2 min de lecture Athlétisme

Dopage : doit-on faire table rase des records d'athlétisme ?

Le 31 juillet prochain, la Fédération internationale d'athlétisme pourrait décider d’effacer tous records de l’histoire de l’athlétisme.

Rémi Sulmont RTL vous en parle déjà Rémi Sulmont
>
Dopage : doit-on faire table rase des records d'athlétisme ? Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Rémi Sulmont
Rémi Sulmont et Loïc Farge

Remettre les compteurs à zéro. Faire table rase. La proposition est radicale. Ce serait du jamais vu dans l'histoire du sport. Alors oui, le Tour de France a modifié les classements pour sortir les dopés. L'haltérophilie a changé les règles pour que les records ne soient pas comparables. Mais jamais on a effacé, d'un coup, des années de palmarès. C'est la Fédération européenne d'athlétisme qui a voté en faveur de cette proposition choc, qui doit maintenant être validée par la Fédération internationale à Londres fin juillet. "Nous avons besoin d'une action décisive pour restaurer la crédibilité et la confiance", insiste le président norvégien de la Fédération européenne, persuadé qu'il faut frapper fort pour redorer l'image de sa discipline.

Si cette mesure est appliquée, c'est toute l'histoire de l'athlétisme qui serait modifiée. Certains records d'Europe étant aussi des records du monde, ce sont les performances de l'athlétisme mondial qui seraient bouleversées. Plus d'une vingtaine de records du monde seraient ainsi effacés, classés officiellement "ancien records".

Remise à zéro ?

Des performances entrées dans l'Histoire en seraient ainsi sorties. Celles d'Hicham El Guerrouj en 1.500 mètres et de Mike Powel en longueur. Celles de Français aussi. Christine Arron sur 100 mètres. Ou encore Stéphane Diagana, qui pourrait perdre son record d'Europe sur 400 mètres haies, inégalé depuis 1995.

"Je suis étonné de la pauvreté de la réflexion de nos instances internationales : comme on n'arrive pas à trier le bon grain de l'ivraie (...), on va jeter le bébé avec l'eau du bain", déplore-t-il. "C'est manquer de respect pour des athlètes qui se sont battus contre les dopés. C'est mon cas : j'ai récupéré des médailles, parfois deux ou trois ans après, à cause d'athlètes qui sont dopés. Je vais être encore victime d'athlètes dopés avec lesquels je n'ai pas concouru et qui ont amené de la suspicion généralisée", se désole-t-il encore.

C'est manquer de respect pour des athlètes qui se sont battus contre les dopés

Stéphane Diagana, champion du monde d'athlétisme
Partager la citation
À lire aussi
Armand Duplantis à Liévin le 19 février 2020 athlétisme
Saut à la perche : pas de nouveau record du monde pour Armand Duplantis

Comme Stéphane Diagana, plusieurs athlètes menacés d'être dépossédés de leurs records ont pris la parole pour s'opposer à cette mesure. En espérant dissuader les membres de la fédération internationale de voter cette remise à zéro.
 
La proposition a-t-elle des chances d’être adoptée ? Rien n'est joué. Le président de la Fédération internationale, Sebastian Coe, est plutôt favorable à la mesure. Détenteur d'un record d'Europe, il est donc prêt à monter l'exemple et à perdre son titre. Mais le lobbying des athlètes concernés est intense. Il est relayé par des dirigeants de l'athlétisme mondial, comme le Français Bernard Amsalem, qui siège à Fédération internationale. 

Contre-proposition

Cet été, il votera contre cette mesure "injuste et stupide". Mais il fait une contre-proposition. "La fédération allemande avait proposé au passage de l'an 2000 qu'on arrête les compteurs, en disant : 'Les records du XXe siècle sont ce qu'ils sont, on repart à zéro sans effacer les records' (...) L'idée serait qu'on arrête le compteur pour le XXe siècle, et qu'on reparte à zéro pour le XXIe", explique Bernard Amsalem.

L'idée de Bernard Amsalem serait de ne prendre en compte que les performances établies depuis le 1er janvier 2001, sans modifier l'histoire de l'athlétisme. La performance de Stéphane Diagana de 1995 ne serait ainsi pas annulée, mais un nouveau record du XXIe siècle pourrait être établi. Juridiquement, cela présente un avantage. Effacer les palmarès comme envisagé pourrait coûter très cher aux instances sportives, si les athlètes effacés des tablettes contre-attaquaient en justice.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Athlétisme Dopage Records
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants