1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Contrôles antidopage 24 heures sur 24 : pourquoi c'est important
2 min de lecture

Contrôles antidopage 24 heures sur 24 : pourquoi c'est important

REPLAY / DÉCRYPTAGE - Le ministre des sports, Patrick Kanner, a présenté mercredi 30 septembre lors du Conseil des ministres une ordonnance qui va permettre d'effectuer des contrôles antidopage de nuit.

L'Agence française de lutte contre le dopage est située à Chatenay-Malabry
L'Agence française de lutte contre le dopage est située à Chatenay-Malabry
Crédit : AFP/J.Saget
Gwladys Épangue : "Je pense que ça va trop loin"
00:15
Marc Madiot : "Il faut que ce soit équitable"
00:32
Isabelle Langé & Gregory Fortune

Jusqu'à maintenant, la législation française interdisait les contrôles antidopage entre 23h et 6h. La France s'appuie ainsi sur le nouveau code mondial antidopage entré en vigueur en début d'année. C'est d'abord important pour la candidature de Paris à l'organisation des JO 2024. La France se devait d'entrée dans le jeu car ses adversaires, à savoir les États-Unis, l'Italie, la Hongrie et l'Allemagne, ont déjà adopté depuis longtemps ces contrôles de nuit.

Ensuite, cela va permettre d'attraper les tricheurs qui utilisent notamment des micro-doses, comme cette EPO (érythropoïétine, qui entraîne une augmentation du nombre de globules rouges dans le sang) qui disparaît deux heures après la prise. Les sportifs devront être volontaires, avec le risque, s'ils refusent, d'éveiller les soupçons. La contrainte pour eux, c'est justement d'être localisables à tout moment. Une situation difficile à accepter pour une athlète comme Gwladys Épangue. 

Épangue plutôt contre, Madiot pour mais...

"Je pense que ça va trop loin, estime la médaillée de bronze olympique et double championne du monde de taekwondo. C'est vrai qu'il faut attraper les tricheurs, c'est vrai que les tricheurs, eux, ne dorment pas. Mais que les honnêtes sportifs soient pénalisés parce qu'on cherche quelques tricheurs, je trouve ça un peu dommage. Il faut quand même laisser les gens dormir. Il y aura une intrusion dans ma récupération et ça, ça peut avoir des incidences sur mes performances". 

Marc Madiot, le manager de l'équipe cycliste FDJ, y voit, lui, "un pas extrêmement important dans la lutte antidopage". Toutefois, il se pose une question : "Est-ce qu'on ira réveiller un beau matin un joueur de foot de Marseille, du PSG, un coureur cycliste de la Française des Jeux, un joueur de rugby du Stade Français ou d'autres athlètes dans d'autres disciplines ? C'est un élément important parce que si c'est réservé seulement à quelques sportifs de quelques disciplines ciblées, là je ne suis pas d'accord. Il faut que ce soit équitable", conclut-il.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/