4 min de lecture Websérie de l'été

Zoë Kravitz, "fille de", mais pas que

LA "GIRL" DU JOUR (12/40) - La fille de Lenny Kravitz et Lisa Bonet chante, joue la comédie et essaie de bouleverser les standards hollywoodiens. Une "fille de" qui n'a pas choisi la facilité.

Zoë Kravitz
Zoë Kravitz
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

Un père rock star internationale et une mère icône du petit écran des années 90. Pas facile de grandir avec des parents aussi célèbres et de trouver sa place en tant que femme et artiste, et dans une communauté où l'on est ni vraiment noire, ni vraiment blanche.

Née en Californie, la jeune femme grandit dans un environnement "hippie chic" à Topanga Canyon en Californie, où elle se définit elle-même comme une "petite fille marron et grassouillette, autour d'un tas de fillettes blondes"Zoë Kravitz est l'une des seules métisses de son école. À cette époque, la fille de Lenny Kravitz et de Lisa Bonet s'identifie plus à la "culture blanche" qu'à la "culture noire" : "Je voulais m'intégrer", se souvient-elle dans une interview accordée au magazine américain Nylon. "Je ne me reconnaissais pas dans la culture noire. (...) Je n'aimais pas le hip hop. J'aimais Neil Young." 

Cette culture, Zoë Kravitz apprend à la connaître, à en voir les nuances et à dépasser les clichés pour mieux l'apprécier. "J'ai grandi, j'ai écouté A Tribe Called Quest, j'ai regardé des films avec Sidney Poitier, et j'ai écouté Billie Holliday ou Nina Simone. J'ai dû me laver le cerveau moi-même", a-t-elle ajouté. 

Des films indépendants aux blockbusters hollywoodiens

Après le divorce de ses parents, alors qu'elle n'a que 6 ans, la jeune Zoë reste quelques temps avec sa mère avant de rejoindre son père à New York. Là bas, elle poursuit son éducation à la Rudolf Steiner School de Manhattan. Une école un peu particulière, qui dispense "une pédagogie originale, humaniste, ouverte sur le monde et respectueuse de l'enfant dans toutes ses dimensions.” Après une année à l'Université Purchase de New York, où elle étudie la comédie, Zoë Kravitz se consacre dès 2007 à sa carrière professionnelle.

À lire aussi
Quelle "Girl" êtes-vous ? Amour-amitié
TEST - Quelle "Girl" êtes-vous ?

La jeune débutante joue dans plusieurs films indépendants auprès d'acteurs confirmés tels que Catherine Zeta-Jones, Jodie Foster, Hilary Swank ou Pierce Brosnan. Certains d'entre eux sont sélectionnés dans les plus grands festivals de cinéma du monde (Sundance, le festival international de Berlin ou le Tribeca Film Festival). C'est le cas de Yelling To The Sky en 2011. La comédienne y tient pour la première fois le premier rôle.

>
Yelling to the Sky Official Trailer #1

Zoë Kravitz multiplie les projets mais choisit toujours ses personnages avec une extrême attentioncomme le confirme l'un de ses amis à Nylon : "Elle choisit des rôles où les femmes sont fortes et elle a vraiment envie de changer la norme dans l'industrie. Les industries musicale, cinématographique et digitale doivent être brisées avec le marteau d'une femme. Je pense qu'elle fait des choix conscients pour ne pas faire partie de ces choses qui nous ramènent en arrière."

@nylonmag • ¿ •

Une photo publiée par Zoë Kravitz (@zoeisabellakravitz) le

Anorexie et boulimie

À partir de 2011, Zoë Kravitz fait son entrée dans la cour des blockbusters hollywoodiens. Elle incarne une mutante dans le prequel de la franchise Marvel, X Men : First Class, joue avec Will Smith dans After Earth en 2013 et avec Shailene Woodley dans la saga adolescente Divergent, l'année suivante.

J'étais foutue. (...) J'essayais juste de perdre plus de poids pour le film

Zoë Kravitz
Partager la citation

La jeune comédienne n'oublie pourtant pas la scène indépendante et s'illustre en 2014 dans The Road Within. Un film touchant dans lequel elle donne la réplique à Robert Sheehan (de la série britannique Misfits) et Dev Patel (Skins, Slumdog Millionaire). 

En acceptant le rôle de Marie, une jeune fille anorexique, Zoë Kravitz n'était pas sûre de pouvoir gérer ses vieux démons. L'actrice a en effet confié au magazine Complex avoir souffert d'anorexie et de boulimie depuis ses 16 ou 17 ans. "Ma mère est la plus belle femme du monde et mon père est sorti avec tout un tas de top-model", explique la jeune femme de 26 ans. "J'avais dû mal à m'aimer. (...) Je crois que c'était en partie dû au fait de devenir une femme et d'être entourée par la célébrité. Je me sentais sous pression", a-t-elle précisé dans le magazine Nylon.

Ses troubles de l'alimentation ont réapparus avec le tournage de The Road Within : "J'étais foutue. (...) J'essayais juste de perdre plus de poids pour le film mais je n'arrivais pas à voir que j'en avais assez perdu. C'était flippant." 

Selon ses propres dires, et après avoir frôlé les 40 kilos, Zoë Kravitz finit par guérir de sa maladie le soir du réveillon 2014, comme si un esprit était venu lui souffler à l'oreille qu'il était temps de s'aimer.

>
THE ROAD WITHIN Official Trailer (2015) - Zoë Kravitz, Dev Patel HD

Actrice de talent mais aussi musicienne

Mais il n'y a pas que la comédie qui intéresse cette jeune femme. Après avoir fait partie du groupe de rock indépendant Elevator Fight, Zoë Kravitz fonde LOLAWOLF, son deuxième groupe, pendant le tournage de The Road WithinLe trio sort son premier album, Calm Down, en octobre 2014 : une électro-pop indée, rythmée par des sons hip-hop et R'n'B, directement inspirés des années 90. 

>
LOLAWOLF - Bitch

Lucide, Zoë Kravitz sait aussi que la célébrité de ses parents l'a aidée à percer dans ce métier : "Ça a vraiment été facile pour moi d'avoir un agent (...), raconte-t-elle à Complex. Et je ne sais pas, peut-être que ce n'est pas parce qu'ils pensaient que j'avais du talent - je n'étais pas la fille la plus talentueuse du monde quand j'avais 15 ans. C'était parce que mes parents étaient célèbres." 

#we ¿¿ mama

Une photo publiée par Zoë Kravitz (@zoeisabellakravitz) le

Mais ses concerts à travers les États-Unis ou ses rôles dans des films comme Mad Max, Zoë Kravitz ne les doit pas à Lenny Kravitz ou à Lisa Bonet. Elle les doit à son talent incontestable. 



Tous les jours, pendant les vacances, retrouvez l'une des 40 Filles à suivre. Une série de portraits de jeunes artistes, blogueuses, journalistes ou mannequins engagées et qui nous inspirent.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Websérie de l'été Réseaux sociaux Mode
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants