2 min de lecture Sexo

Sexe : la douleur est-elle liée au plaisir ?

MASTERS OF SEX - Sans être sado-masochistes, beaucoup de personnes apprécient un peu de douleur pendant les rapports sexuels. Mais pourquoi ?

Dakota Johnson dans "50 Nuances de Grey"
Dakota Johnson dans "50 Nuances de Grey" Crédit : Universal Pictures
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Appuyer sur un bleu, se tripoter les petites peaux des doigts... La douleur n'est pas toujours synonyme de quelque chose de désagréable. Dans la vie de tous les jours, on expérimente des sensations douloureuses mais que l'on répète pourtant quotidiennement. Si on recommence, en sachant pertinemment que l'on va avoir mal, c'est qu'on y éprouve forcément un peu de plaisir, non? 

Dans le sexe, c'est un peu la même chose. Si tout le monde ne peut pas se déclarer sado-masochiste, beaucoup peuvent témoigner d'une certaine excitation liée à une certaine souffrance. Même si les mots sont des antonymes dans le dictionnaire français, la frontière peut parfois être poreuse. Les extrêmes se rencontrent, il en va de même avec ces sensations.

Ainsi, sans s'identifier forcément à Christian Grey, beaucoup d'entre nous reconnaîtront un certain plaisir né dans la douleur. 

Une agressivité saine

Ce n'est en fait qu'une illusion. Le plaisir ne vient pas de la douleur, il s'agit en fait de l'excitation. C'est ce qu'explique la sexologue Manon Bestaux à Girls. D'abord, ce n'est pas vraiment de la douleur, mais plus ce que l'on appelle de la "saine agressivité", explique-t-elle. Cette dernière peut alors exciter une personne pour plusieurs raisons, à condition qu'elle connaisse son corps.

À lire aussi
La série "Le Sexe en Bref" est diffusée depuis le 2 janvier sur Netflix. Sexe
"Le Sexe, en bref" : 3 raisons de regarder la série documentaire sur Netflix

Pour prendre du plaisir avec quelqu'un d'autre, il faut savoir prendre du plaisir seule. Car "l'émotion est personnelle. Le plaisir est personnel. La douleur est personnelle", martèle la sexologue. Comme l'expliquait son confrère Arnaud Sevene à Girlsle phénomène de l'anorgasmie touche une large partie de femme, et beaucoup parce qu'elles ne connaissent simplement pas leur corps. "Il faut être autonome dans son plaisir et sa douleur", insiste Manon Bestaux. 

Il faut être autonome dans son plaisir et sa douleur.

Manon Bestaux, sexologue
Partager la citation

Mais "on n'éprouve pas de plaisir à avoir mal. L'excitation c'est différent, c'est plus intellectuel", et là, le cerveau à un rôle à jouer. C'est à ce moment que l'on peut confondre les deux. Il faut distinguer "ce qui nous excite et ce qui nous fait plaisir". Il ne faut jamais, en tout cas, prendre cette douleur pour faire plaisir à l'autre et la subir, "il faut que ce soit un jeu", il faut aimer ça et le savoir.

Douleur et plaisir peuvent être liés autrement. Manon Bestaux explique également que l'on se rend compte que lorsqu'un être humain a mal quelque part, stimuler son organe sexuel peut diminuer voire annuler sa douleur. Inversement, la douleur peut ralentir l'excitation, et par exemple, chez l'homme, retarder l'éjaculation.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexo Sexe Sexualité
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants