5 min de lecture Coupe du monde de rugby

Ce qu'il faut retenir de la Coupe du monde de rugby 2015

BILAN - Vainqueurs de l'Australie en finale, les All Blacks ont été sacrés au terme d'une compétition séduisante. Si l'Argentine et le Japon ont conquis les foules, les nations européennes ont été en retrait, à l'image d'un XV de France balayé en quart de finale.

Les All Blacks ont été sacrés champions du monde pour la 3e fois de leur histoire le 31 octobre 2015
Les All Blacks ont été sacrés champions du monde pour la 3e fois de leur histoire le 31 octobre 2015 Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
+ChristopheChafcouloff
Christophe Chafcouloff

La Coupe du monde de rugby 2015 s'est achevée samedi 31 octobre sur un festival de jeu entre la Nouvelle-Zélande et l'Australie, ponctué de cinq essais et d'une transformation du pied droit pour le virtuose gaucher Daniel Carter. Avec ce point d'orgue fantaisiste et 51 points inscrits (34-17), le choc entre les deux géants du Sud est devenu la finale la plus prolifique de l'histoire du Trophée William Webb Ellis. Tout sauf un hasard dans une compétition séduisante de bout en bout qui a fait la part belle au rugby offensif.

Le jeu : place au mouvement, la promesse japonaise

Si le nombre d'essais inscrits en une compétition reste loin du record de celui établi en 2003 (332 essais inscrits contre 271 en 2015), beaucoup d'équipes ont surpris par leur capacité à développer un rugby spectaculaire, privilégiant l'évitement à la collision, une évolution notable par rapport aux deux dernières éditions de la Coupe du monde. L'affrontement physique n'empêche plus les formations de développer du jeu au large, à l'image de l'Argentine ou du Japon, qui a provoqué un séisme dans le monde du rugby en battant l'Afrique du sud dès le deuxième jour de compétition.

Les Japonais Ayumu Goromaru et Harumichi Tatekawa samedi 19 septembre 2015 lors de la victoire face à l'Afrique du Sud
Les Japonais Ayumu Goromaru et Harumichi Tatekawa samedi 19 septembre 2015 lors de la victoire face à l'Afrique du Sud Crédit : AFP/L.Bonaventure

Autrefois habitué des punitions en Coupe du monde, le Japon a démontré une constance inédite au plus haut niveau, remportant 3 de ses 4 matchs. Les Japonais n'ont dû leur élimination qu'à une défaite sévère contre l'Écosse, 4 jours seulement après leur exploit face aux Springboks, et alors que les Écossais disputaient eux, frais, leur premier match de la compétition.

À lire aussi
Bernard Laporte, le 15 novembre 2017 rugby
Coupe du monde de rugby 2023 : le choix contesté de la France

Les hics : injustices de calendrier et arbitrage vidéo encore faillible

Séduisant, le Japon échoue à 2 points de l'Écosse dans la poule B. L'injustice de traitement dénoncée par les observateurs tient en une raison : avec 5 équipes par poules, une équipe est "exempte" à chaque journée. Résultat : des temps de récupération inégaux entre les équipes, qui pénalisent les formations les moins "fournies". Que serait-il advenu du match Japon-Écosse si les deux équipes avaient abordé la rencontre dans les mêmes conditions? Le doute sera à jamais permis. Et parmi les autres injustices de cette Coupe du monde figure une autre question : que serait-il advenu de l'Australie si Craig Joubert avait pris la bonne décision d'arbitrage?

L'arbitre sud-africain a en effet été au cœur d'une polémique à la fin du quart de finale entre les Wallabies et l'Écosse. Le directeur de jeu a signalé une pénalité inexistante pour l'Australie à une minute de la fin pour une position de hors-jeu, donnant sur le fil la victoire aux Australiens (35-34). L'instance reine du rugby mondial a quelques heures après admis l'erreur d'arbitrage, révélée après vidéo. Problème : sur le moment, Craig Joubert n'était pas habilité à faire appel au fameux "T.M.O" (arbitrage vidéo). Souvent désignés avec ironie comme "hommes du match", les arbitres en charge de la vidéo ont marqué le Mondial. Si l'aide a souvent été judicieuse et utile, le dispositif a révélé un effet pervers : la diffusion des images dans les écrans géants, qui a remis en cause des essais déjà validés, à l'image de l'essai accordé puis refusé à au fidjien Nikola Matalavu face à l'Angleterre (à 1:25 sur la vidéo).

>
Les meilleurs moments d'Angleterre-Fidji

Le Français Sofiane Guitoune a connu la même mésaventure face à la Roumanie. D'abord accordé par l'arbitre, son essai a été remis en doute au moment même où Frédéric Michalak s'élançait pour taper la transformation, après la diffusion des images dans le stade alors que l'arbitre n'avait pas fait appel à la vidéo.

La faillite des Bleus

Châtié par les All Blacks en quart de finale, le XV de France a quitté la compétition sur une punition très largement commentée. Les Bleus ont affiché leurs limites face aux "grosses écuries" du rugby mondial, et souffert de la comparaison dans le jeu produit. Les victoires face à l'Italie, la Roumanie et le Canada n'ont pas plus convaincu. La fin du mandat du sélectionneur de Philippe Saint-André s'achève sur le pire bilan des 25 années, et son successeur Guy Novès arrive au milieu d'un champ de bataille. La guerre fait rage au sein de la Fédération française de rugby, dans l'optique de l'élection de son prochain président en 2016. Sur le plan sportif, plusieurs pistes sont envisagées pour relancer une équipe de France moribonde.

Le Sud souverain, l'Angleterre s'en relèvera

Pour la première fois dans l'histoire de la Coupe du monde de rugby, quatre équipes de l'hémisphère sud ont monopolisé les places en demi-finales. Derrière la Nouvelle-Zélande, auréolée de son 3e titre mondial (un record), l'Australie et l'Afrique du Sud ont tenu leur rang, dominant respectivement l'Écosse et le Pays de Galles en quart de finale. L'Argentine, quant à elle, confirme son statut de nouvelle place forte du rugby mondial, affichant un nouveau visage. À l'image de son ailier de poche Santiago Cordero, véritable révélation de la compétition, les Pumas ne sont plus uniquement forts dans le rugby d'affrontement. Emmenés par une ligne arrière de très haut niveau, les Argentins ont séduit conquis les foules. En tribunes : même histoire. Les chants sud-américains ont rythmé la compétition.

>
Les chants argentins aux abords de Twickenham

Annoncée comme favori sur ses terres, le XV de la Rose a subi la loi de la "poule de la mort" dans lequel il figurait aux côtés de l'Australie et du Pays de Galles. Lancés convenablement après un match d'ouverture remporté face aux Fidji, les hommes de Stuart Lancaster ont une première fois cédé dans une rencontre épique face à leurs voisins gallois.

Les Wallabies ont ensuite porté le coup fatal aux protégés de Sa Majesté, qui ont dû quitter la compétition dès les phases de poule. Si le fiasco fait tâche pour le pays-hôte, les Anglais disposent de motifs d'espoir certains. La jeunesse et l'inexpérience de son effectif a coûté cher au XV de la Rose, à l'image d'une dernière pénalité mal gérée par le capitaine anglais Chris Robshaw dans la dernière minute du match face au Pays de Galles, où l'Angleterre aurait pu se contenter du match nul au lieu d'aller chercher à tout prix une victoire incertaine. Le pari sur l'avenir fait par l'Angleterre n'a pas payé. Pas encore.

La Coupe du monde de rugby 2015 en un coup d'oeil

Le podium :

1. Nouvelle-Zélande
2. Australie
3. Afrique du Sud
 
Meilleure attaque : Nouvelle-Zélande (39 essais, 290 points)
Meilleur marqueur d'essais : Julian Savea (NZL) 8
Meilleur réalisateur: Nicolas Sanchez (ARG) 97 points
Nombre total d'essais inscrits : 271 (5,64 en moyenne par match)
Nombre total de points inscrits : 2439 (51 en moyenne par match)
Nombre total de spectateurs : 2.477.805.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coupe du monde de rugby Rugby Nouvelle-Zélande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7780327895
Ce qu'il faut retenir de la Coupe du monde de rugby 2015
Ce qu'il faut retenir de la Coupe du monde de rugby 2015
BILAN - Vainqueurs de l'Australie en finale, les All Blacks ont été sacrés au terme d'une compétition séduisante. Si l'Argentine et le Japon ont conquis les foules, les nations européennes ont été en retrait, à l'image d'un XV de France balayé en quart de finale.
https://www.rtl.fr/sport/autres-sports/ce-qu-il-faut-retenir-de-la-coupe-du-monde-de-rugby-2015-7780327895
2015-11-01 15:47:06
https://cdn-media.rtl.fr/cache/tBfoTxU1jGNRSD29jzm_Lg/330v220-2/online/image/2015/1101/7780328361_les-all-blacks-ont-ete-sacres-pour-la-3e-fois-de-leur-histoire.jpg