1 min de lecture Agression sexuelle

L'actrice X Nikki Benz poursuit des collègues pour agression sexuelle

L'actrice accuse un producteur et un acteur de l'avoir violemment agressée lors du tournage d'un film en 2016. Après avoir raconté ce qu'elle avait vécu, elle vient de porter plainte contre eux.

Nikki Benz lors des "Adult Video News Awards" 2018, qui récompensent les acteurs de l'industrie pronographique.
Nikki Benz lors des "Adult Video News Awards" 2018, qui récompensent les acteurs de l'industrie pronographique. Crédit : ETHAN MILLER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Emeline Ferry
Emeline Ferry
Journaliste

Les voix des femmes s'élèvent dans le monde de l'industrie pornographique. Après l'ancienne actrice Nikita Bellucci, qui dénonçait le harcèlement en ligne dont elle est victime, c'est au tour de Nikki Benz de briser le silence.

Star du X, l'actrice canadienne a décidé de poursuivre la société de productions de films pornographiques Brazzers, le producteur Tony T et l'acteur Ramon Nomar, pour agression sexuelle (étranglement et maltraitance). Les faits se seraient déroulés pendant un tournage, alors que les caméras continuaient à tourner, le 20 décembre 2016.

D'après le journal britannique The Sun, Daniel Gilleon, l'avocat de l'actrice, demande 6,4 millions de dollars australiens pour l'agression et les coups dont elle a été victime. Le site TMZ raconte que l'actrice aurait été bâillonnée avec ses sous-vêtements et étouffée avec de l'eau

"Devant la caméra, sans caméra #NoMeansNo"

Quelques jours après le tournage, l'actrice avait publié une série de message sur Twitter où elle racontait ce qu'elle avait vécu sur le plateau : "En 13 ans dans le porno, c'est la première fois que je suis dans un tel état de choc et que je pleure lors d'un tournage. Je suis dégoûtée, traumatisée, en colère contre Brazzers et Tony T".

À lire aussi
Chauffeur Uber Agression sexuelle
Avec #UberCestOver, elles dénoncent les violences sexuelles des chauffeurs Uber

Nikki Benz avait également révélé dans ces messages que le producteur Tony T l'aurait forcée à faire une interview après le tournage. L'objectif : qu'elle dise qu'elle accepterait de tourner à nouveau avec lui. Selon l'actrice, le producteur l'aurait menacée de ne pas la payer si elle ne le faisait pas.

"L'intimidation, le viol et la violence ne devraient jamais arriver#NoMeansNo (Non signifie non) devant la caméra, sans caméra. Juste NON !", avait-elle martelé sur Twitter, bien avant le soulèvement du mouvement #MeToo. 

Après la révélation de cette affaire, la société Brazzers avait mis fin à son engagement professionnel avec Tony T et refusé d'acheter la scène en question.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agression sexuelle Pornographie
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants