3 min de lecture Jeux Olympiques

DIAPORAMA - JO 2018 : les Françaises et les Français à suivre

Combien de médailles remporteront les 108 Français et et Françaises sélectionnés aux Jeux Olympiques de Pyeongchang (9-25 février) ? Présentation des principaux candidat(e)s aux podiums.

Martin Fourcade (biathlon) en mars 2016 à Oslo
Crédit Image : JONATHAN NACKSTRAND / AFP
Voir la suite

9 médailles en 2006, 11 en 2010, 15 en 2014. L'équipe de France olympique va-t-elle encore augmenter son total de récompenses à l'occasion de ces Jeux d'hiver 2018 de Pyeongchang ? Avec 102 épreuves au programme, quatre de plus qu'à Sotchi, la probabilité est forte, d'autant que la plupart de ses leaders sont encore là quatre ans après, à commencer par Martin Fourcade.

Deux fois sacré en 2014, sur la poursuite et l'individuelle (plus une 2e place sur la mass start), le biathlète domine encore son sport à 29 ans. Avec le sprint et les deux relais, il possède six occasions de monter sur le podium. Un homme semble toutefois en mesure de lui faire de l'ombre : le Norvégien Johannes Thingnes Boe (23 ans). 

La France possède d'autres cartes dans cette discipline populaire. Simon Desthieux (7e du classement général de la Coupe du monde), Quentin Fillon Maillet (15e), Antonin Guigonnat (21e), Simon Fourcade (33e) et Émilien Jacquelin (37e) seront également alignés chez les hommes. Le réservoir féminin est aussi prometteur avec Justine Braisaz (8e), Anaïs Bescond (9e), Anaïs Chevalier (24e), Celia Aymonier (25e) et Marie Dorin-Habert (26e).

Pinturault et Worley locomotives du ski alpin

En ski alpin, Alexis Pinturault (26 ans) tentera de faire mieux que sa 3e place sur le slalom géant et visera le titre en combiné. Absente à Sotchi en raison d'une blessure au genou droit, Tessa Worley rêve d'une première médaille olympique à 28 ans. Elle vient de remporter le dernier slalom géant avant les Jeux.

À Sotchi, Steve Missilier avait devancé Pinturault en géant. Il ne fait cette année pas partie de la sélection, au contraire des anciens Jean-Baptiste Grange (33 ans) et Julien Lizeroux (38),  toujours capables d'un coup en slalom et/ou par équipe. Parmi les autres "alpinistes, citons Victor Muffat-Jeandet (combiné), Adrien Théaux (descente), Mathieu Faivre (géant). Attention, sur une course d'un jour, tout est possible, dans un sens comme dans l'autre.

Le ski freestyle pourvoyeur de médailles

Avec Martin Fourcade, les deux autres Français champions olympiques à Sotchi étaient venus des nouvelles disciplines, Pierre Vaulier en snowboard cross et Jean-Frédéric Chapuis en ski cross lors d'un historique triplé tricolore (avec Arnaud Bovolenta et Jonathan Midol). 

Chapuis (28 ans) et Bovolenta (29) sont toujours là. Terence Tchiknavorian peut jouer le rôle du 3e homme. Vaultier ambitionne lui aussi de conserver son titre. Avec Chloé Trespeuch (3e à Sotchi) et Nelly Moenne-Loccoz, la France possède aussi de sérieuses chances chances de briller chez les femmes en snowboard cross.

Dans les autres épreuves de ski acrobatique (ou ski freestyle), les candidats au podium sont encore nombreux : Marie Martinod (2e à Sotchi) et Kevin Rolland (3e) en half-pipe, Perrine Laffont et Benjamin Cavet sur les bosses, Tess Ledeux en slopestyle. 

De l'or attendu en danse sur glace

Pour les patineurs Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, ne pas décrocher l'or serait forcément une déception. La Clermontoise de 22 ans et son partenaire de 23 ans ont été sacrés champions du monde de danse sur glace en 2015 et 2018 et viennent d’écraser la concurrence aux championnats d'Europe.

Titré en 2010 à Vancouver, Jason Lamy-Chappuis tente pour sa part un pari en combiné nordique (saut plus ski de fond). À 31 ans, le Franco-Américain est sorti de sa retraite pour un dernier défi. Même âge, le fondeur Maurice Manificat peut toujours espérer prendre du bronze en relais comme à Sotchi, même si son compères Jean-Marc Gaillard affiche 37 printemps.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés