2 min de lecture Formule 1

Accident de F1 de Jules Bianchi : l'hôpital refuse de commenter

Alors que les journalistes se succèdent à Yokkaichi pour obtenir des nouvelles du Français Jules Bianchi, l'hôpital se refuse à tout commentaire.

Jules Bianchi, le 22 mai 2014 à Monte Carlo
Jules Bianchi, le 22 mai 2014 à Monte Carlo Crédit : AFP/A.Klein
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

"No comment", répète l'entourage de Jules Bianchi à l'hôpital de Yokkaichi. Aucun communiqué ou bulletin de santé n'est prévu ce lundi 6 octobre de la part de l'hôpital japonais, a indiqué son directeur général adjoint, Yasuhiko Ogura. Le père de Jules, Philippe Bianchi, et son agent, Nicolas Todt, étaient dans l'avion lundi matin, en route pour Yokkaichi.

La consigne "no comment" étant parfaitement respectée par l'ensemble de l'équipe, il n'a pas encore été possible de savoir si Bianchi avait passé une "bonne" nuit, s'il avait été opéré une deuxième fois, s'il était dans le coma, artificiel ou non, ou s'il respirait par ses propres moyens.

"No comment", a dit John Booth, le Team Principal de Marussia, le visage fermé, quand il est sorti une première fois avec le PDG de l'écurie anglo-russe, Graeme Lowdon. Le Vénézuélien Pastor Maldonado (Lotus), qui a le même agent que Bianchi, était déjà là dimanche soir. Il est revenu lundi matin, a passé trois heures puis est reparti. "No comment. Je pars à Sotchi", le site du prochain GP dimanche, a dit Maldonado avant d'embarquer dans un taxi. Il n'a pas voulu dire s'il avait pu voir, même brièvement, le pilote français.

Aucun mort en F1 depuis Ayrton Senna en 94

Selon le Dr Marc Saramito, médecin du sport spécialiste des sports mécaniques, un tel choc à la tête engage forcément le pronostic vital pendant les premières 48 heures, puis une semaine de plus est nécessaire pour envisager les séquelles éventuelles.

À lire aussi
Helmut Marko, l'entraîneur de l'écurie Red Bull, souhaitait ainsi immuniser ses pilotes et reprendre la saison au plus tôt. formule 1
Coronavirus : un dirigeant de Red Bull a délibérément voulu contaminer ses pilotes de F1

Le dernier accident grave en F1, en course,remontait à juillet 2009 et les qualifications d'un GP de Hongrie: Felipe Massa, alors pilote Ferrari, a reçu en pleine figure une pièce de suspension perdue par un autre concurrent. Son casque a été détruit et Massa a eu très peur, mais il a pu revenir en F1 et court désormais pour Williams.

Grâce aux progrès tous azimuts réalisés en F1, autant au niveau des monoplaces que des casques et des circuits, aucun pilote n'est mort en course depuis Ayrton Senna en 1994, à Imola.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Formule 1 Accident Jules Bianchi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants