4 min de lecture Contraception

Diaphragme : un moyen de contraception peu connu en France

TÉMOIGNAGES - Il existe une douzaine de moyens de contraception, dont certains sont méconnus. C'est le cas du diaphragme, un capuchon en silicone qui se glisse à l'intérieur du vagin pendant le rapport sexuel.

Le diaphragme est un contraceptif qu'il faut placer à l'entrée du vagin, pour bloquer le passage des spermatozoïdes vers l'utérus.
Le diaphragme est un contraceptif qu'il faut placer à l'entrée du vagin, pour bloquer le passage des spermatozoïdes vers l'utérus. Crédit : Toa Heftiba / Unsplash
Emeline Ferry
Journaliste

En matière de contraception, on connaît la pilule, le préservatif, le stérilet... Mais il existe une dizaine d'autres méthodes, moins connues et moins utilisées, mais parfois tout aussi efficaces. On vous présente le diaphragme, un contraceptif physique à utiliser avant chaque rapport sexuel. 

Le principe est simple. C'est un petit dôme en latex ou en silicone que l'on vient placer au fond du vagin, pour empêcher le passage des spermatozoïdes vers l'utérus. En résumé : ce capuchon sert à faire barrage en bouchant l'entrée de l'utérus. On peut le mettre jusqu'à 2 heures avant d'avoir un rapport, ou juste avant. 

"Je me sens autant en sécurité qu'avec un autre moyen de contraception", explique à RTL Girls Nadège, 29 ans. Cette enseignante lyonnaise utilise le diaphragme depuis près de 10 ans, après avoir subi des effets secondaires à cause de la pilule pendant plusieurs années

À lire aussi
Des préservatifs (illustration) sexualité
Des préservatifs vegan et sans gluten enfin disponibles dans le commerce

Une alternative au préservatif

"Je ne trouvais pas mon compte avec le préservatif", raconte Nadège. "Mais à part ça et le stérilet, il n'a pas vraiment d'autres contraceptifs sans hormones". Quand elle décide de l'arrêter, elle se renseigne et découvre un fabricant de diaphragmes, qui lui conseille de prendre rendez-vous chez un gynécologue formé à l'utilisation de cette méthode. 

Le diaphragme est un moyen de contraception réservé aux femmes qui connaissent bien leur corps ne sont gênées par l'idée de mettre des doigts à l'intérieur de leur vagin pour le mettre ou le retirer. "Ma gynécologue m'a montré comment l'utiliser", ajoute l'enseignante, mère de deux enfants. Il faut s'exercer plusieurs fois avant de réussir à le positionner correctement. "C'est comme mettre un tampon, ça s'apprend", sourit-elle.

"Moi, j'ai trouvé ça plus facile à mettre que ma cup !", plaisante Nina. Cette dentiste de 25 ans s'est tournée vers cette méthode de contraception il y a 6 mois. Comme Nadège, l'idée d'un contraceptif sans hormones l'a séduite. "Il n'y a aucun effet secondaire, et quand je n'ai pas de rapports pendant un moment, je n'ai pas à me préoccuper de ma contraception", explique la jeune femme qui vit à Clermont-Ferrand.

Quand on a l'habitude, ça prend autant de temps à mettre qu'un préservatif

Nadège, qui utilise le diaphragme depuis près de 10 ans
Partager la citation

Il faut positionner le diaphragme jusqu'à 2 heures avant le rapport, ou alors juste avant la pénétration. Cela peut paraître fastidieux, mais les utilisatrices expliquent qu'avec le temps et en connaissant bien son corps, la manipulation est assez rapide. "Quand on a l'habitude, ça prend autant de temps à mettre qu'un préservatif", raconte Nadège. 

À la fin du rapport, pas besoin de s'en occuper. Il faut le laisser dans le vagin pendant 6 ou 8 heures, selon les modèles et les marques. "Ce n'est pas contraignant parce que je n'ai pas besoin d'y penser à la fin du rapport. Je peux m'endormir et le retirer le lendemain matin", souligne la jeune dentiste. 

À la fin du rapport, pas besoin de s'en occuper. Il faut le retirer au moins 6 heures après.
À la fin du rapport, pas besoin de s'en occuper. Il faut le retirer au moins 6 heures après. Crédit : Becca Tapert / Unsplash

L'utilisation de spermicides est recommandée

En théorie, le diaphragme est efficace à 94%. Dans la pratique, comme tous les autres moyens de contraception, son efficacité réelle est plus faible, à cause des erreurs d'utilisation. Son efficacité pratique est donc de 88%, c'est-à-dire que 12% des femmes qui l'utilisent sont tombées enceinte au cours de la première année d'utilisation.

Effectivement, la manipulation pour le placer correctement peut être compliquée au début. C'est pourquoi, les spécialistes qui le prescrivent conseillent de continuer à utiliser des préservatifs, ou une autre contraception, pendant les premiers mois, le temps de savoir bien utiliser le diaphragme.

L'utilisation de spermicides, en association avec le diaphragme, est aussi très fortement recommandée par les gynécologues et les sage-femmes. Qu'il s'agissent de gel contraceptif ou de spermicides, sous forme de crème ou d'ovule, il faut en appliquer avant le rapport à l'intérieur du vagin.

Le diaphragme est une méthode de contraception peu connue en France.
Le diaphragme est une méthode de contraception peu connue en France. Crédit : Wikimedia Commons

Un contraceptif qui n'est pas adapté à toutes les femmes

Pour utiliser le diaphragme, il ne faut pas avoir peur des manipulations vaginales, mais il faut aussi être consciente des risques de grossesse à cause des possibles erreurs d'utilisation. "Je n'ai jamais eu d'accident", raconte Nadège. "Mais on sait que cela peut arriver". Pour cette raison, cette méthode est déconseillée aux femmes pour lesquelles une grossesse ferait courir un risque grave (maladie cardiaque par exemple).

Parmi les avantages du diaphragme, les utilisatrices soulignent son petit prix. Ce capuchon en latex ou en silicone peut être utilisé pendant plusieurs années. Il coûte entre 30 et 60 euros (dont 3,14 euros sont remboursés par la Sécurité sociale), et auxquels il faut ajouter le prix des spermicides (entre 5 et 20 euros pour plusieurs doses). "Finalement, quand on fait le calcul, ça revient à peu près au coût d'un préservatif à chaque rapport", estime Nadège.

La contraception la plus efficace, c'est celle qui me convient le mieux

Nina, utilisatrice du diaphragme depuis six mois
Partager la citation

Attention, le diaphragme ne protège pas contre les infections sexuellement transmissibles (IST). Il est assez difficile à trouver, car la méthode est peu connue, mais on peut le faire commander dans une pharmacie. "À part le fait de devoir penser à le mettre avant chaque rapport, je ne vois que des avantages pour moi", s'ensthousiasme Nina.

Certaines femmes trouveront qu'il correspond parfaitement à leur mode de vie, d'autres n'y verront que des inconvénients. Il faut rappeler que chaque femme est différente et doit trouver un moyen de contraception qui lui correspond. "Je suis consciente des risques", explique la jeune dentiste. "Mais des accidents peuvent aussi bien arriver avec une pilule. Je me dis que la contraception la plus efficace, c'est celle qui me correspond". 

Implant, anneau vaginal, patch... Il existe au total une douzaine de moyens de contraception, dont on peut retrouver les informations sur le site Choisir sa contraception, conçu par l'Agence nationale de santé publique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Contraception Sexe Sexo
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793559341
Diaphragme : un moyen de contraception peu connu en France
Diaphragme : un moyen de contraception peu connu en France
TÉMOIGNAGES - Il existe une douzaine de moyens de contraception, dont certains sont méconnus. C'est le cas du diaphragme, un capuchon en silicone qui se glisse à l'intérieur du vagin pendant le rapport sexuel.
https://www.rtl.fr/girls/love/diaphragme-un-moyen-de-contraception-peu-connu-en-france-7793559341
2018-05-29 08:04:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/hBV7pRCPL4K-UZEzwy4R6w/330v220-2/online/image/2018/0528/7793560310_le-diaphragme-est-un-moyen-de-contraception-non-hormonal-qui-n-est-pas-tres-connu-en-france.jpg