1 min de lecture RTL sport

Le Stade Français retrouve le bouclier de Brennus

Clermont est maudit. Le club auvergnat, qui avait le match en main à la mi-temps (9-0) puis à quelques minutes de la fin, s'est incliné (23-18) samedi soir en finale du championnat de France de rugby pour la huitième fois en autant de tentatives. C'est donc le Stade Français 1er à l'issue de la saison régulière, qui est sacré Champion pour la 13ème fois de son histoire, la cinquième en dix ans et la première depuis 2004. Radike Samo a inscrit l'essai de la victoire à deux minutes de la fin d'une rencontre chargée d'émotions.

Micro RTL
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Radike Samo brise les espoirs de Clermont

Tension, suspense, retournements de situation pour un dénouement dorcément heureux pour les uns, cruels pour les autres : la dixième finale du championnat de France de rugby au Stade de France aura tenu toutes ses promesses samedi soir. A son terme, le Stade Français a décroché le 13ème titre de Champion de France de son histoire, le 5ème depuis 1998, en battant Clermont (23-18), un club qui doit se croire maudit après ce huitième revers en autant de finales disputées. Une fois encore, le Bouclier de Brennus s'est refusé aux Auvergnats, qui avaient pourtant toutes les cartes en main après une parfaite entame de rencontre.

Grâce à deux pénalités de leur ouvreur Brock James et à un drop très bien senti de l'arrière Anthony Floch (39ème), les Clermontois comptaient neuf longueurs d'avance à la mi-temps (9-0). Un avantage qui récompensait la solidité, la percussion, la domination du pack auvergnat. Dès le retour des vestiaires les joueurs de Vern Cotter enfonçaient même le clou et portaient leur avance à douze points (12-0, 42ème), grâce à une troisième pénalité de l'Australien Brock James.

Sonné, au pied du mur, le Stade Français se réveillait alors. Grâce à la botte de Juan Martin Hernandez , les hommes de Fabien Galthié revenaient à six longueurs (12-6, 52ème, puis 15-9, 63ème) avant le "money-time". Fort de son expérience à ce niveau, les Parisiens accéléraient encore et étaient récompensés par un essai, le premier essai du match, marqué par le demi de mêlée Agustin Pichot (16-15, 69ème). Et si les Clermontois reprenaient brièvement l'avantage (18-16, 73ème), ils craquaient à deux minutes de la pause : accouru de son aile gauche, Julien Arias déchirait la défense clermontoise, avant d'être repris. Deux regroupements plus tard, le ballon était dans les bras de Radike Samo, australien d'origine polynésienne, qui déposait le ballon du titre dans l'en-but auvergnat (23-18, 78ème) ! Cruelle conclusion pour Clermont, qui n'avait jamais semblé aussi près de brandir le Bouclier de Brennus.

G.F.

Réactions

Fabien Galthié (entraîneur du Stade Français): "Les joueurs qui sont rentrés ont su changer le cours du match. Ils ont réussi à trouver la clé, avec l'envie, sans s'affoler, en jouant notre rugby. Je suis soulagé, mais le triomphe est pour eux. Je reste derrière. Pendant le match, je ne nous voyais pas perdre, je savais qu'on avait des ressources."

Dimitri Szarzewski (talonneur du Stade Français): "Nous avons su ne rien lâcher pour décrocher ce Bouclier de Brennus. Nous avons su nous montrer solidaires, même quand nous étions menés. Je suis vraiment très heureux de ce titre".

Rodrigo Roncero (pilier du Stade Français): "Ce match, on peut le rejouer 10 fois, on le perdrait onze fois ! On peut dire que la chance était de notre côté, mais c'est la vie, c'est le rugby. Quand même, en seconde période, on a bien joué, on a lancé du jeu".

Agustin Pichot (capitaine du Stade Français): "C'est un effort de dix mois qui se concrétise. On ne mérite pas forcément de gagner, mais on a joué avec le coeur. Pour moi, c'est la plus belle histoire, je ne pouvais demander plus" (ndlr: Pichot quitte le Stade Français).

Pierre Rabadan (n.8 du Stade Français): "Ce titre on a été le chercher dans des endroits qu'on ne soupçconnait même pas. Ce soir, on a retourné une situation quasi insurmontable. A l'image de notre saison, on est arrivés à se souder. Et à se montrer que l'on est capable de rebondir".

Max Guazzini (président du Stade Français): "C'est incroyable la façon dont l'équipe est revenue en seconde période ! Ce que les joueurs ont fait est énorme. Ils sont allés le chercher au plus profond d'eux mêmes. Il ne faut pas oublier qu'on est restés +fanny+ pendant un long moment."

Vern Cotter (entraîneur de Clermont): "On ne voulait pas faire de cadeau, mais on en a fait quand même. On a le sentiment d'être au début de quelque chose. On va apprendre de cette défaite pour être meilleurs la saison prochaine. On doit construire là-dessus. Tout le monde est déçu, mais on a quand même gagné le Challenge européen. (...) On n'a pas su gérer les derniers instants de ce match, mais il faut regarder devant nous."

Aurélien Rougerie (ailier de Clermont): "On a eu du mal à concrétiser nos occasions alors qu'eux n'ont pas manqué les leurs. Cela doit nous servir de leçon pour la suite, parce qu'il faut bien se tourner vers la suite ! Ils ont su gérer leur match sans paniquer, en faisant du jeu en seconde période alors qu'on n'a pas jouer comme on aurait dû le faire."

Thibault Privat (2e ligne de Clermont): "C'est une fin de match difficile à avaler pour nous, comme pour nos supporteurs. Paris n'a pas volé son titre. Ils ont su exploiter nos failles. On a trop subi au niveau du score."

Pierre Mignoni (1/2 de mêlée de Clermont): "Paris n'a pas volé le match. Ils ont fait un match digne d'une grande équipe. Ils ont marqué quand il fallait, alors qu'il nous manque un essai pour concrétiser notre domination en première période. L'histoire de cette équipe démarre sur une finale perdue, mais on a une grande marge de progression. Nous sommes très déçus, mais il faut relever la tête, continuer à travailler."

Mario Ledesma (talonneur de Clermont): "Tout d'un coup, Paris s'est mis à jouer. Et on n'a pas su quoi faire. On avait peut-être vendu la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Ils se sont mis à avoir la balle, et à aller au large. On n'a pas su réagir. Ils ont franchi deux fois et marqué deux fois. Ce n'est pas une injustice mais on avait fait le plus difficile."

Fiche technique

A Saint-Denis (Stade de France): le Stade Français bat Clermont 23 à 18 (mi-temps: 0-9)
Temps: beau (vent: quasi nul)
Terrain: excellent
Spectateurs: 79.000
Arbitre: M. Maciello (Côte d'Azur)
Les points:
Stade Français: 2 essais Pichot (69), Samo (78), 2 transformations Hernandez, 3 pénalités Hernandez (49, 52, 63)
Clermont: 5 pénalités B. James (20, 33, 42, 59, 73), 1 drop Floch (39)
Remplacements temporaires:
Clermont: Privat par Jacquet (16-24), Emmanuelli par Scelzo (67-70)
Les équipes:
Stade Français: Jeanjean - Dominici, Glas, Skrela (Liebenberg 49), Arias - (o) Hernandez (m) Pichot (cap) - Martin, Rabadan, Ma. Bergamasco (Parisse 47) - M. James (Auradou 48), Marchois (Samo 48) - P. Ledesma, Kayser (Szarzewski 58), Roncero
Clermont: Floch - Rougerie (cap), Canale, Marsh, Malzieu - B. James (o), Mignoni (m) - Audebert, Vermeulen, Broomhall - Privat (Longo 49), Cudmore (Jacquet 47)- Scelzo (Zirakashvili 58), M. Ledesma, Emmanuelli

Les dix dernières finales

2007 - Stade de France: Stade Français bat Clermont 23 à 18
2006 - Stade de France: Biarritz bat Stade Toulousain 40 à 13
2005 - Stade de France: Biarritz bat Stade Français 37 à 34 a.p.
2004 - Stade de France: Stade Français bat Perpignan 38 à 20
2003 - Stade de France: Stade Français bat Toulouse 32 à 18
2002 - Stade de France: Biarritz bat Agen 25 à 22 a.p.
2001 - Stade de France: Stade Toulousain bat Montferrand 34 à 22
2000 - Stade de France: Stade Français bat Colomiers 28 à 23
1999 - Stade de France: Stade Toulousain bat Montferrand 15 à 11
1998 - Stade de France: Stade Français bat Perpignan 34 à 7

Lire la suite
RTL sport Rugby
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
749
Le Stade Français retrouve le bouclier de Brennus
Le Stade Français retrouve le bouclier de Brennus
Clermont est maudit. Le club auvergnat, qui avait le match en main à la mi-temps (9-0) puis à quelques minutes de la fin, s'est incliné (23-18) samedi soir en finale du championnat de France de rugby pour la huitième fois en autant de tentatives. C'est donc le Stade Français 1er à l'issue de la saison régulière, qui est sacré Champion pour la 13ème fois de son histoire, la cinquième en dix ans et la première depuis 2004. Radike Samo a inscrit l'essai de la victoire à deux minutes de la fin d'une rencontre chargée d'émotions.
https://www.rtl.fr/sport/autres-sports/le-stade-francais-retrouve-le-bouclier-de-brennus-749
2007-06-09 22:33:14