1 min de lecture Michael Schumacher

Michael Schumacher : un an après, les sponsors sont toujours là

Un an après son accident, la presse allemande rend hommage à Michael Schumacher alors que six sponsors sont toujours solidaires.

>
Michael Schumacher : un an après, les sponsors sont toujours là Crédit Image : AFP | Crédit Média : Blandine Milcent | Durée : | Date :
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et Blandine Milcent

29 décembre 2013. Il y a un an, jour pour jour, Michael Schumacher était victime d'un grave accident de ski à Méribel. Blessé à la tête, il est sorti du coma en octobre dernier et suit sa convalescence dans sa propriété suisse sur les bords du Lac Léman.

Son entourage continue de faire preuve d'une grande vigilance sur tout ce qui se dit et s'écrit sur la forme réelle du champion et peut compter sur ses sponsors, qui ne l'ont pas lâché. Tous ou presque sont toujours embarqués. Un mot d'ordre du côté de l'Allemagne, se serrer les coudes dans les moments difficiles. 

En Allemagne, un rapport quasi quotidien

365 jours de peur, de souffrance et d'espoir

"Berliner Kurier"
Partager la citation

Outre-Rhin, la presse continue d'évoquer quasi quotidiennement la santé de "Schumi". Pour ce triste anniversaire, les médias ont été nombreux à consacrer une pleine page voire une double page à l'ancien champion de Formule 1. "Continue à te battre" titre le Bild Zeitung, "365 jours de peur, de souffrance et d'espoir" pour le Berliner Kurier.

Faute d'informations concrètes sur l'état de santé de Michael Schumacher, la presse allemande revient sur cette année écoulée et rappelle même que son fils, Mick Junior, est devenu vice-champion du monde de kart. Tel père, tel fils. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Michael Schumacher Accident Ski
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants