1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. 24 Heures du Mans 2016 : Inès Taittinger dans le grand bain
2 min de lecture

24 Heures du Mans 2016 : Inès Taittinger dans le grand bain

REPORTAGE - À trois mois de sa première participation à la mythique épreuve, la jeune pilote française participe aux essais ELMS au Castellet.

Inès Taittinger
Inès Taittinger
Crédit : Frédéric Veille
Frédéric Veille

Sans vouloir faire de jeu de mot, on peut affirmer qu'Inès Taittinger a les yeux qui pétillent. À 25 ans, la Française qui participera pour la première fois de sa jeune carrière aux 24 Heures du Mans les 18 et 19 juin prochains, est enfin dans le grand bain de la compétition, lors des essais officiels qui se déroulent depuis mardi 22 mars sur le circuit Paul-Ricard du Castellet. Intégrée depuis janvier dernier dans l’écurie Pegasus racing, c'est sur une Morgan Nissan (en catégorie LMP2) qu'elle a effectué ses premiers tours de piste. "C'est impressionnant de puissance et ça roule très vite", indique-t-elle en sortant de son cockpit. Le temps de replacer sa longue et noire chevelure, la voilà de nouveau concentrée en écoutant les conseils des techniciens de son équipe. "Elle apprend très vite", lance l'un d'eux, au petit soin pour celle qui sera la seule femme au départ de cette 84e édition des 24 Heures.

Participer à cette course mythique, Inès en rêve depuis 2009. Depuis que, grâce à son parrain, l’ancien pilote de Formule 1 Philippe Alliot, elle est pilote de course automobile dans des championnats d’endurance en Europe et dans le championnat V de V, l’anti-chambre de l’endurance. "Là, j'ai franchi un cap ! C'est impressionnant. Je ne m'attendais pas à cela. Il n'y a pas que la voiture qui soit bluffante, tout ce qui est autour est impressionnant, les prototypes, les pilotes de renom. Mais ça va, je gère", lance-t-elle avec un sourire malicieux qui lui fait ajouter : "Les 24 Heures, ça risque d'être très chaud tout de même".

Accompagné de son père, quelque peu angoissé de voir sa fille monter dans un tel bolide, Inès savoure donc ces premiers pas parmi l'élite de la compétition automobile, elle qui prend aussi une belle revanche sur la vie. La jeune femme est en effet née avec une insuffisance cardiaque et a dû subir une opération à cœur ouvert à l'âge de trois jours. Puis elle a passé une partie de son enfance dans les hôpitaux. Voilà pourquoi elle roule sous les couleurs de Mécénat Chirurgie Cardiaque. "Pour montrer aussi à tous les enfants qui ont des problèmes de santé que quelquefois, les rêves peuvent se réaliser", ajoute-t-elle. En attendant de faire sauter le bouchon de champagne sur le podium, ses yeux pétillent à l'idée de s'imposer dans ce monde réservé aux hommes.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/