7 min de lecture Année 2017

DIAPORAMA - Revivez l'année sportive 2017

De la victoire de Stéphane Peterhansel sur le Dakar au sacre mondial des Bleus du handball en passant par la Coupe Davis, les exploits de Riner, Fourcade, Bosse, Federer ou Nadal, voici 12 mois résumés en 21 clichés.

Le Journal des Sports
Les Tops RTL Sport du 27 décembre 2017
Crédit Média : Isabelle Langer Crédit Image : Philippe HUGUEN / AFP
Voir la suite
14 janvier : Stéphane Peterhansel, accompagné de Jean-Paul Cottret, remporte son 13e Dakar, le 7e sur quatre roues (ici avec Peugeot)
Crédit Image : FRANCK FIFE / AFP
Voir la suite

Année impaire, 2017 n'a proposé, ni Jeux Olympiques ni grande compétition internationale de football, Coupe du monde ou Euro. Il n'empêche, de janvier à décembre, l'actualité a été riche aux quatre coins de la planète, des légendes continuant d'écrire leur histoire, d'autres quittant la scène sur la défaite, comme le sprinteur Jamaïcain Usain Bolt.

La France a vécu les six premiers mois au rythme des performances de l'AS Monaco et de sa pépite Kylian Mbappé, en championnat comme en Ligue des champions. Parallèlement, le PSG perdait sa couronne nationale et sombrait à Barcelone un soir de mars. L'arrivée du Brésilien Neymar au mois d'août doit amorcer la reconquête.

Dans les sports individuels, Martin Fourcade, Teddy Riner et François Gabart ont encore brillé, Pierre-Ambroise Bosse s'est révélé, Romain Bardeta confirmé. La Coupe Davis, les deux titres mondiaux en handball, chez les hommes comme chez les femmes, la qualification des Bleus du foot pour la Coupe du monde en Russie : voilà les autres facettes de cette France qui gagne. 

Le handball, planète bleue

Honneur aux dames et aux dernières images fortes de l'année civile. 17 joueuses et un entraîneur emblématique, Olivier Krumbholz, sur le toit du monde. Pour la deuxième fois de son histoire, l'équipe de France féminine de handball a décroché l'or mondial, dimanche 17 décembre. Les principales héroïnes se nomment Allison Pineau, Amandine Leynaud, Alexandra Lacrabère, Camille Ayglon et Siraba Dembélé.

Après ce triomphe en finale contre la Norvège (23-21) à Hambourg, onze mois après celui des hommes fin janvier à Paris, la France règne sans partage sur le hand. Aucun pays n'avait remporté les deux titres mondiaux la même année depuis l'Union soviétique en 1982. La superpuissance française porte son total de médailles à 27 depuis 1995 : 9 dont 2 d'or pour les dames, qui avaient déjà conquis l'or mondial en 2003, et 18 dont 11 d'or pour les messieurs.

Gabart, surdoué de la voile

Quelques heures plus tôt, François Gabart signait un incroyable exploit en pulvérisant le record du tour du monde à la voile en solitaire. Un an plus tôt, Thomas Coville plaçait la barre très haute en bouclant son tour du globe en 49 jours et 3 heures, soit 8 jours de moins que le record en cours à l'époque. À 34 ans, Gabart n'a mis que 42 jours et 6 heures à la barre de son trimaran "Macif". Quelle claque.

L'intouchable Riner

Gabart transforme tout ce qu'il touche en or. Teddy Riner, lui, est invaincu sur les tatamis depuis plus de sept ans et 144 combats. Son deuxième sacre olympique en poche, le poids lourd s'est donné le temps de souffler. Mais il ne chôme pas une fois remonté sur les tatamis. En l'espace de deux mois, le colosse de 28 ans garnit son palmarès de deux couronnes mondiales supplémentaires : la neuvième en + 100 kg début septembre à Budapest, la dixième en toutes catégories mi-novembre à Marrakech. 

Fourcade, la saison de tous les records

L'autre grand bonhomme du sport français glisse sur la neige, carabine dans le dos. 2016-2017, restera comme la saison de tous les records pour Martin Fourcade. Avec une 6e Coupe du monde d'affilée, 14 succès sur le circuit et 22 podiums en 26 courses, le biathlète de 29 ans est entré un peu plus dans la légende de son sport. Tête de gondole des sports d'hiver en France, il a logiquement hérité du rôle de porte-drapeau de la délégation tricolore pour les JO d'hiver de 2018 à Pyeongchang (Corée du Sud).

Bardet/Bosse, visages de l'été

Eux sont un peu plus jeune et ont animé l'été. Romain Bardet (27 ans) en juillet sur les routes du Tour de France, Pierre-Ambroise Bosse (25 ans) en août sur la piste d'athlétisme du stade olympique de Londres. Pour la deuxième année de suite, le premier s'est offert un podium sur la Grande Boucle (3e derrière derrière le Britannique Chris Froome - lire ci-dessous - et le Colombien Rigoberto Uran). Pour la première fois, le second a apporté à la France son premier titre mondial sur 800 m.

Bolt retraité foudroyé

Deux autres images resteront de ces 16s championnats du monde d'athlétisme, celles d'un Usain Bolt d'abord troisième du 100 m puis foudroyé par une crampe lors de la finale du relais 4x100 m. L'homme le plus rapide de tous les temps a raté ses adieux à 31 ans, mais c'est surtout l'athlétisme, désormais en manque de vedette pour captiver le grand public, qui boîte bas.

Froome du jaune au noir

Le cyclisme, de son côté, reste toujours entaché par les soupçons de dopage. Vainqueur de son quatrième Tour de France en dictant sa loi avec l'appui d'une équipe ultra-efficace, Chris Froome se retrouve cinq mois plus tard dans l’œil du cyclone. Le 13 décembre, l'UCI indique qu'un contrôle antidopage du Britannique de 32 ans a révélé une concentration de salbutamol deux fois supérieure au seuil autorisé lors de sa victoire dans la Vuelta en septembre. Victoire dont il risque d'être déchu.

Federer/Nadal, la razzia

2017, c'est aussi le retour au premier plan de Roger Federer et Rafael Nadal, hilares après quelques mots prononcés en chinois lors du Masters 1.000 de Shanghai. À cet instant, le plus heureux des deux semble le Suisse, qui vient de signer une cinquième victoire d'affilée contre son grand rival espagnol, la troisième de l'année en finale après Melbourne et Miami. De victime, il s'est changé en bourreau, sans avoir néanmoins osé défier Nadal sur terre battue, son terrain favori. 

En ce 15 octobre, les superstars du tennis savourent surtout leur retour au sommet, alors que douze mois plus tôt ils avaient déjà rangé leur raquette, rattrapés chacun par des blessures. Novak Djokovic et Andy Murray moins rayonnants puis à leur tour blessés, ils se seront partagés les quatre titres du Grand Chelem : l'Open d'Australie et Wimbledon pour Federer, Roland-Garros et l'US Open pour Nadal qui, cerise sur le gâteau, reprend place sur le trône de numéro 1 mondial. 

Les nouveaux "Mousquetaires" enfin sacrés

En simple, la France attend toujours un successeur en Grand Chelem à Yannick Noah, vainqueur de Roland-Garros en 1983. En Coupe Davis, en revanche, le désespoir a pris fin. 16 ans après la conquête de son neuvième Saladier d'Argent en Australie, les Bleus en ont enfin conquis un 10e. Aux côtés du capitaine Noah présents à Lille face à la Belgique, Jo-Wilfried Tsonga, Lucas Pouille, Richard Gasquet, Pierre-Hugues Herbert, mais aussi les "amis" Gilles Simon, Jérémie Chardy, Nicolas Mahut, Julien Benneteau.

Football Champagne, "remontada", Russie

Reste le sport roi, le football. De janvier à mai, Monaco aura tout balayé, décrochant un 8ème titre de champion de France après quatre ans de règne parisien, se hissant en demi-finale de Ligue des champions après avoir éliminé Dortmund et le Manchester City de Pep Guardiola. Le club du Rocher également pourvoyeur de nouveaux talents, avec l'éclosion de la nouvelle pépite du foot français, Kylian Mbappé.

Année noire en revanche pour le PSG, qui aura fait rentrer un nouveau mot dans le grand dictionnaire du sport français, "remontada". Élimination 6 buts à 1 à Barcelone après avoir gagné 4-0 au match aller : du jamais vu dans toute l'histoire des Coupes d'Europe. Un crach qui va provoquer le transfert record de Neymar vers Paris pour 222 millions d'euros, nouveau record mondial.

Le Brésilien sera à la Coupe du monde l'été prochain en Russie comme les Bleus, qualifiés dans la douleur mais qui n'ont plus raté un Mondial depuis 1994. L'équipe de France est souvent citée comme membre du top 4 des favoris derrière le Brésil, l'Allemagne et l'Espagne. Avec un PSG ouvertement candidat à la victoire en Ligue des champions, 2018 s'annonce comme l'année de tous les espoirs pour le foot français.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés