2 min de lecture Sports mécaniques

24 Heures du Mans 2017 : Emmanuel Collard va s'élancer pour la 23e fois

REPORTAGE - Le pilote francilien sera, avec le Néerlandais Jan Lammers, l'engagé au plus grand nombre de participations à la grande épreuve mancelle, les samedi 17 et dimanche 18 juin prochains.

Emmanuel Collard
Emmanuel Collard Crédit : Frédric Veille
fred veille
Frédéric Veille Journaliste RTL

La première fois qu’Emmanuel Collard est venu aux 24 Heures du Mans, c’était le 17 juin 1995. Pour cette 63e édition, les yeux du jeune Parisien pétillent lorsqu'il arrive sur le circuit de Sarthe. À 24 ans, il touche enfin au mythe. Mais la fougue et l'envie de bien faire tournent vite à la déception, "puisque nous avions dû abandonner après seulement 82 tours. Et pourtant, notre Porsche 911 avait de sérieux atouts", se souvient-il.

À l’époque, l’ancien champion du monde de karting et ancien pilote d’essais de Formule 1, notamment chez Ligier, Williams-Benetton et Tyrell, est impressionné par le circuit du Mans, "et cette longue ligne droite des Hunaudières, où l’on atteignait des vitesses folles". Aujourd’hui, il connaît tellement le tracé qu’il est au Mans comme dans son jardin. Il faut dire que depuis 1995, il n'a pas manqué une édition.

Je suis encore loin d’Henri Pescarolo avec ses 33 éditions

Emmanuel Collard
Partager la citation

Ce samedi 17 juin 2017, il sera donc, à 46 ans, le pilote encore en activité à avoir le plus grand nombre de participations au Mans, à égalité avec le sexagénaire néerlandais Jan Lammers, qui revient cette année sur les 24 Heures après six ans d'absence. "Mais je suis encore loin d’Henri Pescarolo avec ses 33 éditions", ajoute Emmanuel Collard. C’est d’ailleurs au sein de l’écurie Pescarolo qu’il a obtenu ses meilleurs résultats sur le circuit de la Sarthe.

"Le plus beau et le plus cruel est celui de 2005, raconte-t-il. Avec Jean-Christophe Boullion et Erik Comas, nous terminons 2es derrière Audi alors que nous aurions dû l’emporter si nous n’avions pas eu d’ennuis de boîte de vitesses, mais surtout la surchauffe de notre moteur qui nous avait permis de reprendre quatre secondes au tour à l’Audi de tête".

Toujours la même envie

L'Oreca numéro 28 d'Emmanuel Collard
L'Oreca numéro 28 d'Emmanuel Collard Crédit : TDS Racing
À lire aussi
Le départ du GP de F1 des États-Unis 2019 à Austin formule 1
F1 : la saison 2020 va enfin pouvoir débuter

Engagé cette année en proto LMP2 sur l’Oreca numéro 28 du TDS Racing avec deux autres Français, François Perrodo et Matthieu Vaxivière, le Francilien, qui a notamment roulé sur Porsche, Toyota, Corvette, Ferrari mais également sur les protos Courage et Pescarolo, se dit "impressionné par les nouvelles LMP2 engagées cette année". "Ce sont des monstres de vitesse. En 2005, lorsque j'ai réalisé la pole position sur la 'Pesca' LMP1 (catégorie reine), je tournais sur ce circuit en 3 minutes 34. Aujourd'hui, avec nos LMP2 nous sommes en 3 minutes 28. C'est tout simplement bluffant mais tellement excitant".

Les tempes désormais grisonnantes, Emmanuel Collard prendra donc le départ de la 85e édition avec toujours la même envie. "Sinon, je ne reviendrai pas chaque année. Cette course est tellement fabuleuse. En plus, cette année, avec notre équipage 100% tricolore, nous avons envie de bien figurer. Mais ne vendons pas la peau de l'ours … Le Mans restera toujours Le Mans".

180 pilotes de trente-deux nationalités seront au départ de cette 85e édition. Une seule femme est engagée cette année, la Danoise Christina Nielsen sur Ferrari. Le départ des 24 Heures du Mans 2017 sera donné samedi 17 juin à 15h, en direct sur RTL, radio partenaire de l'événement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sports mécaniques 24 Heures du Mans
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants