5 min de lecture Cyclisme

DIAPORAMA - Tour de France 2017 : Froome, Bardet, Porte... Qui sont les favoris ?

Tenant du titre également vainqueur en 2013 et 2015, Froome semble le candidat numéro 1 à sa succession. Mais Porte, Bardet et dans une moindre mesure Quintana, Aru, Chaves, Pinot ou Contador ont aussi leurs chances.

Chris Froome en mars 2017 en Espagne Voir la suite

Continuité avec un 4e sacre du Britannique Chris Froome ? Passation de pouvoir avec l'avènement de son ancien lieutenant, l'Australien Richie Porte ? Premier triomphe français 32 ans après la dernière des cinq victoires de Bernard Hinault grâce à Romain Bardet ? Les trois hommes s'avancent sur le papier en principaux favoris de ce 104e Tour de France, qui s'élance samedi 1er juillet de Düsseldorf, en Allemagne.

Derrière eux, ils sont au moins cinq à entretenir de sérieux espoirs de podiums, sur l'une des trois marches, au vu de leur potentiel, de leur palmarès, de leur forme actuelle et:ou du déroulement de la course. Par ordre alphabétique, retenons l'Italien Fabio Aru, le Colombien Esteban Chaves, l'Espagnol Alberto Contador, le Français Thibaut Pinot et le Colombien Nairo Quintana. Présentation de ces huit prétendants, avec leurs forces et leurs faiblesses.

Fabio Aru

13e pour sa première participation l'an passé, l'Italien de la formation Astana (26 ans) déboule sur le Tour dans une forme optimale. Son absence sur le Tour d'Italie en raison d'une blessure au genou droit sera peut-être un  mal pour un bien. 5e du Critérium du Dauphiné début juin, il a enchaîné avec un premier titre de champion d'Italie.

Autres atouts du natif de Sardaigne : l'expérience des podiums dans les grands Tours avec une victoire sur la Vuelta et une 2e place sur le Giro en 2015. Néanmoins, son Tour 2016 laisse planer le doute sur sa capacité à résister en troisième semaine. Avec la présence dans son équipe du Danois Jakob Fuglsang, vainqueur du Dauphiné, la menace pourrait aussi venir de l'intérieur.

Romain Bardet

Fera-t-il autant vibrer les foules que l'an passé ? Plus encore, au point d'effacer la légende Bernard Hinault des tablettes et d'éteindre le redondant refrain de ces Français qui ne brillent que sur quelques étapes ou au classement du maillot à pois ? À 26 ans Romain Bardet aborde son cinquième Tour de France sûr de sa force, conforté par une place de dauphin de Chris Froome en 2016.

Cocktail intelligence/tempérament, aisance sur l'essentiel des terrains, art de la descente : le leader de la formation AG2R La Mondiale présente le profil d'un coureur complet, entouré d'une solide équipe. Pour triompher, il lui faudra toutefois résister autant que possible sur les contre-la-montre... et à l'inévitable pression grandissante à mesure que Paris se rapprochera.

Esteban Chaves

Le public va découvrir lors de cette 104e édition un phénomène colombien de 27 ans, déjà à l'honneur en 2016 sur le Tour d'Espagne (3e) et le Tour d'Italie (2e) mais novice sur la plus grande course au monde. Le charismatique leader de l'équipe Orica affiche des qualités de montagnard largement au dessus de la moyenne, tant en montée qu'en descente, de la malice, un charisme unanime. 

Si ses problèmes de santé de début de saison, son inexpérience du Tour et la tension des premières étapes peuvent jouer en sa défaveur, sa fraîcheur psychologique et le fait de ne rien avoir à perdre en font un outsider crédible. Voire mieux ?

Alberto Contador

Les frères Schleck, Andy et Frank, sont à la retraite, tout comme Cadel Evans. Alberto Contador, lui, est toujours présent à 34 ans pour sa dixième participation à la Grande Boucle. Son âge ne fait évidemment pas du vainqueur de 2007 et 2009 (déchu en 2010 pour dopage) l'un des favoris principaux. Mais sa parfaite connaissance de l'épreuve et sa facilité en montagne ne sont surtout pas à négliger pour ses adversaires.  

11e du dernier Critérium, "El Pistolero" va courir sans pression. S'il parvient à éviter les chutes en première semaine (abandon en 2014 et 2016), il sera forcément un candidat au top 10, en témoigne ses 4e et 5e places en 2013 et 2015, en dépit de la faiblesse relative de la Trek en montagne

Chris Froome

L'image du maillot jaune à pied, courant au milieu d'une foule dense en délire dans la montée vers le Mont Ventoux reste gravée dans les esprits. Finalement reclassé dans le même temps que ses adversaires par les commissaires de course, Chris Froome décrochera quelques jours plus tard sa troisième victoire sur les Champs-Élysées. 

Un an plus tard, le Britannique de la Sky (32 ans) a élargi son registre, gommé ses points faibles (descente, sens tactique) et peut toujours compter sur une équipe complète, experte pour contrôler la course. Mais il semble avoir perdu de sa superbe en montagne, si l'on se fie à sa 4e place sur le Critérium du Dauphiné, qu'il avait empoché l'an passé. La part limitée des contre-la-montre (36,5 km) ne joue pas en sa faveur.

Thibaut Pinot

Faut-il le croire quand il assure qu'il ne se sent "pas capable" de se battre pour le classement général car il a encore le Tour d'Italie "dans les jambes" (4e place en mai) ? Qu'il préfère se "battre pour autre chose" qu'une place dans le top 10 ? En annonçant ainsi la couleur, Thibaut Pinot, 3e en 2014, arrive comme il le reconnaît par ailleurs lui-même "sans pression". Et "cela fait du bien".

À 27 ans et pour sa sixième participation, le Franc-Comtois de la FDJ n'a rien perdu de ses qualités de grimpeur. Sans le stress lié au statut de représentant français numéro 1, il sera sûrement plus à l'aise sur les étapes de transitions et sur contre-la-montre. La fraîcheur est moins au rendez-vous que les années passées ? L’expérience et la confiance le sont beaucoup plus.

Richie Porte

Compromis rouleur/grimpeur, quasi sans-faute en 2017, approche impeccable, maturité physique et peut-être psychologique : à 32 ans, l'Australien de la BMC paraît en mesure de s'offrir le premier rôle de la super-production de juillet, après une 5e place l'an passé pour ses débuts en tant que leader. Auparavant, Richie Porte était condamné à rester dans l'ombre de Chris Froome.

Revanchard, le champion d'Australie 2015 du contre-la-montre pourrait endosser le premier maillot jaune et aborder ainsi la suite de la course dans une position qu'il affectionne, celle du chassé. Reste qu'il n'a encore jamais accédé au podium d'un grand tour et que son équipe s'est montrée friable lors du Dauphiné, finalement perdu pour 10 secondes aux dépens du Danois Fuglsang.

Nairo Quintana

À chacune de ses trois participations depuis 2013, le Colombien était présenté comme le rival numéro 1 de Chris Froome, ayant fait du Tour son objectif principal. Systématiquement, le coureur aujourd'hui âgé de seulement 27 ans se retrouvait largement dominé par le Britannique, donnant l'impression de se satisfaire d'une place sur le podium (deux fois 2e, une fois 3e). 

Le scénario sera-t-il différent en 2017 ? Vainqueur de son deuxième grand tour en Espagne à l'automne dernier après le Giro 2014, Nairo Quintana a cette année décidé de doubler Tour d'Italie (2e) et Tour de France. Comme Pinot, il relègue ainsi la pression sur les autres prétendants à la victoire finale. Au fil de la course, il pourrait monter en régime. Et souvent, le leader de la Movistar, épaulé par l'expérimenté espagnol Alejandro Valverde (37 ans) est plus fringant en 3e semaine.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés