2 min de lecture Sports mécaniques

24 Heures du Mans 2016 : l'impensable est devenu réalité pour Frédéric Sausset

REPORTAGE - Sans bras ni jambe mais avec une volonté qui force le respect, il sera sera au départ de cette 84e édition.

Christophe Tinseau, Frédéric Sausset et Jean-Bernard Bouvet
Christophe Tinseau, Frédéric Sausset et Jean-Bernard Bouvet Crédit : FRrédéric Veille
fred veille
Frédéric Veille Journaliste RTL

Il y a deux ans, lorsque devant un parterre de journalistes ce chef d'entreprise en fauteuil roulant a annoncé qu'il serait le premier quadriamputé à participer aux 24 Heures, beaucoup l'ont pris pour un fou et prédisaient une annonce sans suite. C'était mal connaître le personnage. Car Frédéric Sausset a le caractère bien trempé et une volonté sans limite depuis que sa vie a basculé en juillet 2012, alors qu’il était en vacances sur la côte Atlantique et qu'une simple éraflure au doigt l'a foudroyé d'une septicémie nécrosante. Quand il sort du coma un mois plus tard, il n’est plus le même homme. 
Privé de ses membres, il se lance alors un premier défi : convaincre son entourage que la vie vaut la peine d’être vécue malgré tout. Puis ce passionné de sport automobile programme l'idée d'être en juin 2016 au départ de la plus prestigieuse course automobile du monde : les 24 Heures du Mans. Il met alors tout en œuvre, se reconstruit physiquement, moralement, réuni des partenaires et réussi à convaincre les organisateurs que son rêve n'est pas irréalisable. "Le projet paraissait tellement fou mais tellement beau que nous avons dit oui rapidement", confie Pierre Fillon, président de l'Automobile Club de l'Ouest.

Il a un comportement exemplaire sur la piste, il est moins dangereux que certains pilotes

Benoit Tréluyer, pilote Audi
Partager la citation

Et voilà Frédéric Sausset en piste. Il modifie un prototype Morgan Nissan de 520 cv adapté à son handicap. Avec une prothèse insérée à ce qui lui reste de son bras droit, clipsée au volant pour conduire, et des rallonges glissées sous ses cuisses pour accélérer et freiner, ce fils de garagiste peu rouler. "Je suis bluffé qu'il ait appris en si peu de temps et qu'il roule déjà si vite, explique Benoit Tréluyer, pilote Audi, triple vainqueur des 24 Heures du Mans. En plus, il a un comportement exemplaire sur la piste, il est moins dangereux que certains pilotes".

Frédéric Sausset devant la Morgan numéro 84
Frédéric Sausset devant la Morgan numéro 84 Crédit : Frédéric Veille

Samedi 18 juin, associé à Christophe Tinseau et Jean Bernard Bouvet sur la Morgan numéro 84, Frédéric Sausset sera donc l'un des 180 pilotes au départ de la 84e édition. "C'est un rêve mais aussi un message pour toutes les personnes fortement handicapées, comme moi. Ce défi est aussi pour elles, pour leur dire que rien est impossible dans la vie et qu'il faut toujours croire en ses rêves".
À l'issue des 24 heures du Mans, Frédéric Sausset a prévu d'annoncer son prochain défi. "C'est tellement indispensable pour moi, pour m'aider à avancer dans la vie et à ne pas me morfondre sur un canapé à regarder la télé". Et secrètement aussi, il espère que sa voiture entrera au Musée des 24 Heures, la voiture qui, en ce mois de juin 2016, a permis à cet homme de vivre un rêve éveillé et de réaliser une première mondiale.

Frédéric Sausset et son épouse Frédérique
Frédéric Sausset et son épouse Frédérique Crédit : Frédéric Veille
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sports mécaniques 24 Heures du Mans
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants