1 min de lecture Santé

Le syndrome prémenstruel pourrait être lié à la consommation d'alcool

Une étude établit un lien entre le fait de consommer de l'alcool et les désagréments du syndrome prémenstruel, sans pouvoir dire lequel cause l'autre.

Consommation d'alcool et syndrome prémenstruel seraient liés, selon une étude.
Consommation d'alcool et syndrome prémenstruel seraient liés, selon une étude. Crédit : Chris Montgomery
Emeline Ferry
Emeline Ferry
et AFP

Crampes, seins gonflés et douloureux, fringales, apparition de boutons, migraines, fatigue, irritabilité voire dépression... Les désagréments qui précédent les règles sont variés et peuvent toucher les femmes à des degrés divers. Et selon une étude publiée dans la revue BMJ Open, ils pourraient avoir un lien avec la consommation d'alcool.

Une consommation d'alcool excessive est-elle à l'origine du syndrome prémenstruel (SPM) ? Ou alors, certaines femmes boivent-elles davantage pour mieux le supporter ? Cette étude, qui compile les données de 19 précédents travaux menés dans huit pays, ne donne pas la réponse. Les chercheurs ont constaté l'existence d'une "association" entre ces deux phénomènes, sans pouvoir dire lequel cause l'autre. 

D'après les scientifiques, le lien est plus prononcé en cas de forte consommation d'alcool (un verre ou plus par jour). Ils supposent donc que l'alcool pourrait être à l'origine de certains cas de syndrome prémenstruel

1 cas de SPM sur 5 est associé à l'alcool en Europe

Mais ils n'excluent pas "l'hypothèse que certaines femmes boivent dans l'espoir d'atténuer les symptômes du syndrome prémenstruel", explique à l'AFP l'un des auteurs de l'étude, le professeur Bahi Takkouche, de l'unversité de Saint-Jacques de Compostelle en Espagne.

À lire aussi
Savez-vous à quoi rassemble vraiment votre poitrine ? santé
Sur Twitter, une image de l'anatomie féminine devient virale

"C'est une découverte importante", soulignent les chercheurs, "dans la mesure où la consommation d'alcool par les femmes dans le monde n'est pas négligeable. En Europe et en Amérique du Nord, environ 60% des femmes en boivent, et 13% en ont une consommation importante

Grâce à cette étude, ils estiment qu'un cas de syndrome prémenstruel sur 10 dans le monde et un cas sur 5 en Europe est associé à la consommation d'alcool.

Lors de précédents travaux, les chercheurs ont démontré que le coût économique du syndrome prémenstruel, aux États-Unis, peut s'élever jusqu'à 5.000 dollars (4.000 euros) par cas et par an, notamment à cause de l'absentéisme au travail.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Règles Alcool
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants