2 min de lecture Agriculture

Les Foulards Noirs : ces agricultrices qui se battent pour le changement

INTERVIEW - Charlène Guérin, membre fondatrice du collectif Les Foulards Noirs, revient sur l'engagement des agricultrices pour le changement de leur secteur.

Les agricultrices se mobilisent pour changer leur secteur
Les agricultrices se mobilisent pour changer leur secteur Crédit : iStock / Getty Images Plus
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

"On est la génération du changement". Charlène Guérin, l'une des membres fondatrices du collectif Les Foulards Noirs, est une femme optimiste. Quelques jours après la Journée internationale des droits des femmes, qui mettait en avant le combat des femmes du monde rurale, l'agricultrice est convaincue que celles et ceux qui font le monde agricole de demain s'inscrivent dans une nouvelle lignée.

"On ouvre des portes, on ose dire quand cela ne va pas", explique-t-elle en ajoutant que femmes comme hommes se soutiennent dans cette démarche plus consciente des enjeux environnementaux, notamment.

"On ne peut rien changer au passé mais on peut mettre en place de nouvelles choses pour soigner ces erreurs", complète Charlène Guérin, l'une des figures d'une agriculture engagée, qui n'a pas l'intention de rester les bras croisés. 

À lire aussi
Marlène Schiappa travaille à une nouvelle mesure qui pourrait simplifier la vie des agricultrices en France égalité hommes-femmes
Congé maternité : bientôt une rémunération pour les agricultrices ?
Le collectif Les Foulards Noirs en compagnie de Brigitte Macron
Le collectif Les Foulards Noirs en compagnie de Brigitte Macron Crédit : Les Foulards Noirs

Une colère mise sur le devant de la scène

Retour en arrière. Tout est parti de ce collectif, Les Foulards Noirs, "né d'un coup de téléphone" et "d'un café entre quatre copines". Leur objectif ? "Prendre le relais des manifestations agricoles", menées par leurs maris, durant l'été 2015 et "toucher les politiques", explique alors l'agricultrice. Le foulard noir, c'est le symbole d'un deuil d'une activité qui ne leur permet plus de vivre dignement. 

Deux ans et demi plus tard, après la publication d'un livre, la diffusion d'un documentaire, Les Champs de la colère, sur France 5, les problématiques soulevées par ces femmes sont enfin arrivées sur le devant de la scène médiatico-politique.

Fin février en effet, Brigitte Macron a fait le déplacement jusqu'à elles, à Vaubadon, dans la région de Caen, pour visiter une ferme et échanger sur leurs demandes et revendications, rapporte Ouest France. À Paris, au Sénat, une séance était consacrée aux femmes dans l'agriculture, à l'occasion de la remise d'un rapport au nom de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes.

On espérait secrètement arriver à une telle médiatisation mais on n'y croyait pas forcément

Charlène Guérin, agricultrice
Partager la citation

"On espérait secrètement arriver à une telle médiatisation mais on n'y croyait pas forcément", précise Charlène Guérin pour qui tous les moyens sont bons pour parler des femmes et de la crise agricole.

L'agricultrice donne alors l'exemple de la visite de Brigitte Macron sur leurs terres. Coup médiatique ou pas ? Peu importe, assure Charlène Guérin. L'important c'est que la première dame soit venue rencontrer ces femmes qui se battent au quotidien pour faire valoir et reconnaître leur travail en tant qu'agricultrices... mais aussi en tant que femmes. 

Coup de communication ou engagement politique ? Peu importe, la venue de Brigitte Macron a été bénéfique pour le combat de ces agricultrices
Coup de communication ou engagement politique ? Peu importe, la venue de Brigitte Macron a été bénéfique pour le combat de ces agricultrices Crédit : Les Foulards Noirs

Un manque de reconnaissance du travail des femmes

"Le plus urgent pour notre activité c'est la fixation d'un prix minimum sur la revente de nos produits", explique Charlène Guérin. La spécialiste ajoute également qu'une de leur difficulté se tient dans la "reconnaissance de leur travail", toujours moins importante que celle accordée aux hommes.

Les inégalités ne sont pas une exception dans l'agriculture et les écarts de salaires scandalisent Charlène Guérin. Pour elle, il est impensable qu'en 2018, les femmes ne soient pas autant reconnues pour leur activité professionnelle que leurs homologues masculins.

Maintenant que les politiques se sont emparés du sujet, Charlène Guérin et l'ensemble du collectif assurent leur optimisme. "On a été entendues mais on attend la mise en place d'actions concrètes. On a entendu assez de paroles, maintenant il nous faut des actes". Exemple avec le congé maternité harmonisé, proposé par Marlène Schiappa, secrétaire d'État en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agriculture Société Interview
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792587175
Les Foulards Noirs : ces agricultrices qui se battent pour le changement
Les Foulards Noirs : ces agricultrices qui se battent pour le changement
INTERVIEW - Charlène Guérin, membre fondatrice du collectif Les Foulards Noirs, revient sur l'engagement des agricultrices pour le changement de leur secteur.
https://www.rtl.fr/girls/societe/les-foulards-noirs-ces-agricultrices-qui-se-battent-pour-le-changement-7792587175
2018-03-12 17:05:05
https://cdn-media.rtl.fr/cache/i8O397RuFp0lyU3MwR3_Ig/330v220-2/online/image/2018/0312/7792587331_les-agricultrices-se-mobilisent-pour-changer-leur-secteur.jpg