1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Michel Cymes : "Au ski, c'est port du casque obligatoire !"
1 min de lecture

Michel Cymes : "Au ski, c'est port du casque obligatoire !"

ÉDITO - Paralysie faciale, perte d'équilibre, troubles de la mémoire... Ce sont autant de séquelles qui menacent si on pratique le ski sans casque.

Michel Cymes
Michel Cymes
Crédit : Romain Boé / SIPA / RTL
Michel Cymes : "Au ski, c'est port du casque obligatoire !"
02:54
Michel Cymes : "Au ski, c'est port du casque obligatoire !"
02:57
Michel Cymes & Loïc Farge

C'est effarant le nombre de personnes qui skient sans casque. C'est l'occasion de lancer un appel, voire de conjurer les skieurs de se protéger. Pour tenter de convaincre les récalcitrants, rappelons que les lésions à la tête arrivent en deuxième position des blessures occasionnées lors des accidents de sports d'hiver. C'est ce qu'affirme l'Association des médecins de montagne, qui déplorent chaque année entre 4 et 5.000 traumatismes crâniens.

L'éventail des séquelles d'un traumatisme crânien est assez large. S'il est léger, on peut espérer récupérer dans les six mois (ce qui, mine de rien, est assez long). En revanche, quand le traumatisme est sérieux, vous pouvez vous retrouver dans le coma. Au menu des "réjouissances" : paralysie faciale, perte d'équilibre, troubles de la mémoire...

Ce cri d'alarme est aussi destiné aux skieurs les plus chevronnés. Mais le problème au ski, ce n'est pas forcément soi, mais les autres. On n'est jamais à l'abri d'un fou furieux qui ne maîtrise pas sa vitesse et vous percute parce que c'est le seul moyen qu'il a trouvé pour s'arrêter.

Choisissez bien votre casque

Tous les médecins de campagne vous le confirmeront : les blessures sont systématiquement plus importantes chez les skieurs sans casque que chez les skieurs casqués. Malgré cela, les adultes boudent encore le casque. Notons au passage qu'ils donnent le mauvais exemple aux enfants, pour lesquels c'est désormais obligatoire (en tout cas quand ils suivent le cours de l'École du ski français).

Comment bien choisir son casque ? Il doit d'abord être confortable. Il faut veiller à ce qu'il soit toujours bien attaché et que les tempes soient protégées. Les prix varient de quelques dizaines à quelques centaines d'euros. Si vous hésitez entre deux modèles, prenez le plus léger : vous l'aurez oublié dès les premiers virages.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/