2 min de lecture Culture

Avec "Détenues", Bettina Rheims tire le portrait de femmes incarcérées

Une réalité méconnue. La photographe française expose une cinquantaine de portraits de femmes incarcérées dans les châteaux de Vincennes et de Cadillac du 9 février au 4 novembre 2018.

"Détenues", une exposition de Bettina Rheims Crédits : Bettina Rheims | Date : 08/02/2018
7 >
"Détenues", une exposition de Bettina Rheims Crédits : Bettina Rheims | Date : 08/02/2018
Eve Schmit II, novembre 2014, Roanne Crédits : Bettina Rheims | Date : 08/02/2018
Milica Petrovic, novembre 2014, Rennes Crédits : Bettina Rheims | Date : 08/02/2018
Niniovitch II, novembre 2014, Roanne Crédits : Bettina Rheims | Date : 08/02/2018
Ramy, octobre 2014, Poitiers Vivonne Crédits : Bettina Rheims | Date : 08/02/2018
Vaiata, novembre 2014, Rennes Crédits : Bettina Rheims | Date : 08/02/2018
Vanessa Bareck, novembre 2014, Lyon Corbas Crédits : Bettina Rheims | Date : 08/02/2018
1/1
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

C'était la première fois qu'elle se rendait en prison. Bettina Rheims, qui a immortalisé le président de la République Jacques Chirac au lendemain de son élection, expose des portraits de femmes incarcérées dans les châteaux de Vincennes et de Cadillac du 9 février au 4 novembre 2018.

"La démarche qui m'a amenée en prison, elle a été très longue, elle a duré des années (...) J'ai passé ma vie à enfermer des femmes dans des studios et des chambres d'hôtel. Il était temps d'aller voir ce que c'était des femmes enfermées", explique Bettina Rheims à la journaliste Nathalie Renoux, dans une interview réalisée par La Fondation M6, l'un des mécènes du projet. Détenues, c'est le nom que la photographe française a donné à ce travail, réalisé en 2014. "La première chose qui m'a extrêmement étonnée et surprise, c'est la solitude", raconte-t-elle encore à Nathalie Renoux.

Ouvrir une fenêtre

Dans cette cinquantaine de portraits, les femmes incarcérées, assises sur un tabouret, face objectif, laissent d'abord transparaître leur peine, toutes leurs douleurs. Pour les faire poser devant son objectif, Bettina Rheims a dû les convaincre, en allant les rencontrer, en prison.

"Elles avaient du mal à comprendre que j'étais là pour elles et qu'il n'y avait pas de piège", assure la photographe qui souhaitait, d'une certaine manière "essayer d'ouvrir une fenêtre" pour ces détenues, à défaut de pouvoir leur ouvrir une porte. Le résultat de ce travail inédit est à découvrir du 9 février au 30 avril 2018 au château de Vincennes et du 1er juin au 4 novembre 2018 au château de Cadillac, le tout orchestré par le Centre des monuments nationaux

À lire aussi
À la recherche de modèles féminins ou de livre sur les règles ? Votre bonheur se trouve probablement ici féminisme
Idées cadeaux Noël 2018 : 8 livres à offrir pour sensibiliser au féminisme

Aujourd'hui, en France, 2.975 femmes sont incarcérées. Elles représentent 3,7% de la population carcérale. Seules deux prisons sont exclusivement réservées aux femmes : le centre pénitentiaire de Rennes et la maison d'arrêt de Versailles.  La majeure partie des prisonnières sont donc incarcérées dans des quartiers réservés aux femmes dans 56 prisons. 

Depuis sa création en 2010, l’univers carcéral, la réinsertion des détenus et par conséquent la lutte contre la récidive sont au cœur des préoccupations de la Fondation M6
En presque 8 ans, un peu plus de 19.000 personnes détenues et leur famille ont bénéficié des actions de la Fondation M6 qui se déclinent autour de 3 axes : le retour à l'emploi, l'accès à l'éducation et la culture comme vecteur de resocialisation. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Culture Interview Photographie
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants