2 min de lecture Sexe

Tout sur le cunnilingus

63% des femmes jeunes aiment le pratiquer.

Tout sur le cunnilingus
Tout sur le cunnilingus
Morgane Giuliani
Morgane Giuliani
Journaliste RTL

On en entend parfois parler, et c’est souvent le même frisson d’excitation qui parcourt notre interlocutrice à ce moment-là. Malgré son nom barbare et pas sexy, le cunnilingus est pourtant l’un des actes sexuels qui peut le plus nous procurer de plaisir, voire, nous emmener vers l’orgasme.

Nous sommes d'ailleurs nombreuses à le plébisciter : 63% des femmes entre 18 et 24 ans aiment le cunnilingus, selon une étude réalisée par Ipsos en 2014. Ça se comprend. Le cunnilingus est un peu la voie royale vers le plaisir : cette pratique consiste à stimuler les organes génitaux féminins avec la langue et la bouche.

Composé de 8 000 terminaisons nerveuses, le plus sensible d’entre eux est le clitoris, dont la partie visible est située au-dessus de nos “petites lèvres”. Un coup de langue délicat et jouant sur la pression peut donc le faire partir au quart de tour ! Le plaisir peut être si fort que le clitoris se durcit, d’où son appellation d”‘organe érectile féminin”. La plupart des femmes sont d’ailleurs dites “clitoridiennes”, c’est-à-dire qu’elles atteignent plus facilement l’orgasme via une stimulation du clitoris que par la pénétration. Cependant, certaines positions permettent de l'émoustiller plus facilement.


Voici 3 conseils pour aborder le cunnilingus sans stress :

À lire aussi
De la littérature aux sextoys, que déposer au pied du sapin pour sa moitié ? Sexo
Idées cadeaux Noël 2019 : 9 idées de cadeaux coquins à mettre au pied du sapin

1/ Importance de l’hygiène

Se lancer dans le cunnilingus peut faire un peu peur, et c’est normal. Ce n’est pas tous les jours qu’on se retrouve avec quelqu’un entre les cuisses ! Question hygiène, on peut prendre une petite douche avant pour se rassurer.
Bien sûr, si notre partenaire a des boutons de fièvre, de l’herpès ou autre maladie buccale sexuellement transmissible, on ne le laisse pas s’approcher de l’intérieur de nos cuisses.

2/ Etre à l’écoute de son corps

Le cunnilingus, comme toute pratique sexuelle, se travaille. Il y a peu de chances de réaliser un strike du premier coup, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut se décourager. On laisse notre partenaire explorer le contenu de notre culotte, et on reste attentive aux sensations que cela nous procure.

On n’hésite pas à l’aiguiller, parce qu’après tout, c’est censé nous donner du plaisir ! Si on se laisse faire sans broncher, on risque de ne jamais en prendre à fond. Notre partenaire n’est pas dans notre tête, il ne peut pas forcément deviner ce qui nous fera décoller. On propose de moduler la vitesse, la pression et l’intensité, pour trouver ce qui nous correspond.

3/ Se laisser aller

C’est sans doute la chose la plus difficile à faire, parce qu’on a tendance à se mettre la pression toute seule. On angoisse sur le fait d’être mal épilée, d’avoir des vergetures ou des capitons, alors que ça n’a pas d’importance ! Votre chéri(e) n’est pas censé y penser dans ces moments-là (ni jamais, d’ailleurs). S'inquiéter de ces détails empêche de se laisser porter, et c'est bien dommage.   

Les premières tentatives de cunnilingus seront peut-être un peu étranges, mais on finit par se détendre au fur et à mesure. Cependant, il n'y a aucune obligation à atteindre l'orgasme. On n'est pas des machines !

Lire la suite
Sexe
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants