3 min de lecture Santé

Première visite chez le gynécologue : à quoi s'attendre ?

Spoiler : un bilan de santé complet et éventuellement un examen vaginal indolore. Pas de quoi fouetter un chat !

Le premier rendez-vous chez le gynécologue ne doit pas être une source de stress
Le premier rendez-vous chez le gynécologue ne doit pas être une source de stress Crédit : istock
Morgane Giuliani
Morgane Giuliani
Journaliste RTL

L’idée d’une première consultation chez le gynécologue peut nous faire peur. Pourtant, cette “épreuve” n’est pas insurmontable, et est indispensable pour faire un point sur notre sexualité et notre santé.

Passage obligé

Il n’y a pas d’âge idéal pour pousser une première fois la porte d’un(e) gynécologue. Cependant, il vaut mieux consulter un an après les premiers rapports sexuels, ou au moindre doute concernant une contamination par une Infection Sexuellement Transmissible (IST).

Quand on découvre sa sexualité, la question de la contraception doit être posée. On peut en parler avec notre médecin généraliste, mais un spécialiste comme le gynécologue est tout à fait recommandé. Il est aussi tenu au secret médical, et on n’a pas besoin de l’autorisation de nos parents pour prendre rendez-vous. Doit-on consulter un homme ou une femme ? À nous de choisir ce qui nous rassure le plus.

À lire aussi
Savez-vous à quoi rassemble vraiment votre poitrine ? santé
Sur Twitter, une image de l'anatomie féminine devient virale

Si on ne connaît pas de gynécologue, on peut se tourner vers le Planning Familial. Cette structure publique est animée par des médecins, gynécologues et psychologues qui reçoivent gratuitement les mineures, et anonymement, bien sûr.

Bilan de santé

La première consultation d’un(e) gynécologue est l’occasion de faire un bilan de santé, et de parler de l’avenir. Le médecin nous pose des questions qui semblent personnelles, mais nos réponses l’aident à établir notre bilan de santé. On doit donc répondre honnêtement à ses questions, pour être bien prise en charge et établir un rapport de confiance.

Le gynécologue nous interroge sur nos antécédents familiaux (cancer, troubles cardio-vasculaires, longues maladies), nos habitudes de vie (concernant la cigarette, la drogue, le sport, notre environnement familial, l’école, la sexualité), et notre état de santé (poids, menstruations, allergie, traitement médicamenteux particulier, moral).

Ce médecin nous pose donc des questions très intimes, comme “As-tu déjà eu des rapports sexuels ?” Il ne faut pas être gênée, parce qu'elles sont indispensables pour nous orienter vers une sexualité responsable. Il n’est pas là pour nous juger, mais nous orienter vers les bonnes pratiques. On peut bien sûr lui poser des questions à notre tour, d’autant plus s’il s’agit de sujets que l’on n’ose aborder avec personne.

Un examen indolore

Un premier rendez-vous chez le gynécologue peut se terminer par un examen indolore, mais ce n’est pas automatique. Dans ce cas, on enlève notre culotte, et on s’allonge sur la table de consultation. On pose les mollets sur les relève-jambes situés de chaque côté. On se retrouve donc les jambes écartées en l’air. Ce n’est pas la situation la plus glamour du monde, mais elle permet au médecin d’examiner l’entrée de notre vagin, en écartant légèrement nos grandes lèvres.

Certains médecins vont ensuite introduire un spéculum (instrument long ayant un petit miroir au bout), pour vérifier que les parois de notre vagin et de notre col de l’utérus ont l’air normales. Ils peuvent ensuite procéder à un frottis. Une spatule est ajoutée au spéculum, afin de frotter légèrement la paroi du col de l’utérus et recueillir des cellules. Elles seront ensuite examinées pour vérifier qu’il n’y a pas d’infection. On sera informée des résultats une semaine plus tard.

Le frottis peut être suivi d’un “toucher vaginal” : le gynécologue introduit un ou deux doigts (en portant des gants, bien sûr), palpe notre utérus, nos ovaires, et crée une pression en posant son autre main sur l’abdomen. Si on ressent une grosse douleur, il ne faut pas hésiter à lui dire.

Enfin, il est possible que le gynécologue veuille examiner notre poitrine, afin de s’assurer qu’il n’y a aucune grosseur suspecte. On enlève notre soutien-gorge pour qu’il inspecte nos seins à vue d’œil, puis en les palpant.

La suite

Ce premier rendez-vous avec le gynécologue n’est que le début d’un long parcours médical. Le frottis doit être renouvelé tous les trois ans. Si notre gynécologue nous prescrit une pilule contraceptive, on le voit une fois par an pour un renouvellement d’ordonnance. Si on préfère avoir un stérilet, on y retourne un ou deux mois après la pose pour vérifier qu’il est bien en place, puis une fois par an. Bien sûr, on prend rendez-vous dès que l’on a une question sur notre vie intime, santé ou sexualité, ou si on pense avoir contracté une Infection Sexuellement Transmissible.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Intimité Migration Intime
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7777228233
Première visite chez le gynécologue : à quoi s'attendre ?
Première visite chez le gynécologue : à quoi s'attendre ?
Spoiler : un bilan de santé complet et éventuellement un examen vaginal indolore. Pas de quoi fouetter un chat !
https://www.rtl.fr/girls/intime/premiere-visite-chez-le-gynecologue-a-quoi-s-attendre-7777228233
2015-02-16 07:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Y_KL9yy-GnzqKR5Etg9NgQ/330v220-2/online/image/2015/0423/7777451868_le-premier-rendez-vous-chez-le-gynecologue-ne-doit-pas-etre-une-source-de-stress.jpg