2 min de lecture Sexe

Les filles aimeraient autant les coups d'un soir que les garçons

Une université allemande a fait l'incroyable découverte selon laquelle une femme se sentant en sécurité et à l'abris des préjugés aurait plus de chances de faire l'amour avec un inconnu.

Qui a peur du grand méchant coup d'un soir ?
Qui a peur du grand méchant coup d'un soir ? Crédit : iStock
Morgane Giuliani
Morgane Giuliani
Journaliste RTL

On s'était déjà énervé une première fois sur le fait que les filles aimant enchaîner les relations sans lendemain sont souvent jugées et mal considérées, contrairement aux garçons dans le même cas, vus comme des séducteurs irrésistibles. Une étude vient pourtant de démontrer que les filles aiment tout autant les "coups d'un soir" que les garçons. Avant de crier victoire et de faire péter les cotillons, il y a un hic : les chercheurs ont conclu que les femmes ne seraient prêtes à s'adonner à une partie de jambes en l'air qu'à condition de ne pas "subir de répercussions sociales" ni de "risques sanitaires"

Ne pas vouloir courir de risque concernant sa santé à cause d'un rapport sexuel, c'est tout à fait normal et digne d'un comportement responsable (rappelons au passage que seule l'utilisation du préservatif protège contre les maladies sexuellement transmissibles). Mais se refuser un plaisir par peur du regard des autres, c'est triste. 

L'importance du sentiment de sécurité

Pour en venir à cette conclusion, l'université Johannes Gutenberg à Mayence, en Allemagne, s'est d'abord basée sur une étude réalisée en 1989. Selon celle-ci, les femmes seraient moins susceptibles de vouloir des rapports sans lendemain, parce que plus méfiantes que les hommes face aux inconnus. Pour les chercheurs de l'université Johannes Gutenberg, cette conclusion est insuffisante car elle ne prend pas en compte les pressions sociales subies par les femmes et le risque de violence sexuelle

Les scientifiques allemands ont donc fait appel à soixante volontaires hétérosexuels, hommes et femmes. Les chercheurs ont recréé une situation similaire à Tinder : les participants avaient sous les yeux des photos d'hommes ou de femmes souhaitant les voir en vrai, voire, avoir un rapport sexuel avec eux. Si l'intérêt était réciproque, les deux personnes se rencontraient ensuite en chair et en os. Pour rassurer les femmes, les chercheurs ont précisé que les trente premières minutes de la rencontre seraient filmées, ce qui garantit une forme de sécurité.

À lire aussi
Kim Basinger dans "9 semaines et demi" Saint-Valentin
Saint-Valentin 2020 : 5 scènes de films pour faire grimper votre libido

D'où la conclusion révolutionnaire (vous avez saisi l'ironie ?) de cette étude : "Quand le jugement social et les risques sécuritaires disparaissent, les femmes sont plus susceptibles d'accepter une proposition sexuelle d'un étranger." CQFD, avons-nous envie de dire. Mesdemoiselles, il va de soi qu'on ne tente rien si on n'est pas à l'aise avec la personne concernée. Même si elle est canon et sent la rosée du matin. 

Cette étude a au moins un mérite : montrer que femmes et hommes seraient tous autant ravis à l'idée de faire l'amour sans envie d'engagement. Et ça, pour le coup, c'est une petite révolution. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexe Psycho Migration Love
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants