victoire de Josef Fischer dans la... première édition en 1896. 

Sep Vanmarcke, le longiligne Flamand en appel après sa déception du Tour des Flandres, veut rappeler qu'il est sur son terrain de prédilection, dans une  course taillée à ses mesures. Comme Lars Boom, le solide rouleur néerlandais vainqueur de l'étape des pavés dans le Tour 2014, et quelques autres (Van Avermaet, Oss, Devolder, Roelandts, Vansummeren côté étranger, Gaudin, Chavanel, Démare, Ladagnous et Y. Martinez côté français).  

Wiggins pour un dernier gros coup

L'attraction de la course s'appelle Bradley Wiggins, le premier Britannique vainqueur du Tour (en 2012) qui entend terminer sa carrière sous le maillot Sky au vélodrome de Roubaix. Un an après avoir surpris son monde en prenant la neuvième place. 

"Je pense que je suis meilleur, je me sens mentalement et physiquement plus fort", estime "Wiggo" qui a reconnu le parcours à plusieurs reprises durant l'hiver. La semaine passée encore, en compagnie du Belge Johan Museeuw, triple vainqueur à Roubaix entre 1996 et 2002. 

"Je suis prêt. À l'exception de ma chute au Tour des Flandres, tout s'est bien déroulé. J'ai eu une préparation parfaite", affirme l'Anglais, sur le point de fêter son 35e anniversaire. Son équipe, qui aligne aussi le Gallois Geraint Thomas, est au soutien. Jamais encore un Britannique n'a conquis la "reine".  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cyclisme Paris-Roubaix
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants