1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. 45e Solitaire du Figaro : Jérémie Beyou entre dans l'histoire
2 min de lecture

45e Solitaire du Figaro : Jérémie Beyou entre dans l'histoire

COMPTE-RENDU - Pour la troisième fois et comme ses illustres ainés, le skipper breton remporte la reine des courses en solitaire à armes égales.

Jérémie Beyou le 2 juillet 2014
Jérémie Beyou le 2 juillet 2014
Crédit : Frédéric Veille
Frédéric Veille

Tout était réuni pour accueillir le grand champion qu'est désormais Jérémie Beyou. Un ciel bleu normand, un soleil au zénith, une légère brise marine et des dizaines de spectateurs sur les pontons de Cherbourg pour saluer la victoire du Lorientais dans cette course, si chère à son cœur. Car Jérémie n'oublie pas que c'est sur la Solitaire qu'il a débuté sa carrière professionnelle en 1997. Il n'avait que vingt ans et un talent fou. 

Talent et panache

Dix-sept ans plus tard, le talent s'est bonifié, l'expérience s'est accumulée et c'est donc en héros, mais surtout tout sourire et les bras au ciel, qu'il a franchi la ligne d'arrivée avec panache, puisqu'en plus de remporter la 45e édition, il s'adjuge également la quatrième et dernière étape, partie dimanche dernier des Sables d'Olonnes. Une étape difficile, raccourcie par l'organisation pour raisons météorologiques, et un dernier parcours en mer fatiguant, usant pour les organismes. 

"Quand ça se finit bien comme ça, ça prend aux tripes, a déclaré le vainqueur. Mais que c'est bon, même si j'ai du mal à retenir mes larmes. C'est du sport à l'état pur, c'est génial, même s'il est vrai que je suis usé". Mais qu'importe : le peu de sommeil et le stress accumulé n'avaient finalement aucune place sur le visage de Jérémie Beyou qui, en arrivant au port, affichait un large sourire. 

Je ne sais pas si je suis entré dans la légende, mais mon nom à côté de ces grands marins, c'est une vraie fierté

Jérémie Beyou

Car il le sait, l'exploit accompli ce mercredi en Normandie est grand, puisqu'il vient d'entrer dans le cercle très fermé des triples vainqueurs de cette épreuve mythique, rejoignant ainsi trois illustres skippers que sont Philippe Poupon, Jean Le Cam et Michel Desjoyeaux. "Je ne sais pas si je suis entré dans la légende, mais mon nom à côté de ces grands marins, c'est une vraie fierté", ajoute Jérémie Beyou. "Reste maintenant à les égaler sur les grandes courses océaniques". 

L'un des plus beaux palmarès de la voile française

À lire aussi

Déjà vainqueur en 2005 et 2011, Jérémie Beyou avait pris la tête du classement général aux Sables d'Olonnes avant le départ de l'ultime round. Pas épargné par les pépins techniques lors des précédents parcours, il a, comme à son habitude, su défier les éléments et prendre le bon tapis roulant pour l'emporter et amener son "Maître Coq" au ponton des vainqueurs.

À 37 ans, et avec ce nouveau sacre, Jérémie Beyou affiche donc aujourd'hui l'un des plus beaux palmarès de la voile française. Mais, mieux encore, ces années de victoire sur la Solitaire du Figaro sont souvent des années riches, puisqu'en 2005 il avait obtenu le titre de Champion du Monde ORMA, et en 2011 il avait remporté la Transat Jacques Vabre. Est-ce un signe du destin, alors qu'en novembre prochain il sera au départ de la Route du Rhum ?

À écouter

Écoutez la joie de Jérémie Beyou après sa victoire
00:44
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/