5 min de lecture Sexe

Sexe : comment bien se protéger ?

Voici les réflexes à adopter pour se protéger, en fonction des pratiques sexuelles.

Sexe : comment bien se protéger ?
Sexe : comment bien se protéger ? Crédit : iStock
CharlieVandekerkhove
Charlie Vandekerkhove
Journaliste RTL

Pour bien vivre sa sexualité tout en se protégeant des infections sexuellement transmissibles, il faut garder une chose en tête : en matière de sexe, les prises de risque ne sont pas liées à l'orientation mais aux pratiques sexuelles. Qu'on soit hétérosexuel(le), bisexuel(le), gay ou lesbienne, les risques sont les mêmes pour tous, mais certaines pratiques présentent moins de risques que d'autres. Voici quelques rappels essentiels et les réflexes à adopter.

Un peu de vocabulaire pour commencer. De quoi faut-il se protéger précisément ? Des IST (Infections sexuellement transmissibles), autrefois appelées MST (Maladies sexuellement transmissibles). Depuis 2009, le ministère français de la Santé recommande de parler d'IST, car avec le terme de "maladies," MST laisse penser que des symptômes accompagnent ces infections. Comme la fièvre ou les courbatures peuvent annoncer une grippe. Or certaines IST sont dites "asymptomatiques", c’est-à-dire qu’on peut en être atteint mais ne pas s’en rendre compte, car elles ne s'accompagnent pas forcément de symptômes.

Connaître les IST (Infections sexuellement transmissibles)

"Les infections sexuellement transmissibles sont provoquées par des microbes (virus, bactéries, parasites) qui passent d’une personne à l’autre principalement au cours des relations sexuelles. Mais certaines d’entre elles, comme l’infection par le VIH, l’hépatite B et parfois la syphilis, peuvent également se transmettre autrement que par voie sexuelle", explique sur son site l'INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé). Comme le rappelle l'institut, la plupart des IST se soignent facilement, mais leur gravité est variable.

À lire aussi
De plus en plus de femmes décident d'arrêter la pilule contraception
Pilule contraceptive : 9 idées reçues sur ce moyen de contraception

Certaines IST ont des vaccins efficaces, comme l'hépatite B. Certaines peuvent être mortelles, comme le VIH, qui est responsable du sida, ou l’hépatite B également. D'autres peuvent provoquer des cancers (les condylomes, les papillomavirus). D'autres encore peuvent entraîner des complications, comme des infections génitales graves, des grossesses extra-utérines, ou une stérilité. C’est par exemple le cas des chlamydioses, de la syphilis, de l’herpès.

Ces termes peuvent paraître compliqués, mais il est important de les avoir en tête en cas de doute. Pour cela, l'INPES a mis au point un document très clair et très complet, avec une fiche pratique par type d'infection. Ces fiches expliquent les signes qui peuvent indiquer l'infection, la manière dont on peut la diagnostiquer et les complication qu'elle peut entraîner. 

Les bases de la prévention

Le meilleur moyen de se protéger contre les IST est d'utiliser un préservatif et de se faire dépister régulièrement. Le dépistage est particulièrement recommandé quand on change de partenaire, mais il s'applique à tout le monde et peut être réalisé de manière anonyme et gratuite.

Il peut être prescrit par un médecin généraliste ou réalisé sans ordonnance dans des centres dédiés : les CDAG (Consultations de dépistage anonyme et gratuit), répertoriés dans toute la France sur le site de Sida Info Service ; le planning familial, dont les centres sont listés sur le site du ministère de la Santé ; ou encore dans les CIDDIST (Centres d'information, de dépistage et de diagnostic des IST), dont la liste est disponible sur le site de Sida Info Service également.

Préservatif + lubrifiant, le combo gagnant

Le duo gagnant, pour une relation sexuelle sans dangers, c'est préservatif et lubrifiant. Concernant le préservatif, il existe en version externe (masculin) et en version interne (féminin). Le préservatif féminin se trouve moins facilement que le préservatif masculin, mais est tout aussi efficace et gagnerait à être mieux connu.

Le lubrifiant, lui, est l'ami du sexe "safe" (et du sexe en général), parce qu'il facilite les mouvements et diminue les chances de lésions (donc de sang) sur les parois vaginales et anales pendant la pénétration. Il est impératif de le choisir à base d'eau, car d'autres substances peuvent abîmer le latex des sextoys ou des préservatifs : la vaseline par exemple, rend les préservatifs poreux et annule donc leur effet protecteur. En parlant de sextoys, ils n'échappent pas à la règle : il faut les utiliser avec un préservatif, et changer de préservatif pour chaque partenaire si le sextoy est utilisé par plusieurs personnes.

Les risques ne concernent pas que les hétéros

Il faut savoir que la pénétration digitale (avec les doigts), présente elle aussi des risques : les mains sont sales, il est donc impératif de les laver, et elles peuvent présenter des lésions, donc mettre le sang et les muqueuses du vagin en contact. Dans ce cas, le préservatif peut être remplacé par des gants en latex (il en existe en couleur, pour un côté ludique).

Parce que les relations sexuelles entre femmes sont parfois les grandes oubliées des campagnes de prévention, Sida Info Service a mis au point une brochure d'informations très complète, intitulée Tomber la culotte.

Sexe oral

Dans le cadre du sexe oral, une protection est aussi nécessaire. Un préservatif pour la fellation et une digue dentaire pour le cunnilingus. Vous ne savez pas ce qu'est une digue dentaire ? C'est un bout de plastique transparent, une sorte de préservatif carré et plat, relativement inconnu mais disponible sur internet ou dans certaines pharmacies.

Sexe anal

Parce que la muqueuse anale est fragile et que la paroi est moins souple que celle du vagin, la sodomie présente des risques accrus de transmission d'IST parce qu'elle favorise les lésions. Un problème qui se règle avec le combo magique préservatif + lubrifiant. Des gants peuvent être utilisés là aussi en cas de pénétration digitale.

Pour les femmes, il faut appliquer la règle du rapport anal final. Si il est accompagné d'une pénétration vaginale, il est préférable de le pratiquer après celle-ci. Ne jamais enchaîner pénétration anale puis pénétration vaginale sans protection ou sans changer de préservatif, car cela entraîne des bactéries intestinales vers le vagin et l'urètre. Ces bactéries déséquilibrent la flore vaginale et favorisent les mycoses ou les infections de la vessie.

Bon à savoir : aller aux toilettes, ne pas se laver les dents...

Autre réflexe bon à connaître, et qui s'adresse aux femmes : il est important d'aller uriner après chaque rapport, car un rapport sexuel entraîne toujours une remontée de microbes dans l’urètre, ces microbes peuvent remonter dans la vessie et provoquer une infection urinaire. Uriner fait l’effet d’un nettoyage, en renvoyant les microbes vers l’extérieur. 
Si le sexe pendant les règles vous tente, gardez en tête que la présence de sang pendant cette période accroît le risque de transmission d'IST, et que la flore vaginale est déséquilibrée pendant ces quelques jours, donc plus vulnérable.
Enfin, il faut éviter de se laver les dents avant ou après un rapport sexuel, et en particulier dans le cadre du sexe oral. La brosse à dent peut provoquer des mini lésions au niveau de la gencive, qui favorisent la transmission d'IST (par le sang et les muqueuses). Le mieux est de se laver les dents environ une demi-heure avant ou une demi-heure après.

Derniers conseils

Au début de la vie sexuelle, se protéger des risques peut parfois sembler compliqué, mais avec les bonnes informations, tout s'arrange. Il ne faut donc pas hésiter à poser des questions aux personnes compétentes, à visiter les sites de Sida Info Service et des autres associations de prévention, ou à consulter un gynécologue si quelque chose ne vous semble pas normal. Il faut surtout apprendre à connaître son corps, et à communiquer avec son ou sa partenaire. Pour des questions anonymes et précises et des réponses claires, vous pouvez aussi consulter le très bon blog Sexy Soucis

Avec le temps, tout devient plus facile et des automatismes s'installent. Dans le cadre d'une relation exclusive et de confiance, si vous et votre partenaire êtes dépistée(s) et que tout va bien, vous pouvez alors vous passer de protection.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexe Contraception Corps
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779599946
Sexe : comment bien se protéger ?
Sexe : comment bien se protéger ?
Voici les réflexes à adopter pour se protéger, en fonction des pratiques sexuelles.
https://www.rtl.fr/girls/love/sexe-comment-bien-se-proteger-7779599946
2015-09-03 20:35:49
https://cdn-media.rtl.fr/cache/kR-oE3hT6AJgEsnw__7avA/330v220-2/online/image/2015/0903/7779601674_sexe-comment-bien-se-proteger.jpg