1. Accueil
  2. Programmes
  3. Les éditos d'Alba Ventura
  4. UN POINT C'EST TOUT - "Les gens ne se sentent pas concernés par le VIH", s'inquiète Alba Ventura
ALBA VENTURA

UN POINT C'EST TOUT - "Les gens ne se sentent pas concernés par le VIH", s'inquiète Alba Ventura

Lecture - 01m43s
Il y a eu 5.000 nouvelles contaminations au VIH l'an dernier. On pense que les seuls virus qui nous gâchent la vie sont les coronavirus. On croit que le Sida n'est plus là, mais si, il est toujours là. Et ce chiffre, c'est une estimation, parce qu'en fait, on ne dépiste pas assez, il n'y a pas assez de prévention.

Les gens ne se sentent pas concernés par le VIH, sauf qu'on en meurt encore. Il touche autant les hétérosexuels que les homosexuels, donc il faut aller se faire dépister. Aujourd'hui, on vit grâce aux traitements. Si on ne se fait pas dépister, on ne pourra pas stopper l'épidémie. L'OMS pensait pouvoir la stopper pour 2030, mais à ce rythme, alors qu'on compte 38 millions de personnes vivant avec le Sida dans le monde, on est loin de pouvoir y mettre fin.

Néanmoins, il y a une vingtaine d'essais de vaccins dans plusieurs pays, dont une par Yves Lévy, un épidémiologiste qui travaille depuis huit ans d'une façon différente, et c'est très prometteur.