1 min de lecture Rafael Nadal

Absence, ambitions, dopage... Nadal se lâche

Le cauchemar Lukas Rosol est définitivement derrière lui. Plus de 7 mois après sa défaite au 2ème tour de Wimbledon, Rafael Nadal a remporté son premier match sur le circuit professionnel, à Vina Del Mar, face à l'Argentin Federico Delbonis. Dans une interview accordée à L'Equipe parue jeudi, l'Espagnol explique qu'il "veut redevenir comme avant" tout en restant "humble". Au-delà de son retour tant attendu, le désormais N.5 mondial revient sur les rumeurs de dopage qui pèsent sur lui ainsi que sur les récentes affaires Armstrong et Puerto.

Rafael Nadal le 6 février 2013 au Chili
Rafael Nadal le 6 février 2013 au Chili Crédit : AFP/M.Bernetti

"Mon genou a lâché au meilleur moment de ma carrière"

223 jours plus tard, revoici donc Rafael Nadal. Soit pratiquement huit mois et 4660 points ATP perdus depuis son dernier match officiel à Wimbledon. "Le pire, explique le Majorquin, c'est quand j'ai compris que je ne jouerai pas les Jeux Olympiques. Au début j'ai cru guérir vite. Ce qui a été difficile, c'est que mon genou a lâché au meilleur moment de ma carrière. En 2012, je jouais vraiment mieux. La finale de l'Open d'Australie contre Djokovic, même perdue, c'était grand. Je venais de gagner Monte-Carlo, Barcelone, Rome, Roland-Garros... Je m'éclatais sur le court".

Mais de retour à Vina del Mar où l'ogre de l'ocre affirme que "le résultat et le classement seront les dernières des choses importantes", Nadal souffre encore : "C'est une douleur installée. Je peux la ressentir le matin en me levant, le midi en mangeant ou en frappant un revers. Mes deux premiers jours au Chili ont été difficiles : j'avais très mal et je n'ai pas fait un seul bon entraînement. Dimanche et lundi, c'était très bien, je me suis régalé. Il faut accepter ça. Avant, j'avais mal neuf jours sur dix, puis huit sur dix et ça baisse, ça baisse... Ils [les docteurs] m'ont dit que la douleur allait disparaître petit à petit. Logiquement, fin février, elle sera passée. Je pourrai alors retrouver ma pleine mobilité sur le terrain. Mais bon, douleur ou pas, le sentiment qui écrase tous les autres, c'est la joie d'être là, de m'entrainer avec des pros, d'avoir un match à jouer, de sentir la compétition".

"Je veux redevenir comme avant"


Depuis quelques mois déjà, "Rafa" ne se fixe des objectifs que pour la tournée sur terre-battue en Europe : "Ce que je vise, poursuit l'Espagnol, c'est à cent pour cent pour Monte-Carlo. Perdre ici, pff ce n'est pas un problème. Sept mois à l'arrêt, sept mois à ne jamais pouvoir s'entraîner à fond : je dois perdre ici. Ce serait logique. Le drame serait que mon genou me fasse trop mal". Revenant ainsi sur son absence lors du dernier Open d'Australie, sa décision de ne pas participer était claire et très assumée. "La question, c'était : est-ce que je peux gagner à Melbourne ? Et la réponse était non. Moi, je ne me vois pas aller en Grand Chelem si cette réponse est non. Ici, à Vina, je peux l'accepter. Si je perds tôt, cela ne m'affectera jamais comme si j'avais perdu tôt à Melbourne".

Un Roger Federer à bientôt 32 ans et un Rafael Nadal aux blessures à répétition, beaucoup voient en Djokovic-Murray la nouveau duel au sommet du tennis mondial. Mais Nadal prévient qu'il ne se laissera pas faire même s'il n'a pas regardé l'Open d'Australie parce qu'il n'avait pas Eurosport : "Mon ego est tranquille (rire). Ça ne me dérange pas d'entendre ça. Ce n'est pas injuste, c'est la vérité du moment, non ? On a deux super joueurs qui étaient en finale des deux derniers tournois du Grand Chelem. Il y aura une fin à la rivalité Federer-Nadal, mais je ne suis pas sûr qu'elle ait eu lieu. Je n'ai qu'un an de plus que Djokovic et Murray, ce n'est peut-être pas le moment de m'enterrer. Il y a huit mois, j'étais en pole-position pour devenir numéro 1 mondial. N'oublions pas trop vite. Maintenant, je vais essayer de m'incruster dans l'époque Djokovic-Murray (sourires).

"Puerto, ça m'a déçu à un point"


Pendant son arrêt, Rafael Nadal affirme avoir subi neuf contrôles antidopage : trois sanguins et six urinaires. "Pour quelqu'un qui est coincé à la maison et qui ne peut plus jouer, c'est beaucoup" réagit-il. Répondant à Federer et Murray qui ont réclamé davantage de contrôles avant les Jeux Olympiques de Londres, l'Espagnol explique avec ironie que "si on décide demain que je vais être contrôlé chaque semaine, aucun problème. Génial, la vie est belle, parfait. Moi, je veux être sûr que celui qui joue en face de moi est aussi propre que moi. Dire qu'il faudrait plus de contrôles, c'est facile. Tu dis ça, tout le monde applaudit, tout le monde signe".

Interrogé sur la possibilité de mettre en place un passeport biologique dans le tennis, Rafa se veut clair : "Je ne sais pas ce que c'est (rire). Passeport biologique, procès Puerto, je ne connais pas ce monde. Ce qui se passe en ce moment en Espagne avec la justice, je ne le comprends pas. Je ne comprends pas pourquoi ce docteur Fuentes ne donne pas de noms. Et je ne comprends pas que le juge ne lui ait même pas demandé de le faire. Ça m'a déçu à un point... Que ce docteur dise qui et que ceux qui ont trempé payent. Je ne comprends pas pourquoi on ne va jamais au bout des choses. Il faut tout nettoyer. Moi, en tant que sportif, tout ça me nuit. A cause de gens comme Armstrong, nous avons tous une image douteuse".

L'occasion de lui rappeler les accusations de Christophe Rochus qui voit en une si longue absence une sanction pour dopage. Auxquelles il répond d'abord avec bienveillance, puis avec incompréhension : "Ce genre de rumeur existe parce que les contrôles ne sont pas publics. L'ITF doit jouer la transparence. L'AMA pareil. Sinon, ça continuera et je devrai encore écouter Christophe Rochus faire ses commentaires stupides sans aucune preuve. Donnez-moi des preuves et ça ira bien !", histoire de bien conclure.

  

Lire la suite
Rafael Nadal Andy Murray Roger Federer
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7757845108
Absence, ambitions, dopage... Nadal se lâche
Absence, ambitions, dopage... Nadal se lâche
Le cauchemar Lukas Rosol est définitivement derrière lui. Plus de 7 mois après sa défaite au 2ème tour de Wimbledon, Rafael Nadal a remporté son premier match sur le circuit professionnel, à Vina Del Mar, face à l'Argentin Federico Delbonis. Dans une interview accordée à L'Equipe parue jeudi, l'Espagnol explique qu'il "veut redevenir comme avant" tout en restant "humble". Au-delà de son retour tant attendu, le désormais N.5 mondial revient sur les rumeurs de dopage qui pèsent sur lui ainsi que sur les récentes affaires Armstrong et Puerto.
https://www.rtl.fr/sport/absence-ambitions-dopage-nadal-se-lache-7757845108
2013-02-07 11:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Ve0ahZpIVDMXPUgNdrksPw/330v220-2/online/image/2013/0206/7757818546_rafael-nadal-le-6-fevrier-2013-au-chili.jpg